Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

Blog du Crif - Cachez cette Kippa que je ne saurais voir

15 Février 2021 | 232 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

La semaine dernière, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) proposait dans sa newsletter et sur ses réseaux sociaux un contenu qui a fait polémique.

Mon discours prononcé au dîner du Crif Grenoble-Dauphiné, le 22 octobre 2017.

Mon discours à la cérémonie d'hommage aux Juifs engagés volontaires qui s'est tenue le 15 octobre 2017 au cimétière de Bagneux.

Dans ce courrier, j'ai félicité Audrey Azoulay pour son élection. J'ai également attiré son attention sur les positions récentes de l'Unesco sur Jérusalem et commente les relations passées de l'organisation avec le Crif.

Pages

Actualité

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Johnny est malade. Oui, le grand Johnny. Lundi, la fille de Johnny Hallyday avait annoncé que son père souffrait d'un cancer avant de crier au piratage de son compte. Ce mercredi soir, c'est finalement le chanteur lui-même qui prend soin d'envoyer un mot sur Twitter pour rassurer ces fans. Si on lui a dépisté « des cellules cancéreuses » pour lesquelles il est « traité », il assure être confiant sur son suivi. "Mes jours ne sont pas aujourd'hui en danger, rappelle L’Express du 9 mars.

Cela paraîtra peut-être étrange à certains de mes lecteurs, mais j’aime Johnny, j’aime son timbre de voix, j’aime aussi certaines de ces chansons, je suis presque, presque un fan.

Pourquoi dans cette affaire, est-ce Bensoussan qui seul est poursuivi en justice et non pas simultanément Smaïn Laacher ?

 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pages

Opinion

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Ce 12 février 2021, sur France 2, Marine Le Pen a martelé qu’il faut éradiquer les signes ostentatoires des lieux publics.

Pour étayer son propos, la présidente du Rassemblement national explique que les Juifs ont déjà peur de la porter dans la rue et ajoute : « Juifs, je vous demanderai un sacrifice pour lutter contre l’islamisme, je vous demanderai d’enlever vos kippas. » Ce faisant, Marine Le Pen réitère globalement ce qu’elle avait dit en 2012 : « Il est évident que la kippa ne pose pas de problème dans notre pays, mais notre pays a changé et cet équilibre fragile que nous avions trouvé dans l'exercice des religions a été bouleversé par une immigration massive, depuis maintenant une vingtaine d'années, qui a changé la donne … Je demande à nos compatriotes juifs, ce petit effort, ce petit sacrifice sûrement, mais qui permet une égalité entre les exigences que l'on demande aux uns et aux autres. Je suis sûre qu'une grande partie d'entre eux sont tout à fait prêts à faire ce petit sacrifice » (TF1, 22 Septembre 2012).

Finalement, nous retrouvons en ces mots réitérés des expressions caractérisées et inacceptables. D’ailleurs, pourquoi faudrait-il empêcher qu’une femme porte le voile dans la rue ou qu’un juif pratiquant porte une kippa sur la tête ? Parallèlement, nous voulons poser la question suivante, Marine Le Pen, autorisez-vous une sœur a porter le voile des religieuses chrétiennes ? Un curé pourrait-il porter une soutane dans la rue ?

Commençons donc pas rappeler cette évidence dictée par la loi dans notre pays. En effet, rien n’interdit le port d’un signe religieux dans l’espace public, conformément au principe de liberté religieuse définie par l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. » L’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme prévoit en outre que « la liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique. » La laïcité telle que nous la comprenons, la laïcité telle que nous la vivons, la laïcité telle qu’elle nous protège, n’édicte pas d’empêcher de porter une croix, pas plus qu’une kippa, pas plus qu’un voile dans les rues de notre pays.

Sur la notion de sacrifice :

Voilà l’utilisation réitérée d’un terme pour le moins problématique. Si le terme de sacrifice s’emploie pour une grande variété d’actes, au sens figuré le mot sacrifice évoque le renoncement et l’abandon volontaire, la renonciation à ses propres intérêts au profit de ceux des autres. Mais, comment devrions-nous comprendre autrement l’utilisation de ce terme, choquant en l'état ?

Les Français juifs ont été sacrifiés en effet et tout au long de leur histoire. Ils ont été massacrés, humiliés, rejetés, discriminés, agressés, assassinés. En France, ils ont été sacrifiés pendant l’affaire Dreyfus, à cause des ligues factieuses dans les années 30, lorsque 75 721 Juifs, dont près de 11 000 enfants, ont été déportés de France entre mars 1942 et août 1944, par l'antisémitisme et les islamistes depuis 2000. Mais, rappelons aussi qu'en son temps et Jean-Marie Le Pen et le Front national, pendant des décennies, à coups de mots choquants et blessants, et/ou de propos négationnistes, ont désigné à la vindicte, les Français juifs.

Ce furent en effet Madame Le Pen de grands sacrifices.

 

Par Marc Knobel