Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Du jour du souvenir au jour de l’indépendance

17 Mai 2019 | 48 vue(s)
Catégorie(s) :
Israël

Par Chloé Blum

Dans la Vieille Ville de Jérusalem, dissimulé au milieu des pierres millénaires, se cache un trésor tout israélien : une exposition en réalité augmentée pour retourner dans le passé et découvrir le second Temple comme on ne l'a jamais vu. Ajustez vos masques, embarquement immédiat !

Il y a 70 ans, le 29 novembre 1947, était voté par l’ONU à New York, le plan de partage de la Palestine mandataire. Cette résolution numéro 181 prévoyait la création de trois entités : un État juif, un État arabe et Jérusalem placé sous contrôle international.

Alors que le Fatah et le Hamas tentent une énième poignée de main historique, la diplomatie israélienne y répond par un silence qui mérite une attention particulière.

 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pour #Jerusalem partagez & faites entendre l’Histoire !

Itinéraire de Paris à Jérusalem est un récit de voyage de François-René de Chateaubriand publié en 1811. Il relate un voyage effectué de juillet 1806 à juin 1807.
Il est divisé en sept parties : la 5eme est  consacrée à Jérusalem

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Pages

Visite dans la Maison du Palmach à Ramat Aviv, le jour de Yom Hazikaron. Un poème de Natan Alterman consacré à l’Alya Beth, l’immigration illégale. À côté, filmé de trois quarts, un combattant guette, fusil à la main, visage fermé, yeux cachés dans l’ombre du chapeau, extraordinaire détermination dans les pommettes et la mâchoire. Sur son avant bras des chiffres sont tatoués: l’homme a été à Auschwitz. On avait voulu le réduire à un numéro et la photo crie la revanche silencieuse de celui qui peut désormais agir sur son destin. Et pourtant, l’homme n’a toujours pas de nom. Les survivants de la Shoah n’étaient pas considérés avec beaucoup de respect par les Palmakhniks imbus de l’idée de la gevoura sioniste, ce qui explique peut-être cet anonymat: peut-être d’ailleurs, venait-il d’arriver et savait-il à peine manier l’arme qu’il déploie avant tant d’énergie sur la photo. Il a probablement été tué dans cette guerre. En tout cas, son visage me marquera à jamais.

On célèbre Yom Haatzmaout partout dans le monde juif: à Tel Aviv, musique, ruée sur les plages, fêtes familiales. Les cérémonies officielles et la parade militaire, aussi impressionnantes et émouvantes soient-elles, comptent moins que  la participation populaire, car celle-ci fait sens: chacun sait bien ce qui a permis le barbecue où il invite ses amis. Quel contraste avec le 8 Mai en France où la déconnexion est complète entre l’événement originaire et son poids émotionnel aujourd’hui !

Yom Hazikaron, le jour du souvenir des victimes, marque Israël encore plus. À 11h du matin, la sirène fige  le pays pendant deux longues minutes. Dans des milliers de cérémonies soigneusement organisées, on honore les 23471 militaires et les 3150 victimes civiles du conflit israélo-arabe (56 soldats, 13 victimes civiles se sont ajoutés depuis l’an dernier). À Hadassah Neurim, près de Nazareth, le remarquable village de jeunes en détresse soutenu par l’Agence juive et le Keren Hayessod, des adolescents  originaires d’Ethiopie et de l’ex URSS chantent les chants israéliens qui disent l’amour du pays et la douleur de l’absence, leurs professeurs expriment avec passion les valeurs qui font l’honneur du peuple juif. Dans le lycée de mes petits enfants, ce sont les 46 anciens élèves tués, avec leurs sourires, leurs goûts et leurs espoirs, dont les histoires ont été lues devant deux mille personnes, élèves actuels et parents. Ces enfants auraient pu avoir été les leurs et les leurs risquaient de faire plus tard partie de ce groupe, mais Israël n’a pas été  « livré sur un plat d’argent » (autre poème d’Alterman).

Mais plus encore que Yom Haatzmaout ou Yom Hazikaron, c’est leur transition brutale qui révèle l’ethos israélien. Aucune schizophrénie. Être sérieusement à ce qu’on est, deuil ou  fête, vivre l’un comme l’autre, l’un après l’autre, réagir à une situation changeante de la façon la plus appropriée. Peut-être une clé d’explication d’une efficacité  scientifique, technologique ou militaire exceptionnelle.

Lorsque les roquettes tombaient sur le Sud, le reste du pays poursuivait son activité. Pas par indifférence, mais parce que, l’objectif de l’ennemi étant de désarticuler la vie quotidienne, il fallait lui montrer l’inverse. Les conséquences sur de jeunes enfants  de ces journées d’angoisse peuvent être désastreuses et la colère est grande contre les dirigeants du Hamas, du Djihad et leurs commanditaires iraniens, responsables de cette flambée de violence. La colère est grande aussi à voir comment les medias et chancelleries européennes et singulièrement française, ont déformé la vérité à la suite de ces attaques. Mais cela est une autre histoire, une trop longue histoire……

Richard Prasquier

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.