Gil Taïeb

Vice Président du CRIF

Blog du Crif - Israël face à ses ennemis

21 Décembre 2018 | 225 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

L'exposition CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH...L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK (1918-1922) est à découvrir juqu'au 16 juillet 2018 au Centre Pompidou.

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pour vous donner le goût des vacances, le Crif vous fait voyager et lance sur ses réseaux la campagne "Juifs du Monde". Ensemble, partons à la découverte des populations juives du monde, de leurs histoires et de leurs traditions. Aujourd’hui, embarquement immédiat pour Hong Kong !

Pages

Depuis l’arrivée au pouvoir du Président américain Donald Trump, le contexte géopolitique au Proche-Orient est plus que changé. Rompant avec une diplomatie traditionnelle, Trump n’a cessé de surprendre. Après avoir reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et y avoir déplacé son ambassade, le président américain poursuit son chemin et prend des décisions qui   à chaque fois perturbent et interpellent.

Cette semaine encore, il a annoncé le retrait des troupes américaines de Syrie affirmant que « les États-Unis n’ont pas vocation à être le gendarme du Moyen-Orient ». Cette déclaration inquiète tous les protagonistes de la région. Paris, Londres et Berlin estimant que « la coalition internationale contre l’État islamique a fait d’énormes progrès mais qu’il reste encore beaucoup à faire. »

Il faut surtout noter l’inquiétude des milices kurdes qui se retrouvent sous la menace d’une nouvelle intervention turque.

Au niveau israélien, l’annonce modifie l’équilibre précaire et place Israël face à son ennemi iranien installé en Syrie. Aux USA, elle a même entraîné la démission du ministre de La Défense. Cette nouvelle donne peut-être source d’inquiétude mais il semble, tout de même, évident qu’elle a été prise après des échanges entre au moins les trois principaux protagonistes que sont les Israéliens, les Américains et les Russes.

Chacun cherchant depuis longtemps à se débarrasser d’un ennemi dangereux ou d’un allié encombrant. Il est grand temps, comme ne cesse de le répéter le premier ministre Israélien, de voir l’Iran se retirer de la frontière Nord d’Israël.

Rappelons combien cette présence, tant en Syrie qu’au travers de sa branche Hezbollah au Liban, est une source de tension permanente et une menace vitale pour toute la population israélienne du Nord.

La découverte des tunnels et les interventions israéliennes prouvent chaque jour ce danger.

Un petit jeu s’étant même mis en place qui permettait à Israël de frapper son ennemi en territoire syrien et libanais sous le regard tolérant des responsables militaires russes.

Mais ce processus semble atteindre ses limites et la décision américaine surprenante, va redistribuer les cartes et surtout les responsabilités. Ces responsabilités, que nul ne veut assumer officiellement, préférant une attitude hypocrite vis-à-vis des terroristes du Hezbollah et des tyrans de Damas et de Téhéran.

Donald Trump reste et demeure imprévisible. Il perturbe une mécanique diplomatique qui jusqu’à ce jour,  avouons-le, ne s’est pas montrée très efficace. 

Il faut parfois des électrochocs pour redémarrer un cœur qui ralentit dangereusement. Espérons que comme pour le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, après les vociférations et les déclarations intempestives, le bon droit et le courage sauront vaincre les dictateurs et terroristes qui mettent à feu et à sang le moyen orient. 

Cette annonce américaine prouve une fois encore qu’Israël n’a d’autres choix que d’être fort, courageux, libre, et indépendant.   

Gil Taieb 

- Les billets de blog du Crif n'engagent que leurs auteurs -

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.