Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Hommage à Claude Lanzmann, par Richard Prasquier

12 Juillet 2018 | 262 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Célébrer le 14 juillet à Tel-Aviv – une occasion de célébrer la double appartenance culturelle et nationale sur un mode festif et joyeux.

12 juillet 1906, Alfred Dreyfus  est réhabilité par la cour de cassation de Rennes. C’était il y a 109 ans, autant dire une éternité.  

INTERNATIONAL - Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats.
Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats. Rappelons à ce sujet qu'une campagne BDS -pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions- tente de s'implanter en France, en incitant à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays. Expliquons.


Artcile publié dans le Huffinghton Post http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/boycott-produits-israeliens_b_7...

Un entretien entre Marc Knobel et Michaël de Saint Cheron, philosophe des religions.

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Franck Guillory, journaliste, auteur et réalisateur de documentaires s'est rendu à Auswithz en Avril dernier, il nous raconte son expérience et ses souvenirs dans un article publié sur son blog.

Compte-rendu d'un magnifique livre de Benjamin Stora qui raconte son enfance juive à Constantine.

 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Pages

Actualité

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

Réaction à la célébration du 20ème anniversaire de la mort de François Mitterand

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

A quelques jour de notre Convention Nationale j'ai répondu aux questions de Sara Mesnel pour L'Arche 

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Portrait de Olivier Rafowicz
Tel Aviv sur Seine
|
12 Août 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Pages

« Nous, les survivants, ne sommes pas les vrais témoins. C'est là une notion qui dérange, dont je n’ai pris conscience que récemment. Grâce à  l'habileté ou la chance, nous n’avons pas touché le fond. Ceux qui l'ont fait, qui ont vu la Gorgone, ne sont pas revenus pour raconter, mais ce sont eux, les engloutis, qui sont les témoins intégraux. Ils sont la règle, nous l'exception ».

Ce qu’écrivait Primo Levi dans son livre testament, les Naufragés et les Rescapés, paru en 1985, l’année même où Shoah sortait sur les écrans, c’était la conclusion à laquelle était arrivé Claude Lanzmann qui avait commencé son film douze ans auparavant. C’était aussi le titre du livre où il avait tout appris, la « Destruction des Juifs d’Europe », de Raul Hilberg. La vérité de l’histoire des Juifs pendant la guerre c’était l’histoire de la mort des plus nombreux et  non celle de la survie de quelques-uns.

Le regard de Méduse pétrifie celui qui le dévisage. Pour ne pas la voir en face, Persée l’a vaincue en l’observant au travers des rayons réfléchis par un miroir. Un chercheur, un historien, un survivant ne peuvent  rapporter qu’en fonction d’un prisme personnel, celui de leurs concepts, de leurs expériences ou de leurs émotions. Lanzmann s’était donné une mission impossible: représenter l’affrontement avec la Gorgone, montrer l’image du monstre. Cette image, c’est Shoah, nom  qu’il a pris à un hébreu dont il ne connaissait rien, nom qui l’avait frappé par sa brièveté et son opacité énigmatique et qui lui évitait l’usage du nom « Holocauste » aux insupportables réminiscences religieuses.

Lanzmann a dit que le film Shoah était la « chose » elle-même. Ce qui pouvait paraitre d’une insupportable outrecuidance, confondre le film avec l’événement qu’il décrit, (et quel événement!), doit se comprendre par cet effort à certains égards héroïque, de s’approcher au plus près de l’unicité pétrifiante, défiant toute explication, du crime le plus inouï de l’histoire humaine.

Pour y parvenir il ne fallait aucune complaisance; l’interrogateur Lanzmann en même temps en dedans et en dehors de cette histoire ( en dedans car il avait vécu les dangers d’être Juif, en dehors car il n’avait perdu aucun des siens), triturait ses interlocuteurs pour en faire jaillir des jets de vérité qui allaient au-delà des mots, alors qu’il ne se servait  que de mots. Il refusait en effet tout support d’archive ou tout accompagnement musical qui auraient risqué de manipuler l’émotion ou d’aplatir par le biais de la compassion la dureté insupportable de la description de la vérité. Lanzmann, qui fut dans sa jeunesse enseignant de philosophie, était un maïeuticien comme l’avait été Socrate, le fils de l’accoucheuse, qui extirpait la vérité dans l’âpreté de l’interrogation dialectique. Ce n’était pas un psychothérapeute cherchant à apaiser ses patients. Pour ceux qu’il interrogeait l’expérience était éprouvante, parfois presque inhumaine, mais le film Shoah, s’il n’a évidemment pas été un succès commercial s’est, de l’avis de tous, confirmé par sa rigueur et sa démesure même comme la représentation incontournable de ce qu’avait été l’extermination des Juifs.

