Blog du Crif - Le jour où Serge Gainsbourg a porté l'étoile jaune

08 Juin 2020 | 931 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Mon discours à la cérémonie d'hommage aux Juifs engagés volontaires qui s'est tenue le 15 octobre 2017 au cimétière de Bagneux.

Dans ce courrier, j'ai félicité Audrey Azoulay pour son élection. J'ai également attiré son attention sur les positions récentes de l'Unesco sur Jérusalem et commente les relations passées de l'organisation avec le Crif.

Mardi 10 octobre 2017, j'ai été reçu par le Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour un long tour d'horizon.

Portrait de Invité
#BlogDuCrif - Devoir de mémoire
|
20 Septembre 2017
Catégorie : France

Il y a 76 ans, le 15 décembre 1941, 69 hommes ont été fusillés au Fort du Mont Valérien à Suresnes, dans les Hauts de Seine par les autorités d’occupations allemandes. Ces hommes, français et étrangers, furent arrêtés par les forces de polices françaises de la Préfecture de police du département de la Seine (à l’époque).

Je vais vous raconter l’histoire de Moritz Singer, mon oncle, le frère de ma mère, un de ces fusillés.

En 2017, Roger Pinto, sa femme et son fils ont été séquestrés, violentés et détroussés à leur domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), "une agression antisémite" condamnée par le Crif et le ministre de l'Intérieur. Une première ?

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Le jour où Serge Gainsbourg a porté l'étoile jaune : "J'avais une étoile de shérif sur le coeur"

 

Le 7 juin 1942, en zone occupée, comme tous les Juifs de plus de six ans, le jeune Lucien Ginzburg qui sera connu sous le nom de Serge Gainsbourg alors âgé de 13 ans est obligé de porter l’étoile jaune à six pointes ayant les dimensions de la paume d'une main avec l’inscription "juif' bien visiblement sur le côté gauche de l’étoile. Il relatera laconiquement ce souvenir douloureux le 3 septembre 1975 : "J'avais une étoile de shérif sur le cœur".

Les Juifs sont désormais reconnaissables en zone occupée. Le petit Lucien Ginzburg subit avec beaucoup d’amertume cette mesure : "C’est quand même dur pour un p’tit gars de porter l’étoile jaune". Sa mère Olga s’est procuré les étoiles jaunes pour sa famille dans le commissariat de police de son quartier jaune en échange d’un point de ravitaillement textile.

Pourquoi ne pas obéir ? Le père de Serge, Joseph Ginzburg naturalisé français par décision du président de la République française, Albert Lebrun, le 9 juin 1932 s’était  fait déclarer comme Juif l’ensemble de sa famille malgré les réticences de sa femme Olga en donnant comme prétexte imparable à ses yeux : "Quand on est immigré, il faut bien se tenir". Olga décide toutefois de faire une petite entorse à la loi en confectionnant des étoiles doublées d’épingles dissimulées dans les pointes des six branches afin que ses enfants puissent l’enlever facilement pour se rendre au concert ou au cinéma.

Ce marquage infâme restera à jamais un souvenir douloureux pour le chanteur qui se remémorera de cette situation douloureuse de devoir porté l’étoile jaune dans son album Rock Around the Bunker sorti en 1975, " The Yellow star " :

" J'ai gagné la yellow star,

Et sur cette yellow star,
Inscrit sur fond jaune vif,
Y'a un curieux hieroglyphe
Sur cette yellow star, yellow star,
J'ai gagné la yellow star,

Et sur cette yellow star,
Y'a peut être marqué sheriff ou marshall ou big chief
Sur cette yellow star, yellow star,
J'ai gagné la yellow star,
Je porte la yellow star

Difficile pour un juif,

La loi du struggle for life,

Quand il y a la yellow star, yellow star ".

Par la suite , les  Ginzburg vont prendre le faux nom de Guimbard pendant qu’ils se cacheront à Limoges. Serge Gainsbourg a-t-il pensé à cette fausse identité quand il s’est donné par la suite le nom de Gainsbarre ? Gainsbourg restera marqué par la période de la Shoah et en particulier par le premier jour où il a été obligé de porter une étoile jaune. Son statut de star de la chanson dans les années quatre-vingt sera pour lui une sorte de revanche pour les souffrances qu’il a enduré au cours de cette période : "Je suis fragile et désabusé. J’ai tout eu et je n’ai rien. L’idée du bonheur m’est étrangère. Je ne cherche qu’une seule chose, la pureté de mon enfance".

 

Dr Bruno Halioua, Président de la Commission Souvenirs du Crif

Cet article est extrait de « Leur Seconde Guerre Mondiale », le prochain livre de Bruno Halioua. (A paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, Bruno Halioua s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.