Gil Taïeb

Vice Président du Crif

#Blog - L'ombre et la lumière par Gil Taïeb

27 Février 2017 | 146 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Pages

Antisémitisme

Lundi 11 janvier, à Marseille, un jeune turc de 15 ans attaquait à la machette un enseignant juif portant une kippa. Une affaire qui devait provoquer une grande émotion, et qui a inspiré à Jérôme Fenoglio, le directeur du journal « Le Monde », un éditorial remarquable. En voici un extrait : « Ce mal, il faut le considérer pour ce qu’il est : le produit des noces mortelles entre djihadisme et antisémitisme. Le terrorisme fondamentaliste (…) reprend tous les stéréotypes du vieil antisémitisme européen, accommodé à la sauce de l’heure, mélange de théories du complot importées du Moyen-Orient et transportées par Internet ».

A force de tenir des raisonnements primaires, ami de Gôôôôche, tu es devenu primaire

Ce soir, jeudi 22 octobre, France 3 diffuse à 23h15 « Profs en territoires perdus de la République ? »

Article de Dr Bruno HALIOUA Secrétaire Général de l’AMIF (Association des Médecins Israélites de France)

"Une France antijuive ? "est le dernier livre de Pierre-André Taguieff. Marc Knobel rend hommage au talent et au courage de l'auteur à travers cette tribune.

Portrait de Invité
3 Questions à Marc Knobel
|
17 Avril 2015
Catégorie : Antisémitisme

Les auteurs du Blog du Crif se prêtent à un exercice de questions réponses " 3 Questions à ..."

Marc Knobel historien- chercheur nous parle donc de son engagement dans la lutte contre l'antisémitisme.

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

Vendredi soir, à Paris, salle Pleyel, se tenait la 42e Cérémonie des Cesars.  Un rendez-vous incontournable attendu par toute une profession et son public. Au cours de cette cérémonie présentée par le talentueux Jerome Commandeur, nous avons pu découvrir ceux qui font le cinéma d'aujourd'hui. 

Le Prix du meilleur espoir féminin a ainsi été remis cette année à la jeune Oulaya Amamra pour son rôle dans  "Divines". Tous ont pu découvrir ce visage radieux de bonheur mais le lendemain nous en est apparu un tout autre. Celui d'une Oulaya de l'ombre, d'une Oulaya de 2012, alors âgée de 14 ans, qui diffusait des tweets antisémites, racistes et homophobes. 
Mais sa jeunesse excuse-t-elle ses retweets et ses likes de Dieudonné et sa quenelle en 2014 ou plus récemment sa reprise en 2015, quelques jours après les attentats terroristes de Paris, d'une caricature montrant une marionnette islamique terroriste manipulée par Israël et les U.S.A ?

Une zone d'ombre sur le visage d'Oulaya que la jeune actrice devra combattre avec la force que lui procure sa mise en lumière et son impact sur le jeunesse des banlieues. 
Aujourd'hui, sur les réseaux sociaux et pour quelques intellectuels et journalistes à l'indignation sélective, elle est présentée comme une victime d'un système qui n'accepterait pas la réussite d'une française issue de l'immigration.

Ce petit monde se trompe et met en danger la cohésion nationale et le vivre ensemble. Dire les choses et reconnaître ses erreurs, lutter afin que d'autres n'en fassent pas, n'est-ce pas là le rôle et le devoir de ceux qui ont la chance d'avoir les lumières sur eux ? La culture au service des humains et non pour les diviser.

C'est ce qui est fait dans une pièce exceptionnelle de Dominique Coubes au Théâtre du Gymnase avec le grand Michel Jonasz et le jeune Sami Seghir. "Les fantômes de la rue Papillon" imagine en effet la rencontre dans l'au-delà de Joseph assassiné lors de la rafle du Vel d'hiv et de Haïssa tué lors d'un contrôle d'identité 70 ans plus tard. Deux fantômes d'une vie fauchée par "la haine de l'autre".

Les fantômes de Joseph et de Haïssa vont apprendre l'un de l'autre et éveiller nos consciences sur le monde d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Une pièce à ne pas manquer qui j'espère inspirera et invitera les Oulaya Amamra à passer de diffuseurs de haine à militants contre le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie que l'on voit monter dans certains de nos territoires perdus de la République.
En auront-ils la volonté et le courage ? 

Gil Taieb 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.