Blog du Crif/Lecture - Le siècle d'Assia

15 Mai 2019 | 142 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Dov Maimon
Paradoxes de la politique israëlienne
|
09 Novembre 2015
Catégorie : France

"A vos crayons citoyens, à la politique citoyens. Si nous voulons que les choses se fassent il va falloir que certains d’entre nous se bougent."

Tel Aviv sur Seine : succès sur les berges et sur le net, opération réussie !

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
Le dialogue renoué
|
29 Juillet 2015
Catégorie : France

Mars 2015, je suis à Bruxelles pour présenter mon livre écrit sous le pseudo de Sefwoman, « Je suis juive mais je me soigne ». Au fond de la salle, 3 garçons se marrent. Je parle de ma grand-mère et de service 98 pièces au liseré doré, de son refus de me parler de l’Algérie, des plats typiques, je les vois acquiescer. A la fin de la présentation, ils ont tous les trois le livre en main. « La dédicace c’est pour qui ? », « Ismaël ».

Célébrer le 14 juillet à Tel-Aviv – une occasion de célébrer la double appartenance culturelle et nationale sur un mode festif et joyeux.

12 juillet 1906, Alfred Dreyfus  est réhabilité par la cour de cassation de Rennes. C’était il y a 109 ans, autant dire une éternité.  

INTERNATIONAL - Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats.
Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang, parce que l'Etat juif est (toujours) considéré et traité quelque part comme le Juif des Etats. Rappelons à ce sujet qu'une campagne BDS -pour Boycott-Désinvestissement-Sanctions- tente de s'implanter en France, en incitant à boycotter les personnes et les produits provenant de ce pays. Expliquons.


Artcile publié dans le Huffinghton Post http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/boycott-produits-israeliens_b_7...

Un entretien entre Marc Knobel et Michaël de Saint Cheron, philosophe des religions.

Marc Knobel livre une analyse de l'opinion publique à l'égard de l'antisémitisme et d'autres sujets (avant et après les attentats de Janvier 2015).

Franck Guillory, journaliste, auteur et réalisateur de documentaires s'est rendu à Auswithz en Avril dernier, il nous raconte son expérience et ses souvenirs dans un article publié sur son blog.

Compte-rendu d'un magnifique livre de Benjamin Stora qui raconte son enfance juive à Constantine.

 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

Pages

Le siècle d'Assia, par Marguerite Bérard*

Connaissez-vous Assia ? Probablement pas. Assia est le prénom du père de notre amie Marie-Hélène Bérard, membre du comité directeur du Crif, et le grand-père de Marguerite Bérard, major de la promotion Senghor de l’ENA, qui est l’auteure du livre. Celui-ci raconte la vie mouvementée d’Assia bat Geinstein (1903-1999), celle d’un Juif russe né à Rovno (Ukraine). Il est le quatrième des six enfants-les deux derniers sont des jumeaux- d’une famille disposant d’une modeste aisance qui, comme des centaines de milliers d’autres, est contrainte de vivre dans la « zone de résidence » imposée par le Tsar aux Juifs.

Le père, Simon, possède une tannerie et est loin des aspirations religieuses ou révolutionnaires qui dominent au sein des habitants du « Yiddischland ». C’est un homme sévère, parfaitement russophone et plutôt favorable à l’ordre établi. Son épouse, Maria, est plus traditionnaliste et s’occupe avec amour de sa nombreuse progéniture. Assia a grandi heureux dans cette petite ville, malgré quelques alertes aux pogroms lors de l’affaire Beïlis, ce Juif ukrainien accusé en 1911 de meurtre rituel mais finalement acquitté en 1913. La première guerre mondiale ne se traduit jusqu’en 1917 que par des privations matérielles, mais l’arrivée des Bolcheviks au pouvoir entraîne une sévère occupation allemande, puis des pogroms ukrainiens durant la guerre civile qui s’ensuit et auxquels la famille échappe grâce au courage du frère aîné. L’occupation polonaise, enfin, qui voit disparaître MikhaÏl, le frère préféré d’Assia, victime innocente des combats lors de la prise de la ville, scelle le destin de Rovno jusqu’en 1939. Face à toutes ces vicissitudes, Assia part rejoindre un oncle en Palestine, alors sous mandat britannique, via Varsovie et Vienne. Arrivé en « Eretz », il travaille dans un kibboutz près de Tel-Aviv, apprend les métiers du bâtiment et se lance dans la construction de maisons. Après quelques succès, les difficulté financières –et peut-être aussi un chagrin d’amour-, le conduisent en 1928 à tourner ses regards vers la France où des camarades de Rovno et les deux jumeaux, Sacha et Yasha, déjà installés, lui conseillent de les rejoindre.

