Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Lettre ouverte à Laure Adler, par Gil Taieb

29 Mars 2019 | 77 vue(s)
Catégorie(s) :
France

"The strength of a Nation always lies in the the way it looks at its History and and its ability to teach it to future generations".

 

"La force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle sait porter sur son histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes."

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pages

Mercredi 27 mars au soir, j’ai écouté, comme je le fais souvent, France Inter. Plus précisément l’émission l’heure bleue animée par Laure Adler. Elle recevait Leila Shahid. Dès le début de l’émission, le décor était planté : le premier des morceaux choisis par Leila Shahid a été celui de la grande chanteuse libanaise Fayrouz: Al Qods. 

Et là commence alors la diffusion du venin de la propagandiste professionnelle palestinienne avec la complaisance mielleuse de Laure Adler. 

A la question:  « pourquoi cette chanson et que raconte-t-elle ? » Le serpent Shahid, tel le python Kaa, dans le Livre de la Jungle, sous son air débonnaire, débute sa séance d’hypnose. « Cette chanson parle de la ville où est née ma grand-mère, qui devrait appartenir au Monde et n’être la capitale d’aucun pays. ISRAEL l’a volée et se l’est appropriée » dit-elle.

La machine à propagande est lancée. Le message passe sans aucune réaction, ni interrogation. Laure Adler boit ses paroles et fait même en sorte de nous les faire avaler.

Toute l’émission n’a été qu’une perfusion au goutte-à-goutte de la propagande palestinienne. Tous les clichés et mensonges que Leïla Shahid a diffusé tout au long de sa carrière de diplomate maléfique y sont passés. 

Tout au long de l’émission, elle a propagé son virus, condamnant Israël et l’accusant de tous les maux, attaquant le président américain pour ses dernières déclarations, désignant Israël comme un état criminel et voyou, rejetant toutes les résolutions onusiennes.

Tout y est passé : Sabra Chatila, le Liban, le Golan, les territoires administrés et évidemment Gaza. Leila Shahid, après avoir sans complexe rappelé avec fierté son appartenance à la « grande famille des Husseini » conclut par une tirade affirmant son soutien « aux gazaouis, victimes des tirs assassins des Israéliens »

Madame Adler, le journalisme n’est pas une cantine dans laquelle on sert la soupe sans réaction !

Vous ne pouvez laisser passer tant d’affirmations haineuses et mensongères.

Vous ne pouvez laisser dire qu’Israel a volé Jérusalem.

Vous ne pouvez laisser parler de cette famille Husseini sans rappeler l’un de ses membres les plus influents que fut le Mufti de Jérusalem qui a reçu Hitler, l’a assuré de son soutien et lui a même demandé de le débarrasser des Juifs de Palestine.

Vous n’avez pas le droit de laisser Leila Shahid, parler des enfants palestiniens sans lui rappeler ces milliers d’enfants Israéliens qui depuis des années vivent au rythme des sirènes qui les réveillent à chaque fois que les assassins du Hamas ou du Djihâd islamique décident de tirer pour tuer.

Madame Adler, mercredi soir vous avez déshonoré votre profession.

Vous avez insulté la mémoire des millions de morts exterminés par le régime hitlérien soutenu par les Husseini.

Vous avez craché sur la seule démocratie de la région et sur tout un peuple qui a fait tant de concessions dans l’espoir de vivre en paix. 

Madame Adler, sur le service public, mercredi 23 mars vous avez, par méconnaissance j’espère ou en choisissant un camp je le crains, alimenté la haine contre le peuple juif debout et vivant et qui a décidé de ne confier son destin à aucune autre nation. Cela dérange mais c’est une réalité indéracinable. Madame Adler j’aurais tant aimé que vous vous souveniez de vos nombreux voyages en Israël et même du temps vous aviez failli y vivre.

Il est vrai, vous aviez 18 ans et à cet âge, vous aviez encore la pureté et l’honnêteté de ceux qui voyaient se réaliser un rêve millénaire et qui n’étaient pas pollués par la propagande.

Gil Taieb

Les articles des blogs du Crif n'engagent que la parole de leurs auteurs

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.