Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - La violence qui frappe notre société

27 Novembre 2020 | 81 vue(s)
Catégorie(s) :
France

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Pages

Actualité

L'exposition CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH...L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK (1918-1922) est à découvrir juqu'au 16 juillet 2018 au Centre Pompidou.

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pages

Opinion

Par Chloé Blum

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Pages

Comment ne pas aborder une fois de plus le sujet de la violence qui frappe notre société ?

Depuis quelques années, nous sommes confrontés à un mal qui nous ronge et qui a entraîné non seulement des pertes humaines très souvent dans des conditions dramatiques mais également des traumatismes dont on ne cicatrise pas encore.

Face a cette violence, terroriste islamique ou sociétale, nous essayons de faire bloc et cherchons non seulement une réponse forte mais faisons appel à nos valeurs républicaines qui devraient être notre bouclier face à ces maux qui nous font saigner.

Nous rappelons sans cesse que nous devons faire « un » face à ceux et celles qui n’ont que la haine comme langage.

À chaque drame que nous vivons, nous sommes Charlie, Bataclan, Juifs, Nice, Samuel Paty et aussi Policiers. Je ne peux oublier les applaudissements à l’unisson saluant les forces de l’ordre après les attentats.

Je ne peux oublier combien nous nous sommes accrochés à ceux qui portaient l’uniforme en les prenant pour symboles d’une nation qui résiste. 

Au nom de ces souvenirs et de cette force dont ils sont les symboles, je ne peux me taire face à certaines « brebis galeuses » portant ce même uniforme, qui par leurs agissements salissent non seulement l’uniforme qu’ils portent, mais plus largement crachent aux visages de tous les citoyens qui ont besoin plus que jamais de croire en la force du droit et en sa capacité à les protéger. 

Je refuse de pratiquer l’amalgame et rejette le terme global de « violences policières » mais je crie haut et fort « qu’il y a trop de policiers violents » qui sont des tâches sur le drapeau tricolore.

Certains par le racisme bafouent nos valeurs.

Ce qui s’est passé le 21 novembre dans le 17e arrondissement sur la personne du producteur Michel Zecler est non seulement un scandale qui appelle à des sanctions exemplaires mais le signe qu’il faut chirurgicalement retirer cette tumeur violente et raciste qui gangrène çà et là certains corps de notre police. Les propos et les coups reçus par Michel sont des coups que chacun d’entre nous avons reçus. 

Les fausses déclarations contredites heureusement par les vidéos appellent à une réaction forte, exemplaire et à une condamnation par tous. 

Michel en a le droit, les milliers de policiers qui font leur travail avec abnégation le méritent et nous tous en avons besoin.

 

Gil Taïeb 

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -