Sophie Taïeb

Community manager - bloggueuse

#Blog - La rue n’appartient plus au BDS : retour sur la manifestation du samedi 1er avril

03 Avril 2017 | 256 vue(s)
Catégorie(s) :
Antisémitisme

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Dimanche 12 janvier 2020, le Crif a organisé un voyage de mémoire à Auschwitz-Birkenau. À l'issue de cette journée, je me suis exprimé devant les participants. Voici les quelques mots prononcés.

 

 

Pages

« Séparation du Crif et de l’Etat » : voici la dernière nouveauté de la « cause palestinienne ». Amalgamant à tout va Israël, sa politique, les juifs, et les institutions françaises, ces pantins ont appelé à un rassemblement samedi dernier, avec des slogans antisémites et anti républicains.

Malgré la mobilisation de personnalités politiques (Nathalie Kosciuzko-Morizet, Claude Goasguen et Anne Hidalgo), associatives (le Président du Crif Francis Kalifat a notamment écrit au Préfet et au Premier Ministre), et de nombreux internautes, la Préfecture de Paris a décidé d’autoriser ce rassemblement, sous haute protection policière.

Nous nous sommes rendus sur place.

 

Le quartier a été bouclé dès le début du rassemblement, avec impossibilité de s’approcher des activistes BDS, moins nombreux que les forces de l’ordre venues pour les protéger. Monde à l’envers, ces militants, connus pour également protester contre les forces de l’ordre et l’Etat et s’associer à tous ces mouvements contre la Police et l’Etat d’Urgence (ils étaient notamment en bonne place à Nuit Debout, aux marches du PIR et autres…) ont nécessité un déploiement gigantesque pour leur permettre de crier leurs mensonges en toute sécurité.

A proximité de ce rassemblement, des militants anti boycott se sont retrouvés afin de montrer au boycotteurs qu’ils ne sont pas seuls, et que la rue ne leur appartient pas.

Dans un rassemblement joyeux, républicain, familial et bon enfant, ces militants ont répondu à la litanie du BDS, avec quelques slogans, des chants, et évidemment la Marseillaise.

Finalement plus nombreux que les militants BDS, ces militants ont montré, par leur présence et leur énergie, que l’on pouvait apporter une réponse aux rassemblements antisémites, toujours nombreux et réguliers dans de nombreuses villes.

Deux messages sont à retenir suite à ce rassemblement :

-          Les militants anti-boycott sont plus nombreux et mieux organisés, ils ont décidé d’aller sur le terrain se mettre face aux boycotteurs pour ne plus leur laisser la rue.

-          En sortant de la manifestation, nous avons été interpellés par des passants, intrigués par nos badges « Stop Boycott ». Retenons parmi eux un jeune musulman, anti boycott, qui passera son troisième été à Tel Aviv cette année… et qui lui aussi en veut aux boycotteurs de diffuser de tels mensonges. Soyons donc toujours plus nombreux, et ouvrons ces rassemblements anti boycott à tous ceux (et ils sont nombreux) qui fustigent ce mouvement antisémite. Saluons l’ensemble des internautes qui nous ont contactés via la page Stop Boycott pour nous rejoindre… et soyons encore plus nombreux la prochaine fois !

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.