Gil Taïeb

Vice Président du Crif

Blog du Crif - Un destin commun, par Gil Taieb

17 Avril 2019 | 64 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Johnny est malade. Oui, le grand Johnny. Lundi, la fille de Johnny Hallyday avait annoncé que son père souffrait d'un cancer avant de crier au piratage de son compte. Ce mercredi soir, c'est finalement le chanteur lui-même qui prend soin d'envoyer un mot sur Twitter pour rassurer ces fans. Si on lui a dépisté « des cellules cancéreuses » pour lesquelles il est « traité », il assure être confiant sur son suivi. "Mes jours ne sont pas aujourd'hui en danger, rappelle L’Express du 9 mars.

Cela paraîtra peut-être étrange à certains de mes lecteurs, mais j’aime Johnny, j’aime son timbre de voix, j’aime aussi certaines de ces chansons, je suis presque, presque un fan.

Pages

Opinion

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Documentaire Sauver Auschwitz
|
23 Janvier 2017
Catégorie : Opinion

"Sauver Auschwitz ?" un documentaire diffusé le 24 janvier à 22h40 sur Arte 

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Pages

En cette veille de Pessah, Israël va pour la cinquième fois porter à la tête de son gouvernement Benjamin Natanyaou.

La démocratie a parlé, les urnes se sont exprimées, le peuple a choisi en toute liberté et conscience.

Le génie politique de Bibi, sa connaissance parfaite du terrain et de son peuple ont fait la différence.

Durant toute la campagne, 2 camps se sont affrontés.

D’un côté Bibi et de l’autre ceux qui voulaient le dégager.

Le pays s’est ainsi divisé et le système à la proportionnelle intégrale a cristallisé cette bipolarité. Un système exemplaire de démocratie mais un système qui montre ses limites.

Pas un échange sur le fond, pas de programme, pas de débat.

Un règlement de compte, un Free Fighting, un combat sans règles ni lois. 

Dommage, car tous les principaux acteurs sont des êtres de valeurs, des sionistes et des amoureux d’Israël.

Je veux réaffirmer mon respect et mon admiration pour Benny , Gabi et Boogi , leurs années au service d’israël sont les meilleures réponses aux attaques lamentables 

Seules certaines alliances ont desservi voir même découragé ceux qui ont envisagé un moment le changement. 

Bibi, plus expérimenté et bien plus rusé, a su trouver les mots justes. 

La Victoire du Likoud est Sa victoire ! Il l’a porté à bout de bras.  

Jamais le Likoud n’a obtenu autant de sièges.

Ce résultat est le fruit de son travail. 

Maintenant, il faut gouverner !

Les négociations ont commencé et chacun, fort de ces quelques mandats, va présenter l’addition et passer à la caisse.

Les résultats montrent une carte électorale bien marquée et 2 voire 3 Israël se dessiner.

Son gouvernement aura à rassurer les habitants de Nahal Oz et de Sderot 

Il devra montrer à ceux de Tel-Aviv et de Jérusalem, comme à ceux de Haifa et de Netivot, qu’ils vivent sur la même terre et que leur destin est commun.

Bibi aura charge de poursuivre sa remarquable action diplomatique mais aussi prendre le temps de regarder que dans la start-up nation, les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres.

J’ai en tête l’intervention émouvante d’une femme âgée qui s’adressait avec colère à Bibi. Elle lui réclamait de regarder vers ce petit peuple qui n’arrive pas à vivre avec dignité, ce petit peuple qui souffre et qui réclame sa part de miracle. 

Cette femme, malgré sa souffrance a terminé son intervention en réaffirmant qu’elle allait une fois de plus voter pour Bibi.

Une attitude qui en dit long sur la situation de la société Israélienne et sur le rapport particulier qui a été établi entre le premier ministre et une grande majorité des israéliens. La merveilleuse énergie qui alimente le moteur créatif de ce petit grand pays doit aussi profiter à ceux qui comme les autres participent de toute leur âme et de tout leur corps à la sécurité et à la Défense du pays.

Ils sont en droit d’exiger de pouvoir vivre dignement, de se soigner et avoir un toit. 

Ce cinquième mandat doit être celui de la redistribution, de l’équité et de la fraternité.

Jeudi soir, après le résultat des élections, tout Israël regardait vers le ciel ou plutôt vers la lune.

Tous étaient étaient fiers du génie Israélien ! 

Israël allait-il réussir à inscrire son nom parmi les très rares nations à alunir ?

Israël allait-il être le quatrième pays dont le drapeau allait être posé sur la lune ?

Jeudi soir, comme depuis sa création, Israël a vibré à l’unisson. 

Mais, à 11 km à peine de la lune, le moteur a lâché et avec lui un rêve inassouvi. 

Israël devra pour l’instant se « contenter » d’être une de 7 puissances à avoir atteint l’orbite lunaire. Ce qui, admettons-le, est une performance dont nombres de pays se contenteraient.

Un Honneur pour une Nation qui fêtera bientôt ses 71 ans.

Un échec provisoire déjà oublié car le milliardaire américain Morris Kahen, sponsor du premier essai, a déjà annoncé que le projet Berechit 2  allait être entamé.

Jeudi soir le peuple, au lendemain d’une élection qui a divisé, s’est retrouvé prêt à relever tous les défis et à préparer l’avenir. 

Souhaitons à Bibi de réussir car il a entre les mains le seul pays juif. 

Exigeons de lui et de son gouvernement qu’ils n’oublient personne.

Espérons surtout que les mots, les attaques et les insultes proférées pendant cette campagne, ne laissent pas de traces. Que chacun recouvre la raison.

Pessah nous rappelle que nous avons été esclaves. Aujourd’hui nous sommes libres et avons la possibilité en quelques heures de nous rendre à Jérusalem quels que soient nos choix, nos idées et nos origines.

Israël appartient à tous les descendants de ceux qui ont quitté l’Égypte et ont formé notre Peuple.

Longue vie à Israël !

Gil Taïeb

- Les opinions exprimées dans les billets de blog n'engagent que leurs auteurs -

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.