À Paris, Assia trouve un travail dans une petite entreprise de maroquinerie située à Belleville que le propriétaire, sans héritier, lui vend dès 1931. L’année suivante il se marie, est heureux de la naissance de sa fille Micheline, fait venir en 1937 de Rovno ses parents et sa fratrie qui, hélas, préfèrent repartir. Assia ne les reverra plus : ils disparaîtront en 1941 dans la « Shoah par balles ».

Dès 1938, Assia et ses deux frères jumeaux s’engagent dans l’armée française, estimant que c’est bien le moins qu’ils devaient à leur nouveau pays. Mobilisés en 1939, ils participent aux combats dans lesquels Yasha gagne plusieurs citations. Après l’armistice, ils se retrouvent tous en zone occupée. Yasha et Sacha sont envoyés en 1941, en tant que Juifs étrangers au camp de Pithiviers ; si le premier réussit à quitter le camp en raison de problèmes cardiaques ( ! ), le second sera déporté à Auschwitz en juillet 1942 d’où il ne reviendra pas.

Asssia, de son côté, dispose d’un passeport palestinien car il a acquis cette nationalité lors de son séjour de 1923 à 1928. Il est donc une « British protected person » du fait du mandat anglais sur le pays. Après avoir hésité à se faire reconnaître comme citoyen français, ce à quoi ses états de service militaire pouvaient lui permettre de prétendre, il comprend que ce passeport constitue une meilleure sauvegarde, car les Allemands, soucieux de protéger leurs compatriotes tombés aux mains de l’ennemi, se servent des ressortissants anglo-saxons comme d’une monnaie d’échange. Assia est donc interné au camp de Saint-Denis, où il reste jusqu’à la libération de la ville le 25 août 1944. Son épouse et sa fille, qui obtiennent par un miracle administratif peu clair des papiers palestiniens, se sont cachés dans Paris, tandis que Yasha s’est réfugié dans le Vercors. A l’est, seul le frère aîné, devenu chirurgien dans l’Armée Rouge, a eu la vie sauve. Assia et Yasha le retrouveront à Kiev en 1960.

À la Libération, Assia reprend son travail. Marie-Hélène naît après la guerre, et la famille coule des jours tranquilles, sinon heureux, car la tristesse d’avoir perdu une grande partie des siens le marque profondément. Son épouse meurt en 1976. Il continue à travailler jusqu’à 80 ans, mais la mode des bracelets-montres en métal fait péricliter sa petite affaire. Entouré de sa famille et des quelques amis de Rovno encore vivants, il meurt seize ans plus tard, le jour de Noël 1999.

Cette vie romanesque, ici trop vite brossée, est pour une large part celle de nombreux Juifs d’Europe de l’est installés en France. Le style clair et précis de Marguerite Bérard, son humour, les nombreuses anecdotes qui parsèment l’ouvrage, sa tendresse envers son grand-père rendent ce livre très plaisant et souvent émouvant. L’itinéraire de cet enfant du XXème siècle que fut Assia mérite, grâce à sa petite- fille talentueuse, d’être lu.

Gérard Unger

*Le siècle d’Assia, de Marguerite Bérard, Flammarion, 206 pages, 18 euros.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.