BestOf Israël - Blog du Crif : Avi Nesher, histoires d’Israël

25 Octobre 2018 | 280 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le 34ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 20 février 2019

Pages

Israël

Par Chloé Blum

Dans la Vieille Ville de Jérusalem, dissimulé au milieu des pierres millénaires, se cache un trésor tout israélien : une exposition en réalité augmentée pour retourner dans le passé et découvrir le second Temple comme on ne l'a jamais vu. Ajustez vos masques, embarquement immédiat !

Il y a 70 ans, le 29 novembre 1947, était voté par l’ONU à New York, le plan de partage de la Palestine mandataire. Cette résolution numéro 181 prévoyait la création de trois entités : un État juif, un État arabe et Jérusalem placé sous contrôle international.

Alors que le Fatah et le Hamas tentent une énième poignée de main historique, la diplomatie israélienne y répond par un silence qui mérite une attention particulière.

 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pour #Jerusalem partagez & faites entendre l’Histoire !

Itinéraire de Paris à Jérusalem est un récit de voyage de François-René de Chateaubriand publié en 1811. Il relate un voyage effectué de juillet 1806 à juin 1807.
Il est divisé en sept parties : la 5eme est  consacrée à Jérusalem

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Un ouvrage sympathique et émouvant à découvrir.

Pages

Opinion

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Pages

A écouter en lisant cet article : https://www.youtube.com/watch?v=5OacxEzrXWE

« Et là, au milieu du désert, j’ai fait une rencontre qui allait changer ma vie »*

J’ai 12 ans, c’est un vendredi soir. Comme souvent, mes parents ont loué un DVD de la boutique Vidéo Futur qui fait l’angle de la rue dans laquelle nous habitons.

Installée confortablement entre eux, je découvre pour la première fois les images du film qui va tout changer : Au bout du monde à gauche (Sof Haolam Smola). A l’époque, je ne connais d’Israël que le drapeau, représenté sur un livre que nous avons à la maison. Mais ce soir-là, grâce à Avi Nesher, j’en apprends assez pour avoir envie d’aller y passer toute ma vie.

Au bout du monde à gauche se déroule dans une petite ville du Néguev israélien, dans l’une de ces villes de l’intérieur qu’il fallait peupler en priorité après la création de l’Etat. Les familles juives du monde entier arrivées en Israël dans les années 1960 y étaient alors envoyées et installées dans des bâtiments tous foncièrement similaires. Différentes communautés juives devaient apprendre à s’apprivoiser pour vivre ensemble. Nicole, campée par la remarquable Netta Garti, une jeune fille marocaine dont la famille est installée dans le désert depuis des années, rencontre Sarah, une belle indienne fraichement débarquée de Bombay. Les deux jeunes filles dépassent rapidement leurs différences et nouent bientôt une amitié aussi pure que sincère. Ensemble, elles traversent leurs années d’adolescence, se confrontant tantôt à l’immensité du désert, tantôt à l’atmosphère de minuscule village qui s’est instaurée au sein des communautés.

Frappée par la beauté du film, j’ai demandé à le re-louer des dizaines de fois et, finalement, j’ai fini par le connaître par cœur. L’année d’après, mon frère m’a fait la surprise de me l’offrir en DVD, me précisant que l’entreprise n’avait pas été aisée, le film n’étant à l’époque plus distribué en France.

Aujourd’hui encore, où que j’aille, j’emporte le DVD avec moi, même si mon ordinateur n’est pas équipé de lecteur. On ne sait jamais.

Mes premiers mots d’hébreu, je les ai appris en recopiant minutieusement en phonétique tout ce que j’entendais dans le film. « Mechoreh ? Ha, c’est un poète qui écrit des chansons pour la radio ? » s’enquit une voisine auprès de Nicole. « Non, pas du tout, c’est un poète qui écrit des livres » répond celle-ci. Mechoreh : poète.

L’hébreu, la lumière si particulière de l’aube israélienne, les chants, les cris, les panneaux indiquant les directions sur les routes du Sud, les portes marronnées des appartements : tout ce qui fait battre mon cœur plus fort vient de ce film.

Avi Nesher a ainsi pris une place majeure dans ma vie et c’est avec empressement que je me suis rendue à toutes les projections de ses films proposées en France. J’en suis toujours sortie avec la même émotion.

C’est donc naturellement que je suis allée, dimanche dernier, découvrir le film The Matchmaker, présenté au Majestic Passy dans le cadre du festival « Regards Croisés ».

A nouveau, Avi Nesher dresse un portrait de cet Israël qu’il aime tant, celui post-pionniers, de la fin des années 1960.

Loin des communautés peuplant le désert, nous voici désormais à Haïfa, dans le nord du pays. Tout au long du film, le spectateur accompagne Yankele, un marieur professionnel, qui trouve aux cœurs solitaires « ce dont ils ont besoin, plus que ce qu’ils voudraient », et Arik, un jeune homme qui se met progressivement à travailler pour Yankele.

Mais, en réalité, ce film, comme Au bout du monde à gauche, est l’espace des petites histoires qui se confrontent à la grande.

Histoires, sipourim en hébreu, un mot cher à Avi Nesher dont les personnages écrivent, gribouillent, dessinent, inventent et auxquels ils donnent souvent des ambitions littéraires importantes.

The Matchmaker place en filagramme le poids incommensurable de la Shoah, comme un nuage qui plane au-dessus du pays et que jamais le vent ne chasse. Avi Nesher écrit avec tendresse et pudeur l’histoire d’hommes et de femmes que la vie ou le hasard ont menés à Haïfa et qui construisent, à leur manière, un Etat tout entier.

Avi Nesher n’est pas un réalisateur israélien comme les autres. En cela qu’il ne fait pas de film politique mais des films israéliens. Sur la beauté d’une rue, la couleur des arbres, la chaleur et la moiteur, sur l’hébreu et ses accents, les histoires des uns et la vie des autres, sur une société toute entière.

Avi Nesher, dans chacun de ses films, nous entraine dans un espace que nous ne connaitrons plus, celui de l’Israël passé, que tant de gens regrettent aujourd’hui. Une nostalgie heureuse qui peut serrer un cœur jusqu’au bout du monde.

*Citation extraite du film Au bout du monde à gauche, réalisé par Avi Nesher

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3 films d'Avi Nesher à ne rater sous aucun prétexte :

Dizengoff 99 (1979)

Au bout du monde à gauche, avec Netta Garti, Liraz Charhi, Aure Atika, Jean Benguigui (2004)

The Matchmaker, avec Adir Miller, Maya Dagan, Tuval Shafir (2010)

 

Le Crif vous propose :

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.