Blog du Crif - 24 jours, la vérité sur l’affaire Ilan Halimi : un film pour qu’on se souvienne

13 Février 2019 | 355 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Pages

Actualité

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Portrait de Olivier Rafowicz
Tel Aviv sur Seine
|
12 Août 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Portrait de Invité
Droit de réponse
|
19 Juin 2015
Catégorie : Actualité

Hier Joel Amar nous a fait part de son analyse de la tribune d'A.B Yehoshua publiée dans Libération le 17 Juin dernier " Du bon usage du Boycott d'Israel".

Aujourd'hui, nous publions le " Droit de réponse " d' Alain Rozenkier, Président de " La Paix Maintenant"

Pages

Cet article a été rédigé en 2014 et proposé au Crif à l'occasion des commémorations de la mort d'Ilan Halimi

"C’est arrivé à cette famille mais ça aurait pu arriver à n’importe qui d’entre nous". Cette phrase, empruntée au dernier long métrage d’Alexandre Arcady : 24 jours, la vérité sur l’affaire Halimi, résume parfaitement la réalité terrifiante et le calvaire qu’a traversé la famille Halimi lors de l’enlèvement et de la séquestration du jeune Ilan.
En effet, ce nouveau film est une adaptation du livre et reprend le récit poignant de Ruth Halimi. Le film retrace donc la décente aux enfers du jeune Ilan Halimi et de sa famille.

C’était en janvier, elle est entrée dans une boutique de téléphonie sur le boulevard Voltaire. Elle a fait mine de s’intéresser aux nouveaux portables, a réussi à obtenir le numéro du vendeur et s’en est allée. Elle l’a rappelé dès le lendemain, lui a dit qu’elle voulait le revoir. Ilan ne s’est pas méfié. Il avait vingt-trois ans, la vie devant lui…
Comment pouvait-il se douter qu’en rejoignant cette jolie fille dans un café de la porte d’Orléans, il avait rendez-vous avec la mort ?
Le vendredi 20 janvier 2006, Ilan Halimi, choisi par le gang des Barbares parce qu’il était juif, est enlevé et conduit dans un appartement de Bagneux. Il y sera séquestré et torturé pendant trois semaines avant d’être jeté dans un bois par ses bourreaux. Retrouvé gisant nu le long d’une voie de chemin de fer à Sainte-Geneviève-des-Bois, il ne survivra pas à son calvaire. 

Dans ce film, Ruth Halimi revient sur ces 24 jours de cauchemar. 24 jours au cours desquels elle aura reçu, elle et son mari, Didier, plus de six cents appels, des demandes de rançon dont le montant ne cessera de changer, des insultes, des menaces, des photos de son fils supplicié… 24 jours d’angoisse de toute une famille, contrainte de garder le silence pour laisser travailler la police criminelle.
Mais le 36 Quai des Orfèvres ne sait pas à quels individus il a affaire. Personne ne mesure la haine antisémite qui habite les ravisseurs, et ne s’imagine qu’Ilan allait perdre la vie…

"Je voudrais que la mort d'Ilan serve à donner l'alerte"

Arcady a donc choisi de faire un film non pas sur le gang des barbares mais plutôt sur le martyr Ilan Halimi, torturé, enfermé, affamé, déshumanisé parce qu’il était juif. Ce cinéaste qui a toujours porté un regard attentif sur l’histoire et sur l’actualité reste dans son genre cinématographique en traitant ce sujet puisqu’il est connu pour s’intéresser à l’histoire de l’Algérie, de l’Afrique du Nord et de la communauté juive.
Le thème qu’il prend dans ce nouveau film n’est pas facile à aborder mais il fallait marquer les esprits pour que chacun se rende compte de la gravité de la situation qui à l’époque avait ému toute la France.
“Je voudrais que la mort d’Ilan serve à donner l’alerte.” Cette phrase de Madame Halimi a donné l’idée de ce film au réalisateur pour ne pas rester les bras croisés et pour que cette tragédie ouvre les yeux à chacun d’entre nous.

Coller le plus possible à la réalité

Néanmoins, même si le sujet parait intéressant, Arcady nous plonge dans l’atmosphère pesante de ces 24 jours où l’angoisse, la joie, la colère et le deuil se font face dans le film. Et pour cause, le réalisateur, pour paraître au plus près de la réalité, a choisi de filmer dans tous les lieux exacts et précis où se sont déroulés cette tragédie, ce qui provoque un climat tout à fait déstabilisant. Documentaire ou représentation de la réalité ? Il y a tout de même un certain voyeurisme. Pourtant, cette volonté d’authenticité a des limites. En effet, le film est construit sur une alternance entre ce qu’il se passe au Quai des Orfèvres avec l’angoisse de la famille, l’attente des policiers et entre les scènes de tortures interminables que le gang fait subir à Ilan. Ce choc émotionnel ressenti par le spectateur le bouscule, le bouleverse, l’interpelle. Même si dans le livre de Ruth Halimi les faits de barbarie étaient évoqués, les mots eux, vont dans notre imaginaire et savent trouver les limites de chacun. Tandis que le film impose des images violentes. Comment représenter des actes de violences, de barbarie au spectateur mais surtout à la famille qui jusqu’à aujourd’hui ne voulait sans doute pas se les imaginer ? Est-ce vraiment supportable ?

Ce long métrage faire ressortir des résonances, des vibrations ; chaque personnage dont celui de Ruth Halimi, interprété par la majestueuse et l’étonnante Zabou Breitman et celui de Didier Halimi, joué par le fabuleux Pascal Elbé, nous semblent être réels. L’acteur même qui joue le jeune Ilan, Syrus Shahidi, est doté d’un talent époustouflant pour jouer l’injouable.

Un devoir de mémoire

Le but du réalisateur a donc été de créer un choc mémoriel où les spectateurs ne pourront pas rester insensibles à ce qu’ils pourront voir ou découvrir. La douleur, la terreur, nous la vivons avec les personnages, mais en vérité nous la vivons avec les véritables protagonistes de cet évènement.

C’est aussi avec beaucoup de courage et d’émotion que le cinéaste aborde la grande question de la collaboration. En effet, lors de la séquestration d’Ilan, comment se fait-il que “personne n’a rien vu, rien entendu” ? Arcady pose alors la question de la peur qui souvent l’emporte sur autrui, il pose aussi la question du vieux fantasme qui consiste à dire que « juif = argent », et la question de l’efficacité de la police et des incohérences du dossier.
C’est donc du choc, à la colère, à la révolte, et au deuil que le spectateur passera sans oublier les larmes qui seront bel et bien inévitables.

24 jours est probablement un film qui dérange et qui atteint tant physiquement qu’émotionnellement, les âmes sensibles devront impérativement s’abstenir.
Néanmoins, ce long métrage est surtout une plongée dans spirale infernale dans laquelle le spectateur est entraîné en ayant l’impression que cette histoire lui arrive à lui.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.