Blog du Crif - Les jeunes du Congrès Juif Mondial s’engagent lors la Conférence Internationale contre l’antisémitisme

03 Janvier 2019 | 176 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Fausses rumeurs, photos ou vidéos truquées… les fausses informations, ou fake news, inondent le net. La désinformation va parfois plus loin, prenant la forme de théories à l’apparence scientifique.

L'exposition CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH...L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK (1918-1922) est à découvrir juqu'au 16 juillet 2018 au Centre Pompidou.

Scoop : l’appel au boycott est illégal en France

 

Et vous, comment définiriez-vous l’humour juif ?

Pages

Actualité

L’Amitié judéo-chrétienne de France - dont plusieurs militants du Crif sont membres du Comité Directeur - a tenu dimanche 29 janvier son Conseil national, l’occasion pour nous de donner quelques nouvelles du front du dialogue.

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Un livre de Victoria Klem

Suite au vote le 16 décembre 2016 du conseil municipal de Clermont-Ferrand au vœu présenté par les groupes communistes, Front de gauche et Europe écologie, vœu relatif au boycott des produits israéliens fabriqués dans « les territoires palestiniens occupés », le Maire de Clermont-Ferrand a fait paraître dans le journal local la Montagne un communiqué. La présidente du CRIF Auvergne-Rhône- Alpes lui répond…

Au lendemain des déclarations du ministre israélien de la défense, lundi 26 décembre, qualifiant la conférence de paix sur le Proche-Orient qui doit se tenir prochainement à Paris de nouveau « procès Dreyfus », le Crif a condamné des propos « maladroits ».

 
 
 

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Pages

Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Une conférence internationale

La seconde conférence internationale sur l’antisémitisme, le racisme et la xénophobie s’est tenue à Moscou du 28 au 30 octobre 2018. Elle a réuni environ 500 participants qui ont assisté aux débats devant des dizaines de spécialistes provenant de 35 pays différents.

Une cinquantaine de membres du Jewish Diplomatic Corps -  un programme phare du Congrès juif mondial, réunissant des jeunes professionnels de divers horizons désireux d’agir dans le domaine de la diplomatie, aussi connu sous le nom de « Jewish Diplomats » (JDs) -  se sont rendus à Moscou afin de prendre pleinement part à cette conférence internationale et de nouer des contacts avec ses différents acteurs.

Les intervenants étaient des spécialistes reconnus dans leurs domaines respectifs et à la renommée internationale. Des représentants officiels de la présidence ainsi que du gouvernement russe sont ainsi intervenus aux côtés notamment de Madame Irina Bokova, ancienne Directrice générale de l’UNESCO, de Monsieur Robert Singer, Directeur général et  vice-président exécutif du Congrès juif mondial, des grand-rabbins de Moscou et de Russie ainsi que de nombreux représentants d’autres religions (dont le Mufti de Russie et l’Imam de Drancy, Monsieur Chalghoumi), ou encore de l’ancien ministre français Monsieur Chevènement.

Les débats ont permis d'aborder les différents aspects de l’antisémitisme et de la xénophobie, ses racines et ses différentes manifestations, et surtout les moyens culturels et éducatifs qui permettent de lutter contre ce fléau.

Une attention particulière a été portée sur les différents dangers pesant sur les communautés juives : l’extrême droite, dont l’attentat de Pittsburg a tristement rappelé la pérennité du danger, ainsi que le fondamentalisme islamiste ; mais également la délégitimation d’Israël, le négationnisme ou encore la remise en cause de la liberté de culte.

Ainsi que l’a rappelé le Grand Rabbin de Moscou, Monsieur Pinchas Goldschmidt, l’antisémitisme mute comme un virus: lorsque l’Europe était religieuse, l’antisémitisme était chrétien ; lorsque l’Europe est devenue séculière, l’antisémitisme est devenu une des formes du racisme; et depuis la naissance d’Israël, il se singularise par l’antisionisme et la délégitimation d’Israël.

Au terme de la conférence, une déclaration a été adoptée par les participants, rappelant notamment la porosité entre les différentes formes adoptées par l’antisémitisme, la xénophobie et le racisme; et condamnant fermement les dérives électoralistes en la matière.

L’engagement des JDs

Les JDs ont activement participé à la conférence tout au long des trois jours. Daniel Berke (Royaume-Uni) est intervenu pour traiter de la problématique de l’antisémitisme sur internet, Chaya Singer (Afrique du Sud) des formes contemporaines de l’antisémitisme et comment elles touchent l’Afrique du Sud, Gila Baumoehl sur les dangers actuels auxquels font face la communauté juive en Allemagne,  Ariel Spieler (Israel) sur le biais contre Israel dans les  médias, table ronde également modérée par Vladimir Bermant (Royaume-Uni) et Olga Karasik sur la manière dont on peut casser les préjugés antisémites dans l’enseignement de la littérature étrangère à l’université.

De plus, 25 JDs ont eu l’occasion de se rendre à la Douma de Moscou où ils ont été reçus par son Président, Alexey Shaposhnikov, ainsi que plusieurs de ses adjoints. Au cours d’une séance particulièrement intéressante, ils ont pu échanger sur des sujets aussi divers que l’arsenal législatif russe permettant de lutter contre l’antisémitisme, les droits des différentes minorités, ou encore les moyens avec lesquels la région de Moscou interagissait avec la communauté juive, tels que l’allumage public à Hannouka, ou encore les vœux officiels lors des fêtes formulés par le gouvernement.

Au cours de ces échanges, la Douma de Moscou a exprimé sa gratitude au judaïsme russe pour sa contribution exceptionnelle à la société russe, y incluant les héros de la Seconde Guerre Mondiale.

D’autres JDs se sont rendus au Ministère russe des Affaires Etrangères afin de rencontrer Monsieur Konstantin Kolpakov, Chef du Conseil des jeunes diplomates. Les échanges ont porté sur le rôle de la Russie dans le combat contre l’antisémitisme au niveau mondial, sur les relations bilatérales russo-israéliennes, ainsi que sur le rôle de la Russie tant au Moyen-Orient qu’aux Nations Unies.

Enfin, les JDs ont pu rencontrer les ambassadeurs de 10 pays différents à Moscou (Canada, Argentine, Israël, Suède, Allemagne, Royaume-Uni, Singapour, Pays-Bas, Hongrie, Union Européenne) : des échanges primordiaux avec des diplomates de haut rang au cours desquelles les JDs ont pu insister sur l’importance ainsi que l’actualité de leurs combats.

Cette conférence a représenté un véritable enrichissement pour les JDs qui y ont participé, et une opportunité unique d’échanger avec des législateurs et des diplomates . Ils ont pu mesurer l’intérêt porté par leurs interlocuteurs à leurs questions, et ont eu la satisfaction de pouvoir échanger librement avec des représentants de divers pays.  

Mathieu Valens, WJC JDCorps

Le WJC JDCorps, un programme phare du Congrès juif mondial, est un réseau de jeunes professionnels juifs agissant dans le domaine de la diplomatie et de la politique publique. Il regroupe quelques 200 personnes à travers plus de 40 pays. Les membres, connus sous le nom de "Jewish Diplomats" (JD), viennent d'un large éventail de milieux professionnels.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.