L’histoire de la mémoire de ce qu’on n’appelait pas encore la Shoah avait été une suite d’esquives, comme la mise en exergue de l’héroïsme des déportés et des résistants, celles et ceux de Buchenwald et de Ravensbruck,  mais aussi de la révolte du ghetto de Varsovie, héros de peuples supposés avoir lutté unanimement pour leur liberté. Ce fut aussi le silence contraint et parfois d’ailleurs salvateur de ceux qui durent se reconstruire et dont la parole était inaudible pour leur entourage et plus encore pour le public. Ce fut la sécheresse des statistiques, ces millions de victimes dont le nombre à lui seul suscitait paradoxalement  moins de colère que l’image d’un seul enfant en pleurs. Ce fut plus tard le détournement inconscient par des auditeurs essayant de positiver les récits de survivants vers une confirmation de leur survie et donc une possibilité de conclusion heureuse, ou la surévaluation de l’action magnifique des Justes pour ne pas désespérer de l’humanité. Le livre le plus populaire, et de loin, de l’histoire de cette période est celui d’Anne Frank où la mort n’apparait qu’en filigranes très distanciés.  Enfin, si Auschwitz est devenu peu  peu le symbole de l’extermination des Juifs, c’est qu’il y a eu des survivants et qu’ils ont témoigné. Mais c’est depuis le film de Lanzmann qu’il est apparu au monde non spécialisé que les usines de mort  de Chelmno, Treblinka, Sobibor (auquel il a consacré un film), Belzec (le camp « parfait » sans révolte et en pratique sans survivant) étaient les chefs d’oeuvre de l’entreprise nazie, les trous noirs d’une humanité inhumaine qui comportait malheureusement beaucoup plus de convaincus, d’indifférents et de tolérants que les quelques criminels pendus après la guerre. Il n’y avait pas de consolation à une monstruosité pareille et Lanzmann rejetait les tentatives d’explications comme des masques à illusions. S’il était, on le sait,  intolérant, parfois injuste, il était  souvent  aussi d’une acuité d’analyse extraordinaire dans son désir d’aller à l’essentiel.

Il ne m’appartient pas de m’étendre sur l’ensemble de l’oeuvre et de la vie de Claude Lanzmann, cet homme qui aimait tant la vie qu’il continuait ses projets  jusqu’à ses derniers jours  et qui refusait de se laisser détruire par les atteintes de l’âge et les terribles douleurs familiales, dont celle de la mort de son fils Felix auquel tant de ses amis continuent  de penser avec émotion. Il ne m’appartient pas non plus de décrire sa place dans la vie intellectuelle du siècle passé dans notre pays. Mais il convient d’insister plus qu’on ne le fait d’habitude sur le lien permanent et fort à Israël de cet homme qui avait été plus que d’autres un militant actif de l’anti-impérialisme et dont toute la vie fut dominée par la volonté d’être lucide et de ne pas se plier au conformisme du politiquement correct.

Enfin s’il y avait Claude Lanzmann le lutteur, il y a eu aussi et peut-être surtout Claude Lanzmann, l’auteur non seulement de films mais aussi d’un chef d’oeuvre littéraire indiscutable, extraordinaire, sa biographie, le Lièvre de Patagonie.

Un jour qu’il était venu au Crif participer à un colloque, il est abordé par un inconnu. « M.Lanzmann, je viens de lire votre livre; il est, il est… très bien… ». La réponse fusilla évidemment le malheureux: « Très bien, c’est tout ce que vous trouvez à dire? Ça vous gêne de dire que c’est un chef d’oeuvre? ».

Claude Lanzmann n’était pas un modeste. Mais il y aurait eu de l’hypocrisie à ce qu’il le fût et il détestait l’hypocrisie plus que tout.

L'hommage à Claude Lanzmann de Richard PRASQUIER, publié dans Actualité Juive