Blog du Crif - Hommage à Serge Hoffman, par Patrick Klugman

11 Janvier 2021 | 128 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Tel Aviv sur Seine : succès sur les berges et sur le net, opération réussie !

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
Le dialogue renoué
|
29 Juillet 2015
Catégorie : France

Mars 2015, je suis à Bruxelles pour présenter mon livre écrit sous le pseudo de Sefwoman, « Je suis juive mais je me soigne ». Au fond de la salle, 3 garçons se marrent. Je parle de ma grand-mère et de service 98 pièces au liseré doré, de son refus de me parler de l’Algérie, des plats typiques, je les vois acquiescer. A la fin de la présentation, ils ont tous les trois le livre en main. « La dédicace c’est pour qui ? », « Ismaël ».

Célébrer le 14 juillet à Tel-Aviv – une occasion de célébrer la double appartenance culturelle et nationale sur un mode festif et joyeux.

12 juillet 1906, Alfred Dreyfus  est réhabilité par la cour de cassation de Rennes. C’était il y a 109 ans, autant dire une éternité.  

INTERNATIONAL - Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats.
Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats. Rappelons à ce sujet qu'une campagne BDS -pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions- tente de s'implanter en France, en incitant à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays. Expliquons.


Artcile publié dans le Huffinghton Post http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/boycott-produits-israeliens_b_7...

Un entretien entre Marc Knobel et Michaël de Saint Cheron, philosophe des religions.

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Franck Guillory, journaliste, auteur et réalisateur de documentaires s'est rendu à Auswithz en Avril dernier, il nous raconte son expérience et ses souvenirs dans un article publié sur son blog.

Compte-rendu d'un magnifique livre de Benjamin Stora qui raconte son enfance juive à Constantine.

 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

Pages

J’apprends que Serge est parti et je peine à le croire.

Tout le monde a connu ou entendu parler de Serge Hoffman : figure incontournable de notre profession, ancien membre du conseil de l’ordre, il était le premier spécialiste de la propriété intellectuelle et de la lutte contre la contrefaçon.

Serge avait prêté serment en 1957, en même temps que la loi sur la propriété intelectuelle était promulguée. Ce fut sa chance et sa réussite. Pas une marque de prêt à porter français des annés 70 aux années 90 n’échappa à son talent. En revanche beaucoup d’autres, dans les belles années du sentier mais dont la créativité s’exerçait surtout dans l’imitation approximative échappèrent grâce à lui à un sort cruel. Serge avait ce génie d’être à la fois le protecteur des créateurs et le saint patron de quelques contrefacteurs, pour peu qu’ils s’amendent.

On a tous appris de Serge quelque chose, surtout le millier de rejetons de ses clients dont je suis et qui ont eu la chance de faire leur premier stage à ses côtés. Bien sûr, qu’un bon arrangement vaudra toujours mieux qu’un mauvais procès.

Il n’empêche que c’est en le voyant découvrir un dossier correctionnel dans la voiture du client qui nous menait vers le tribunal et dans mon souvenir vers la catasrophe, que j’ai compris ce qu’était un maître. Sur le ton de la discussion badine avec la juridiction il arracha une relaxe juridiquement impossible. Et s’en alla bonhomme, comme s’il était le seul avec le client à ne pas se rendre compte du miracle accompli.

Serge roulait été comme hiver au volant d’une voiture décapotée invariablement assortie à ses yeux bleux et avait toujours et pour tous un sourire. Il avait la légèreté dans la vie des coups droits qu’il administrait facilement sur les courts du Racing. Lui qui tutoyait le bonheur, comme le reste de l’humanité, magistrats compris, n’était pas tout à fait né sous une bonne étoile. Surtout quand celle-ci fut imposée sur le coeur des juifs, à Paris. Derrière le sourire, il y avait le souvenir d’un enfant du faubourg. Ceux qui l’ont entendu témoigner au soir de sa vie sur ce que fut pour lui le 16 juillet 1942 ont compris ce qu’il y avait de larmes d’enfant enfouies derrière la faconde qui a fait sa marque.

Serge a réussi au delà de ses espérances. Il laisse un cabinet prospère à son nom, aujourd’hui l’un des plus anciennement établis à Paris, et l’un des plus reconnus dans cette matière exigeante grâce à Emmanuelle et Pierre, qui poursuivent l’oeuvre de leur père. Le cabinet Hoffman survivra à Serge, mais le 26 avenue Kléber restera pour l’éternité et l’univers sa demeure.

Je me joins à tous les anciens du 26, à tous les confrères, les stagiaires, les clients, les amis, les partenaires adversaires au Tribunal et sur les courts, bref à tous ceux qui ont connu et aimé Serge, ce qui revient au même, pour adresser à Janine, Emmanuelle, Olivier, Pierre, à toutes leur famille mes pensées affectueuses.

Patrick Klugman

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.