Richard Prasquier

Ancien Président du CRIF

Blog du Crif - Valérie Giscard d'Estaing ou les dangers de la raison

21 Décembre 2020 | 184 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Pages

Actualité

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Johnny est malade. Oui, le grand Johnny. Lundi, la fille de Johnny Hallyday avait annoncé que son père souffrait d'un cancer avant de crier au piratage de son compte. Ce mercredi soir, c'est finalement le chanteur lui-même qui prend soin d'envoyer un mot sur Twitter pour rassurer ces fans. Si on lui a dépisté « des cellules cancéreuses » pour lesquelles il est « traité », il assure être confiant sur son suivi. "Mes jours ne sont pas aujourd'hui en danger, rappelle L’Express du 9 mars.

Cela paraîtra peut-être étrange à certains de mes lecteurs, mais j’aime Johnny, j’aime son timbre de voix, j’aime aussi certaines de ces chansons, je suis presque, presque un fan.

Pourquoi dans cette affaire, est-ce Bensoussan qui seul est poursuivi en justice et non pas simultanément Smaïn Laacher ?

 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

L’Amitié judéo-chrétienne de France - dont plusieurs militants du Crif sont membres du Comité Directeur - a tenu dimanche 29 janvier son Conseil national, l’occasion pour nous de donner quelques nouvelles du front du dialogue.

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Un livre de Victoria Klem

Suite au vote le 16 décembre 2016 du conseil municipal de Clermont-Ferrand au vœu présenté par les groupes communistes, Front de gauche et Europe écologie, vœu relatif au boycott des produits israéliens fabriqués dans « les territoires palestiniens occupés », le Maire de Clermont-Ferrand a fait paraître dans le journal local la Montagne un communiqué. La présidente du CRIF Auvergne-Rhône- Alpes lui répond…

Au lendemain des déclarations du ministre israélien de la défense, lundi 26 décembre, qualifiant la conférence de paix sur le Proche-Orient qui doit se tenir prochainement à Paris de nouveau « procès Dreyfus », le Crif a condamné des propos « maladroits ».

 
 
 

Pages

Opinion

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Les commentateurs de la presse générale, qui ont à juste titre souligné les qualités intellectuelles de Valéry Giscard d’Estaing et l’ampleur des réformes qu’il avait engagées, ont rarement noté que l’hostilité envers Israël avait été une caractéristique de son septennat.

L’homme qui en juin 1967, alors ex-ministre du général de Gaulle, avait signé un manifeste de soutien à la sécurité d’Israël, en avait repris les mêmes termes en 1984, alors que, ex-Président, il achevait en Israël une visite privée et bien trop tardive. Mais entre-temps, de 1974 à 1981, il n’y a pas une seule année où les décisions de VGE n’aient pas manifesté que la sécurité d’Israël était le cadet de ses soucis : mise en selle politique internationale de l’OLP (1974), vente du réacteur Osirak à Saddam Hussein (1975), remerciements à Amin Dada après le détournement d’un avion d’Air France vers Entebbe (1976), refus d’extrader Abu Daoud, l’organisateur des attentats de Munich (1977), accueil de Khomeini à Neauphle le Chateau (1978), critiques sévères à l’égard du traité de paix israélo-égyptien (1979) et spectaculaire indifférence après l’attentat de Copernic (1980),l’image de Giscard regardant Israël aux jumelles depuis la Jordanie, lors de son voyage de 1980, symbolisait pour beaucoup de Juifs de France un fossé qui s’était élargi. Puissance de l’image (reconstituée, car il n’y a pas eu de photo…), les jumelles ont pesé dans la mémoire que les Juifs de France ont de Giscard.

Ce septennat, continuation de la très hostile présidence pompidolienne, fut donc, suivant les termes de Frederic Encel, celui de la « glaciation». Après la hausse du prix du pétrole en représailles à la guerre du Kippour, le ministre des Finances devenu Président de la République choisit de commercer avec un monde arabe dont certains pays s’étaient subitement enrichis: les armes contre le pétrole, avec à la clé pour la France une influence géopolitique  par le biais d’une ONU sous la coupe d’un tiers mondisme marxisant dont la « résistance » palestinienne était l’oriflamme. 

C’était là un choix rationnel pour Giscard, qui s’est défini lui-même comme un « conceptuel ». Certes, cela lui imposait de fermer les yeux sur le terrorisme palestinien, omniprésent à l’époque : l’attentat de Maalot (21 enfants tués), pour ne citer que lui, avait eu lieu trois jours avant l’élection présidentielle de 1974. Mais le chasseur VGE, animal à sang froid, entendait dépasser ces soubresauts regrettables. Négligeant la lâcheté de certaines de ses compromissions avec les terroristes et surestimant son influence sur la dictature soviétique, il pensait que les adversaires devaient s’accorder sur une solution concoctée par la communauté des nations et la France avec son jeune et moderne Président se devait d’être au premier rang de l’initiative. Le dialogue entre grands de ce monde  fut la pierre de touche de la politique giscardienne et le discours qu’il prononça en 1975 à Auschwitz visait lui aussi avant tout à promouvoir la détente avec les pays de l’Est, paravent à la tentation oppressive et fanatique qui tenaille « le malheureux corps de l’espèce humaine ». 

Dans ce discours, Giscard ne passa pas sous silence l’extermination des Juifs. Il se démena plus tard pour que la première présidente du Parlement Européen fût symboliquement une déportée juive, Simone Veil. Cet homme qui voyait l’économie au filtre de la raison, et la raison comme un efficace rempart aux passions, vit son septennat gâché par le choc pétrolier de 1979, consécutif à la guerre Iran-Irak, dont il fut un involontaire  artisan. Khomeini se servit en effet de son lieu de séjour en France comme d’une base de propagande avant de lancer avec le succès que l’on sait la plus irrationnelle des aventures politiques du demi-siècle. VGE ne voulait pas savoir que les passions prévalent facilement sur la raison si la raison oublie que les passions sont puissantes. Il n’était pas atteint de passion antisémite. Mais il a fait prospérer la passion antisioniste, qui en est l’habillage moderne. Et puisque contre une passion de mort on ne peut combattre qu’avec une passion de vie, il a ignoré que l’idée sioniste est justement la réponse passionnelle à une chosification de l’identité juive.

Il faut donc se méfier des «conceptuels» trop cartésiens. Mais ne faut-il pas se méfier aussi des «aventuriers», qualificatif dont VGE affublait Jacques Chirac, son ennemi de 40 ans ? Car un aventurier peut être aveuglé par les passions que sont ses amitiés, si celles-ci portent le nom de Saddam Hussein, Hafez el Assad ou Yasser Arafat……

Richard Prasquier

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.