Blog du Crif - Les jeunes du Congrès Juif Mondial s’engagent lors la Conférence Internationale contre l’antisémitisme

03 Janvier 2019 | 176 vue(s)
Catégorie(s) :
France

L'historien Laurent Joly publie un nouvel éclairage sur la collaboration de la France occupée à la déportation des juifs. Une œuvre magistrale.

Le Crif souhaite un prompt rétablissement à Jean-Pierre Allali suite à son récent accident et espère le retrouver très vite en pleine forme.

Par Chloé Blum

Portrait de Invité
Blog du Crif - Noé, reviens !
|
11 Octobre 2018
Catégorie : France, Opinion

Pages

Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

Pages

Opinion

Par Chloé Blum

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Pages

Une conférence internationale

La seconde conférence internationale sur l’antisémitisme, le racisme et la xénophobie s’est tenue à Moscou du 28 au 30 octobre 2018. Elle a réuni environ 500 participants qui ont assisté aux débats devant des dizaines de spécialistes provenant de 35 pays différents.

Une cinquantaine de membres du Jewish Diplomatic Corps -  un programme phare du Congrès juif mondial, réunissant des jeunes professionnels de divers horizons désireux d’agir dans le domaine de la diplomatie, aussi connu sous le nom de « Jewish Diplomats » (JDs) -  se sont rendus à Moscou afin de prendre pleinement part à cette conférence internationale et de nouer des contacts avec ses différents acteurs.

Les intervenants étaient des spécialistes reconnus dans leurs domaines respectifs et à la renommée internationale. Des représentants officiels de la présidence ainsi que du gouvernement russe sont ainsi intervenus aux côtés notamment de Madame Irina Bokova, ancienne Directrice générale de l’UNESCO, de Monsieur Robert Singer, Directeur général et  vice-président exécutif du Congrès juif mondial, des grand-rabbins de Moscou et de Russie ainsi que de nombreux représentants d’autres religions (dont le Mufti de Russie et l’Imam de Drancy, Monsieur Chalghoumi), ou encore de l’ancien ministre français Monsieur Chevènement.

Les débats ont permis d'aborder les différents aspects de l’antisémitisme et de la xénophobie, ses racines et ses différentes manifestations, et surtout les moyens culturels et éducatifs qui permettent de lutter contre ce fléau.

Une attention particulière a été portée sur les différents dangers pesant sur les communautés juives : l’extrême droite, dont l’attentat de Pittsburg a tristement rappelé la pérennité du danger, ainsi que le fondamentalisme islamiste ; mais également la délégitimation d’Israël, le négationnisme ou encore la remise en cause de la liberté de culte.

Ainsi que l’a rappelé le Grand Rabbin de Moscou, Monsieur Pinchas Goldschmidt, l’antisémitisme mute comme un virus: lorsque l’Europe était religieuse, l’antisémitisme était chrétien ; lorsque l’Europe est devenue séculière, l’antisémitisme est devenu une des formes du racisme; et depuis la naissance d’Israël, il se singularise par l’antisionisme et la délégitimation d’Israël.

Au terme de la conférence, une déclaration a été adoptée par les participants, rappelant notamment la porosité entre les différentes formes adoptées par l’antisémitisme, la xénophobie et le racisme; et condamnant fermement les dérives électoralistes en la matière.

L’engagement des JDs

Les JDs ont activement participé à la conférence tout au long des trois jours. Daniel Berke (Royaume-Uni) est intervenu pour traiter de la problématique de l’antisémitisme sur internet, Chaya Singer (Afrique du Sud) des formes contemporaines de l’antisémitisme et comment elles touchent l’Afrique du Sud, Gila Baumoehl sur les dangers actuels auxquels font face la communauté juive en Allemagne,  Ariel Spieler (Israel) sur le biais contre Israel dans les  médias, table ronde également modérée par Vladimir Bermant (Royaume-Uni) et Olga Karasik sur la manière dont on peut casser les préjugés antisémites dans l’enseignement de la littérature étrangère à l’université.

De plus, 25 JDs ont eu l’occasion de se rendre à la Douma de Moscou où ils ont été reçus par son Président, Alexey Shaposhnikov, ainsi que plusieurs de ses adjoints. Au cours d’une séance particulièrement intéressante, ils ont pu échanger sur des sujets aussi divers que l’arsenal législatif russe permettant de lutter contre l’antisémitisme, les droits des différentes minorités, ou encore les moyens avec lesquels la région de Moscou interagissait avec la communauté juive, tels que l’allumage public à Hannouka, ou encore les vœux officiels lors des fêtes formulés par le gouvernement.

Au cours de ces échanges, la Douma de Moscou a exprimé sa gratitude au judaïsme russe pour sa contribution exceptionnelle à la société russe, y incluant les héros de la Seconde Guerre Mondiale.

D’autres JDs se sont rendus au Ministère russe des Affaires Etrangères afin de rencontrer Monsieur Konstantin Kolpakov, Chef du Conseil des jeunes diplomates. Les échanges ont porté sur le rôle de la Russie dans le combat contre l’antisémitisme au niveau mondial, sur les relations bilatérales russo-israéliennes, ainsi que sur le rôle de la Russie tant au Moyen-Orient qu’aux Nations Unies.

Enfin, les JDs ont pu rencontrer les ambassadeurs de 10 pays différents à Moscou (Canada, Argentine, Israël, Suède, Allemagne, Royaume-Uni, Singapour, Pays-Bas, Hongrie, Union Européenne) : des échanges primordiaux avec des diplomates de haut rang au cours desquelles les JDs ont pu insister sur l’importance ainsi que l’actualité de leurs combats.

Cette conférence a représenté un véritable enrichissement pour les JDs qui y ont participé, et une opportunité unique d’échanger avec des législateurs et des diplomates . Ils ont pu mesurer l’intérêt porté par leurs interlocuteurs à leurs questions, et ont eu la satisfaction de pouvoir échanger librement avec des représentants de divers pays.  

Mathieu Valens, WJC JDCorps

Le WJC JDCorps, un programme phare du Congrès juif mondial, est un réseau de jeunes professionnels juifs agissant dans le domaine de la diplomatie et de la politique publique. Il regroupe quelques 200 personnes à travers plus de 40 pays. Les membres, connus sous le nom de "Jewish Diplomats" (JD), viennent d'un large éventail de milieux professionnels.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.