Blog du Crif - 25ème anniversaire du massacre de Srebrenica : l’importance de la mémoire

10 Juillet 2020 | 234 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Johnny est malade. Oui, le grand Johnny. Lundi, la fille de Johnny Hallyday avait annoncé que son père souffrait d'un cancer avant de crier au piratage de son compte. Ce mercredi soir, c'est finalement le chanteur lui-même qui prend soin d'envoyer un mot sur Twitter pour rassurer ces fans. Si on lui a dépisté « des cellules cancéreuses » pour lesquelles il est « traité », il assure être confiant sur son suivi. "Mes jours ne sont pas aujourd'hui en danger, rappelle L’Express du 9 mars.

Cela paraîtra peut-être étrange à certains de mes lecteurs, mais j’aime Johnny, j’aime son timbre de voix, j’aime aussi certaines de ces chansons, je suis presque, presque un fan.

Pourquoi dans cette affaire, est-ce Bensoussan qui seul est poursuivi en justice et non pas simultanément Smaïn Laacher ?

 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pages

Opinion

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Pages

Entre le 11 et le 22 juillet 1995, à Srebrenica, dans l’Est de la Bosnie-Herzégovine, plus de 8 000 personnes furent massacrées tout simplement parce que nées bosniaques. Un génocide, reconnu comme tel par le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie et par la Cour Internationale de Justice, perpétré par des groupes d’origine serbe. Le dernier génocide d’Europe, pour lequel le rôle passif des États européens, eux qui ont connu la Shoah, fait encore l’objet de débats.

Depuis 25 ans, les blessures, les peurs et les traumas des survivants de Srebrenica et de leurs familles se mêlent à ceux des rescapés des génocides antérieurs qui ont eu lieu en sol européen. Tout comme ceux-ci, les Bosniaques de Srebrenica n’ont pas de tombeau où pleurer leurs proches, leurs cadavres jetés dans des fosses communes. Quelques 2 000 personnes sont toujours portées disparues.
 
En cette année 2020 si bouleversée et bouleversante, le 25e anniversaire du génocide de Srebrenica nous rappelle les périls réels qui peuvent se déclarer si, face à n’importe quelle crise, les sociétés et leurs dirigeants choisissent la division, et cèdent à la peur et à la quête de boucs émissaires, au lieu d’aller vers le rapprochement, les accords et la compréhension mutuelle.
 
À l’occasion du 25e anniversaire du génocide de Srebrenica, le Congrès juif mondial, établi en 1936 et représentant des communautés juives d’une centaine de pays, se joint à la peine des familles des victimes. Le Congrès juif mondial continuera son travail de préservation et de transmission de la mémoire de Srebrenica, comme de celle de la Shoah, et de tous les autres actes de barbarie perpétrés dans le monde, sans distinction du groupe ciblé. La mémoire des disparus nous oblige. L’horreur ne doit pas se reproduire.
 
Dans le même temps, face aux propos racistes, antisémites, misogynes et discriminatoires qui reparaissent dans le discours public, l’anniversaire du génocide de Srebrenica nous rappelle que la société entière doit faire bloc face à la haine, qui n’a jamais conduit qu’au pire. La haine n’a pas sa place dans nos démocraties dont elle menace les valeurs fondamentales.
 
Vingt-cinq ans après Srebrenica, le Congrès juif Mondial appelle chaque individu à rester vigilant et à ne jamais rester les bras croisés face à la discrimination et la persécution, sans distinction du motif.
 
Marcos Roca, JD Corps

*Le « Jewish Diplomatic Corps » (JD Corps), programme phare du Congrès Juif Mondial, est un réseau de jeunes professionnels juifs agissant dans le domaine de la diplomatie et de la politique publique. Il regroupe plus de 300 membres à travers près de 50 pays. Les membres, connus sous le nom de « Jewish Diplomats » (JDs), viennent d'un large éventail de milieux professionnels.