BestOf Israël - Blog du Crif : Avi Nesher, histoires d’Israël

25 Octobre 2018 | 262 vue(s)
Catégorie(s) :
France

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Pages

Opinion

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

A écouter en lisant cet article : https://www.youtube.com/watch?v=5OacxEzrXWE

« Et là, au milieu du désert, j’ai fait une rencontre qui allait changer ma vie »*

J’ai 12 ans, c’est un vendredi soir. Comme souvent, mes parents ont loué un DVD de la boutique Vidéo Futur qui fait l’angle de la rue dans laquelle nous habitons.

Installée confortablement entre eux, je découvre pour la première fois les images du film qui va tout changer : Au bout du monde à gauche (Sof Haolam Smola). A l’époque, je ne connais d’Israël que le drapeau, représenté sur un livre que nous avons à la maison. Mais ce soir-là, grâce à Avi Nesher, j’en apprends assez pour avoir envie d’aller y passer toute ma vie.

Au bout du monde à gauche se déroule dans une petite ville du Néguev israélien, dans l’une de ces villes de l’intérieur qu’il fallait peupler en priorité après la création de l’Etat. Les familles juives du monde entier arrivées en Israël dans les années 1960 y étaient alors envoyées et installées dans des bâtiments tous foncièrement similaires. Différentes communautés juives devaient apprendre à s’apprivoiser pour vivre ensemble. Nicole, campée par la remarquable Netta Garti, une jeune fille marocaine dont la famille est installée dans le désert depuis des années, rencontre Sarah, une belle indienne fraichement débarquée de Bombay. Les deux jeunes filles dépassent rapidement leurs différences et nouent bientôt une amitié aussi pure que sincère. Ensemble, elles traversent leurs années d’adolescence, se confrontant tantôt à l’immensité du désert, tantôt à l’atmosphère de minuscule village qui s’est instaurée au sein des communautés.

Frappée par la beauté du film, j’ai demandé à le re-louer des dizaines de fois et, finalement, j’ai fini par le connaître par cœur. L’année d’après, mon frère m’a fait la surprise de me l’offrir en DVD, me précisant que l’entreprise n’avait pas été aisée, le film n’étant à l’époque plus distribué en France.

Aujourd’hui encore, où que j’aille, j’emporte le DVD avec moi, même si mon ordinateur n’est pas équipé de lecteur. On ne sait jamais.

Mes premiers mots d’hébreu, je les ai appris en recopiant minutieusement en phonétique tout ce que j’entendais dans le film. « Mechoreh ? Ha, c’est un poète qui écrit des chansons pour la radio ? » s’enquit une voisine auprès de Nicole. « Non, pas du tout, c’est un poète qui écrit des livres » répond celle-ci. Mechoreh : poète.

L’hébreu, la lumière si particulière de l’aube israélienne, les chants, les cris, les panneaux indiquant les directions sur les routes du Sud, les portes marronnées des appartements : tout ce qui fait battre mon cœur plus fort vient de ce film.

Avi Nesher a ainsi pris une place majeure dans ma vie et c’est avec empressement que je me suis rendue à toutes les projections de ses films proposées en France. J’en suis toujours sortie avec la même émotion.

C’est donc naturellement que je suis allée, dimanche dernier, découvrir le film The Matchmaker, présenté au Majestic Passy dans le cadre du festival « Regards Croisés ».

A nouveau, Avi Nesher dresse un portrait de cet Israël qu’il aime tant, celui post-pionniers, de la fin des années 1960.

Loin des communautés peuplant le désert, nous voici désormais à Haïfa, dans le nord du pays. Tout au long du film, le spectateur accompagne Yankele, un marieur professionnel, qui trouve aux cœurs solitaires « ce dont ils ont besoin, plus que ce qu’ils voudraient », et Arik, un jeune homme qui se met progressivement à travailler pour Yankele.

Mais, en réalité, ce film, comme Au bout du monde à gauche, est l’espace des petites histoires qui se confrontent à la grande.

Histoires, sipourim en hébreu, un mot cher à Avi Nesher dont les personnages écrivent, gribouillent, dessinent, inventent et auxquels ils donnent souvent des ambitions littéraires importantes.

The Matchmaker place en filagramme le poids incommensurable de la Shoah, comme un nuage qui plane au-dessus du pays et que jamais le vent ne chasse. Avi Nesher écrit avec tendresse et pudeur l’histoire d’hommes et de femmes que la vie ou le hasard ont menés à Haïfa et qui construisent, à leur manière, un Etat tout entier.

Avi Nesher n’est pas un réalisateur israélien comme les autres. En cela qu’il ne fait pas de film politique mais des films israéliens. Sur la beauté d’une rue, la couleur des arbres, la chaleur et la moiteur, sur l’hébreu et ses accents, les histoires des uns et la vie des autres, sur une société toute entière.

Avi Nesher, dans chacun de ses films, nous entraine dans un espace que nous ne connaitrons plus, celui de l’Israël passé, que tant de gens regrettent aujourd’hui. Une nostalgie heureuse qui peut serrer un cœur jusqu’au bout du monde.

*Citation extraite du film Au bout du monde à gauche, réalisé par Avi Nesher

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3 films d'Avi Nesher à ne rater sous aucun prétexte :

Dizengoff 99 (1979)

Au bout du monde à gauche, avec Netta Garti, Liraz Charhi, Aure Atika, Jean Benguigui (2004)

The Matchmaker, avec Adir Miller, Maya Dagan, Tuval Shafir (2010)

 

Le Crif vous propose :

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.