Blog du Crif - J'ai découvert l'existence du "Livre noir"

10 Décembre 2020 | 237 vue(s)
Catégorie(s) :
Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Pour connaître le destin du Livre noir et de ses auteurs, je vous invite à découvrir le documentaire intitulé « Vie et Destin du Livre noir. La destruction des Juifs d’URSS ». Diffusé le dimanche 13 décembre à 22h40, sur France 5. Puis en replay pendant 30 jours sur Francetv.fr

J'ai découvert l'existence du "Livre noir" et des ses auteurs grâce au passionnant documentaire « Vie et Destin du Livre noir. La destruction des Juifs d’URSS », réalisé par Guillaume Ribot.

 

Solomon Mikhoels, Ilya Ehrenbourg, Vassili Grossman … Il y a encore quelques heures, ces noms m’étaient complètement inconnus.

Leurs destins, intrinsèquement liés à ceux des Juifs d’URSS pendant la Shoah, sont pourtant hors du commun.

Ensemble, ils ont travaillé à la réalisation du Livre noir.

 

Lorsqu’on pense à la Shoah et la destruction des Juifs d’URSS, on pense à l’Ukraine et à Babi Yar, au destin des Juifs de Lituanie … Et en effet, l’horreur et la barbarie nazie sont là, présentes en toile de fond et en fil conducteur de l’histoire qui nous intéresse aujourd’hui : l'élaboration du Livre noir, son destin, et celui de ses auteurs.

Nous sommes en Russie en 1941-1942. L'empire communiste est menacé. Il fait face aux attaques et à l'avancée de l'armée allemande sur son territoire. 

Les Juifs sont inquiets. Patriotes, ils se mobilisent dans la guerre contre l’occupant nazi. Le Comité Antifasciste Juif, créé par Staline, est complètement dévoué au régime communiste. Staline use même de l'influence de certains Juifs soviétiques pour soulever des fonds auprès de la communauté juive, et soutenir l'effort de guerre.

Parmi les personnalités du Comité Antifascite Juif, 

  • Solomon Mikhoels, acteur et directeur du Théâtre national Yiddish. Il est le Président du Comité Antifasciste Juif.
  • Ilya Ehrenbourg, écrivain et journaliste. Il est correspondant pour l'Etoile rouge, organe officiel de l'armée rouge. Il sera à la tête de la rédaction du Livre noir.
  • Vassili Grossman, écrivain. Il se porte volontaire en tant que journaliste de guerre pour l'Etoile rouge. Il accompagne les troupes sur le front et est rapidement témoins des atrocités de la guerre.

Ces trois personnages sont au coeur du film. Ils sont célèbres en URSS et jouissent d’une grande renommée. Ils sont très appréciés.

Et surtout, ils sont Juifs.

En tant que journalistes de guerre, Vassili Grossman entend parler des horreurs commises aux Juifs par l’occupant nazi en URSS. Des témoignages de survivants à des massacres en Ukraine et en Biélorussie parviennent également.

Cela ne peut pas rester un secret. Ainsi, dès 1943, et jusqu’à la fin de la guerre, Ehrenbourg et Grossman ont travaillé à la réalisation du Livre noir. Un ouvrage qui recueille des témoignages et documents à charge contre l’armée allemande. Ils réunissent des preuves de l’extermination des Juifs mais également de leur participation à la résistance armée dans les territoires d'URSS.

Tous deux présents sur le front, ils recueillent eux-mêmes des témoignages du massacre des Juifs d’Europe et de l’existence des camps de concentration et d’extermination. En juillet 1944, Vassili Grossman est l’un des premiers à découvrir l’enfer de Treblinka et à écrire sur le sujet.

Ce Livre noir est le résultat d’un travail d’enquête considérable, sur plusieurs années. Ce document unique rassemble parmi les premiers témoignages de survivants et montre l’ampleur du massacre. Ce qu'ils veulent avant tout, c'est lutter contre l’antisémitisme et éviter que cela ne se reproduise.

Et ce fut en partie le cas. Au procès de Nuremberg en 1945, le Livre noir est introduit comme preuve des crimes commis par l’armée allemande par le procureur soviétique.

 

Mais ce livre incroyable causa la perte de ses auteurs. 

Rapidement, l’existence du Livre noir perturbe cet équilibre. Au-delà des preuves accumulées contre l’armée allemande, Ilya Ehrenbourg et ses auteurs ont réuni des preuves de l’existence de collaborateurs locaux, des informations qui nuisent au régime stalinien. Par ailleurs, le Comité central du Parti communiste refuse de reconnaître la spécificité du génocide des Juifs.

Fin 1947, le Livre noir est censuré en URSS. Ses auteurs décimés.

Ce n'est que 60 ans plus tard, en 2010, qu'il sera intégralement publié en Russie.

 

Dans une démarche similaire à celle de Vassili Grossman en rédigeant le Livre noir, le documentaire porte la voix de ces trois hommes, Mikhoels, Ehrenbourg et Grossman, et redonne vie à leurs textes. C'est à la fois magnifique et tragique.

Pour connaître le destin du Livre noir et de ses auteurs, je vous invite à découvrir le documentaire intitulé « Vie et Destin du Livre noir. La destruction des Juifs d’URSS ». Diffusé le dimanche 13 décembre à 22h40, sur France 5, puis en replay pendant 30 jours sur francetv.fr.

 

Johana M.