Blog du Crif - La musique comme vecteur d’espoir face à la barbarie

19 Avril 2019 | 73 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Dans cette éditorial, je m'exprime sur la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'incarcération d'Alain Soral. Une décision que je juge inacceptable.

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Actualité

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Le 34ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 20 février 2019

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

Opinion

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

La musique fait écho en nous et nous interpelle comme une lueur qui se transmet à chaque instant, comme les battements d’un cœur universel. Comme un langage à part entière elle parle d’un passé, d’un présent, d’un futur imaginé.

Elle a cette force de nous interpeller, nous faire vibrer, nous remettre en question parfois et de nous apprendre par moment notre histoire personnelle ou collective.

C’est pour toutes ces raisons que je salue l’initiative de la Philharmonie de Paris dont l’orchestre, ainsi que le chœur d’enfants de l’orchestre de Paris, interprèteront à deux reprises l’Opéra  « Brundibar » sous la direction de Lionel Sow et dans une mise en scène d’Olivier Letellier. Le concert est proposé aux publics scolaires le 9 mai et également ouvert au grand public le 8 mai.

L’Opéra Brundibar, composé par Hans Krasa le 23 Septembre 1943, prisonnier à Terezin, est un exemple de parenthèse de vie dans le cauchemar du camp nazi de Tchécoslovaquie.

Dans ce camp de transit furent déportés des dizaines de milliers de juifs avant d’être conduit vers Auschwitz ou ailleurs.

Cet Opéra raconte l’histoire de deux enfants en quête d’argent pour acheter le lait nécessaire aux soins de leur mère malade et qui sont confrontés au diabolique joueur d’orgue d’harmonie Brundibar, personnage représentant Adolf Hitler. Ils parviendront malgré tout à triompher. Les chansons de cet Opéra incarnent l’espoir face à la barbarie nazie.

Delphine Kessous

Informations et réservations : 

Concerts ouverts au public : https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/opera/19031-brundibar-hans-krasa

Concerts ouverts aux publics scolaires : https://philharmoniedeparis.fr/fr/scolaires-enseignants/19034-brundibar

Découvrez le site Internet de la Philharmonie de Paris

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.