Blog du Crif - Le jour où Serge Gainsbourg a porté l'étoile jaune

08 Juin 2020 | 935 vue(s)
Catégorie(s) :
France

L'EI ne lésine pas sur les moyens et diffuse sur Internet sa propagande ignominieuse...

Il faut croire que certaines alertes ne veulent pas être entendues à temps

Souvent l’on oublie de parler d’eux

Au moins 128 morts à déplorer dans la vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi 13 novembre

Portrait de Dov Maimon
Paradoxes de la politique israëlienne
|
09 Novembre 2015
Catégorie : France

"A vos crayons citoyens, à la politique citoyens. Si nous voulons que les choses se fassent il va falloir que certains d’entre nous se bougent."

Tel Aviv sur Seine : succès sur les berges et sur le net, opération réussie !

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
Le dialogue renoué
|
29 Juillet 2015
Catégorie : France

Mars 2015, je suis à Bruxelles pour présenter mon livre écrit sous le pseudo de Sefwoman, « Je suis juive mais je me soigne ». Au fond de la salle, 3 garçons se marrent. Je parle de ma grand-mère et de service 98 pièces au liseré doré, de son refus de me parler de l’Algérie, des plats typiques, je les vois acquiescer. A la fin de la présentation, ils ont tous les trois le livre en main. « La dédicace c’est pour qui ? », « Ismaël ».

Célébrer le 14 juillet à Tel-Aviv – une occasion de célébrer la double appartenance culturelle et nationale sur un mode festif et joyeux.

12 juillet 1906, Alfred Dreyfus  est réhabilité par la cour de cassation de Rennes. C’était il y a 109 ans, autant dire une éternité.  

INTERNATIONAL - Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats.
Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats. Rappelons à ce sujet qu'une campagne BDS -pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions- tente de s'implanter en France, en incitant à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays. Expliquons.


Artcile publié dans le Huffinghton Post http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/boycott-produits-israeliens_b_7...

Un entretien entre Marc Knobel et Michaël de Saint Cheron, philosophe des religions.

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Franck Guillory, journaliste, auteur et réalisateur de documentaires s'est rendu à Auswithz en Avril dernier, il nous raconte son expérience et ses souvenirs dans un article publié sur son blog.

Compte-rendu d'un magnifique livre de Benjamin Stora qui raconte son enfance juive à Constantine.

 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Pages

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Le jour où Serge Gainsbourg a porté l'étoile jaune : "J'avais une étoile de shérif sur le coeur"

 

Le 7 juin 1942, en zone occupée, comme tous les Juifs de plus de six ans, le jeune Lucien Ginzburg qui sera connu sous le nom de Serge Gainsbourg alors âgé de 13 ans est obligé de porter l’étoile jaune à six pointes ayant les dimensions de la paume d'une main avec l’inscription "juif' bien visiblement sur le côté gauche de l’étoile. Il relatera laconiquement ce souvenir douloureux le 3 septembre 1975 : "J'avais une étoile de shérif sur le cœur".

Les Juifs sont désormais reconnaissables en zone occupée. Le petit Lucien Ginzburg subit avec beaucoup d’amertume cette mesure : "C’est quand même dur pour un p’tit gars de porter l’étoile jaune". Sa mère Olga s’est procuré les étoiles jaunes pour sa famille dans le commissariat de police de son quartier jaune en échange d’un point de ravitaillement textile.

Pourquoi ne pas obéir ? Le père de Serge, Joseph Ginzburg naturalisé français par décision du président de la République française, Albert Lebrun, le 9 juin 1932 s’était  fait déclarer comme Juif l’ensemble de sa famille malgré les réticences de sa femme Olga en donnant comme prétexte imparable à ses yeux : "Quand on est immigré, il faut bien se tenir". Olga décide toutefois de faire une petite entorse à la loi en confectionnant des étoiles doublées d’épingles dissimulées dans les pointes des six branches afin que ses enfants puissent l’enlever facilement pour se rendre au concert ou au cinéma.

Ce marquage infâme restera à jamais un souvenir douloureux pour le chanteur qui se remémorera de cette situation douloureuse de devoir porté l’étoile jaune dans son album Rock Around the Bunker sorti en 1975, " The Yellow star " :

" J'ai gagné la yellow star,

Et sur cette yellow star,
Inscrit sur fond jaune vif,
Y'a un curieux hieroglyphe
Sur cette yellow star, yellow star,
J'ai gagné la yellow star,

Et sur cette yellow star,
Y'a peut être marqué sheriff ou marshall ou big chief
Sur cette yellow star, yellow star,
J'ai gagné la yellow star,
Je porte la yellow star

Difficile pour un juif,

La loi du struggle for life,

Quand il y a la yellow star, yellow star ".

Par la suite , les  Ginzburg vont prendre le faux nom de Guimbard pendant qu’ils se cacheront à Limoges. Serge Gainsbourg a-t-il pensé à cette fausse identité quand il s’est donné par la suite le nom de Gainsbarre ? Gainsbourg restera marqué par la période de la Shoah et en particulier par le premier jour où il a été obligé de porter une étoile jaune. Son statut de star de la chanson dans les années quatre-vingt sera pour lui une sorte de revanche pour les souffrances qu’il a enduré au cours de cette période : "Je suis fragile et désabusé. J’ai tout eu et je n’ai rien. L’idée du bonheur m’est étrangère. Je ne cherche qu’une seule chose, la pureté de mon enfance".

 

Dr Bruno Halioua, Président de la Commission Souvenirs du Crif

Cet article est extrait de « Leur Seconde Guerre Mondiale », le prochain livre de Bruno Halioua. (A paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, Bruno Halioua s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.