Francis Kalifat

Président

Casques blancs syriens : mon courrier à Jean-Yves Le Drian suite à l'absence de mention d’Israël dans les déclarations du Quai d'Orsay

27 Juillet 2018 | 59 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Pages

Jeudi 26 juillet, j'ai écrit au Ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian afin de lui faire part de mon étonnement face à l'absence de mention d’Israël dans les déclarations du Quai d'Orsay suite à l'évacuation de casques blancs syriens.

Dans un courrier adressé le 26 juillet au Ministre Jean-Yves Le Drian, j'ai exprimé ma "tristesse, [mon] étonnement et [ma] perplexité face à l'absence de mention d’Israël dans les déclarations du Quai d'Orsay suite à l'évacuation de Casques blancs syriens".

Dans une déclaration de la porte-parole du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères concernant le sauvetage des Casques blancs syriens, l'ensemble des pays ayant contribués à cette action humanitaire sont cités, à l'exception d'Israël, qui a pourtant joué un rôle majeur. En effet, les 400 Casques blancs en question ont été évacués de Syrie par Israël, vers la Jordanie alors qu'ils étaient pris au piège face à l'offensive du régime dans le sud syrien. 

Selon le quotidien israélien Haaretz, qui a détaillé l'opération humanitaire, les évacués - principalement des enfants -, ont convergé vers deux points de rassemblement distincts, à proximité de la frontière avec Israël. Deux points de passage avaient en effet été prévus par l'armée pour leur évacuation. Des bus ont ensuite emmené les Casques blancs à la frontière jordanienne.

J'ai précisé au Ministre qu'il était "tout à fait regrettable que le Ministère des Affaires étrangères français n'ait pas jugé utile de mentionner le pays qui a permis cette évacucation courageuse". J'ai également rappelé que la presse française s'était par ailleurs largement faite l'écho de cette information.

***

Qui sont les Casques blancs ?

La Défense civile syrienne est une organisation humanitaire de protection civile formée pendant la guerre civile syrienne. Ses membres sont couramment désignés sous le nom de Casques blancs.

Le Crif vous propose : 

  • Israël évacue des Casques blancs syriens vers la Jordanie dans Le Figaro

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.