Blog du Crif - L'Histoire, exactement comme elle l’a vécue

06 Juin 2019 | 5 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Par Nicolas Bedos

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

 

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires ! 

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale.

Il y a 80 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. À cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, et issus de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (édition Buchet Chastel - 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Pages

Antisémitisme
 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Deux historiens français l’ont fait et publient ce mois d’avril en collection Que Sais-je Les 100 mots de la Shoah.

"La Place de la République ne vous appartient pas".

Dimanche dernier, des militants du Collectif Anti Boycott se sont rendu face à une manifestation BDS.

Quel est donc ce mouvement qui s'est vu offrir une tribune hier au journal télévisé de France 2 ?

Lundi 11 janvier, à Marseille, un jeune turc de 15 ans attaquait à la machette un enseignant juif portant une kippa. Une affaire qui devait provoquer une grande émotion, et qui a inspiré à Jérôme Fenoglio, le directeur du journal « Le Monde », un éditorial remarquable. En voici un extrait : « Ce mal, il faut le considérer pour ce qu’il est : le produit des noces mortelles entre djihadisme et antisémitisme. Le terrorisme fondamentaliste (…) reprend tous les stéréotypes du vieil antisémitisme européen, accommodé à la sauce de l’heure, mélange de théories du complot importées du Moyen-Orient et transportées par Internet ».

A force de tenir des raisonnements primaires, ami de Gôôôôche, tu es devenu primaire

Ce soir, jeudi 22 octobre, France 3 diffuse à 23h15 « Profs en territoires perdus de la République ? »

Article de Dr Bruno HALIOUA Secrétaire Général de l’AMIF (Association des Médecins Israélites de France)

"Une France antijuive ? "est le dernier livre de Pierre-André Taguieff. Marc Knobel rend hommage au talent et au courage de l'auteur à travers cette tribune.

Portrait de Invité
3 Questions à Marc Knobel
|
17 Avril 2015
Catégorie : Antisémitisme

Les auteurs du Blog du Crif se prêtent à un exercice de questions réponses " 3 Questions à ..."

Marc Knobel historien- chercheur nous parle donc de son engagement dans la lutte contre l'antisémitisme.

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

Pages

Opinion

Par un enchaînement de hasards, notre bloggueuse Sophie, plus habituée aux sujets de cyber-sécurité et de contre-terrorisme, s'est retrouvée les mains dans la pâte (à pizza). Et ça lui a donné quelques idées plutôt gourmandes... Elle les partage avec vous cet été à travers ces chroniques culinaires !

Pages

Il y a des moments qui nous happent et nous saisissent de plein fouet. Comme une invitation à pénétrer dans un sinistre passé où le temps semble s’être arrêté voire complètement éteint.

C’est l’effet ressenti lorsque l’on ouvre le livre de Ginette Kolinka : Retour à Birkenau. Ce retour justement, je l’ai vécu en sa compagnie lors d’un voyage commémoratif. Les mots du livre ont ainsi fait échos à ses paroles lors de ce trajet. Cette résonance presque cacophonique, a prit alors une autre tournure, où le récit personnel qu’elle me confiait d’une manière intime presque filiale lors de ce retour à Birkenau, devenait plus universel suite à l’écriture et à la lecture de l’ouvrage.

Tout le monde pouvait alors entendre et connaître l’histoire de Ginette Kolinka, rescapée des camps de concentration et d’extermination.

Si le livre démarre presque In Mediares dans l’enfer du camp de Birkenau, c’est cette violence du récit qui frappe où la cruauté des images se mêle au cru des mots. Ginette Kolinka ne passe pas par quatre chemins, lorsqu’elle raconte, elle ne prend pas de pincettes et ne fait pas de manière, puisque l’histoire, elle l’écrit exactement comme elle l’a vécue afin que chaque personne puisse se rendre compte de l’atrocité et de l'abomination des camps. C’est cette écriture si singulière, qui fait de son ouvrage, un livre poignant et bouleversant. Ginette, elle écrit comme elle parle. Ses petites tournures de phrases parfois qui s’apparentent et se rapprochent plus de l’oralité que de l’écrit, permettent ainsi d’exprimer de s’imaginer véritablement par des images fortes, ces épisodes terrifiants.

La deuxième partie du livre, s'intéresse quant à elle à ce retour des camps. Que se passe t-il après, comment survivre après un tel drame ? C’est cette partie qui semble la plus attachante et la plus complexe. Comment la vie peut-elle exister lorsque l’on a côtoyé pendant des années la mort ? Peut-on encore distinguer le bien du mal, la vie de la mort après avoir vécu de telles souffrances ? C’est ce que Ginette Kolinka tente de nous traduire avec ses mots.

Plus qu’une brève de vie, un fait divers ou un récit personnel, cet ouvrage est plus que nécessaire puisqu’il s’agit véritablement de l’histoire de l’Humanité. Comme un cri du coeur, Ginette Kolinka semble vouloir nous faire passer un message, probablement celui qu’il est désormais de notre responsabilité de devenir les témoins des témoins.

Charlotte Lelouch

 

À lire aussi :