Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

Ce 20 janvier, le calvaire puis le meurtre d’Ilan Halimi - Par Marc Knobel

03 Février 2017 | 319 vue(s)
Catégorie(s) :
France

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

De ce 9 janvier 2015, nous voulons retenir une autre image, cette belle image. Celle de Lassana Bathily.

Pages

Actualité

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Portrait de Olivier Rafowicz
Tel Aviv sur Seine
|
12 Août 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Portrait de Invité
Droit de réponse
|
19 Juin 2015
Catégorie : Actualité

Hier Joel Amar nous a fait part de son analyse de la tribune d'A.B Yehoshua publiée dans Libération le 17 Juin dernier " Du bon usage du Boycott d'Israel".

Aujourd'hui, nous publions le " Droit de réponse " d' Alain Rozenkier, Président de " La Paix Maintenant"

Joel Amar analyse la tribune de l'écrivain A.B Yehoshua publiée hier dans Libération : " Du bon usage du Boycott d'Israel" 
Paru sur mediapicking.com

Viralité des messages, impunité des auteurs, Marc Knobel a choisi de faire le constat de la haine sur internet et de la responsabilité des réseaux sociaux.

Pages

Ecrit par Marc Knobel

Le 20 janvier 2006, Ilan Halimi a rendez-vous dans la soirée avec la jeune Emma, qui l’a abordé trois jours plus tôt dans le magasin de téléphonie où il effectuait un remplacement. La mineure est un appât « loué » par un certain Youssouf Fofana, dont le plan est d’enlever un Juif « parce qu’ils sont bourrés de thunes ». Emma entraîne Ilan dans le sous-sol d’un immeuble à Sceaux. Là, ses complices le neutralisent, puis l’emmènent jusqu’à un appartement vide à Bagneux. Pendant les semaines suivantes, Ilan est torturé. Le 21 janvier, Youssouf Fofana envoie depuis un cybercafé une photo d’Ilan à sa famille, sur laquelle le jeune homme apparaît menacé par un pistolet. Fofana exige une rançon de 450 000 euros. Il quitte ensuite la France pour la Côte d’Ivoire, laissant l’otage à des complices. Ceux-ci, devant l’absence de réaction de la famille, s’impatientent. Les jours passent, les échanges téléphoniques avec la famille se multiplient, le montant de la rançon ne cesse de changer. De retour en France, Fofana avertit un rabbin « qu’un Juif a été kidnappé » et le guide jusqu’à une boîte à lettre, où l’homme découvre une cassette audio sur laquelle est enregistré un message de l’otage « en sanglot, à bout de force, parlant des sévices subis ». Au même moment, Fofana doit libérer l’appartement où est détenu Ilan. Dans la nuit du 29, il le transporte jusque dans les caves d’un immeuble voisin. Le 31, un cousin d’Ilan trouve une cassette vidéo de l’otage, suppliant qu’on paye la rançon, ainsi qu’une photo de lui, en peignoir, menotté. La situation s’enlise. Ilan s’affaiblit. Il est dévêtu, toujours ligoté, à peine nourri. Des gardiens craquent, mais d’autres sont prêts à les relever. Le 4 février, Fofana repart en Afrique d’où, le 6, il organise une remise de rançon. Elle doit avoir lieu place de Clichy, et être apportée par le père d’Ilan. Le ravisseur demande que l’opération se fasse à Bruxelles. Le père d’Ilan refuse. D’Afrique, Fofana demande alors à ses complices de photographier l’otage, une photo où Ilan serait « en sang ». Ce dernier est trop affaibli pour supporter des coups, alors ils lui entaillent la joue au cutter. Le dimanche 12 février, Fofana rentre à Paris. Ses complices en ont visiblement assez. Il leur assure qu’il va relâcher Ilan. Puis, afin d’effacer les indices, Ilan est lavé, ses cheveux sont rasés. Le 13, à 5 h, les membres du gang voient Fofana s’éloigner au volant d’une voiture volée. Son otage se trouve dans le coffre. Plus tard, une passante en voiture repère Ilan, couché le long d’une voie de chemin de fer, à Sainte-Geneviève-des-Bois. Il est nu, menotté et bâillonné. Son corps est couvert de brûlures. Il meurt au cours de son transfert vers l’hôpital. Les médecins recensent quatre plaies au cou, dont une à la veine jugulaire, une à la hanche. Le 15 février, Audrey Lorleach, membre du Gang des Barbares, dénonce les faits à la police. Youssouf Fofana se réfugie en Côte-d’Ivoire où il est arrêté avant d’être extradé vers la France. Il est mis en examen et écroué. En France, l’émotion est immense. Plusieurs manifestations sont organisées. Les réactions se multiplient dans la presse et les médias pour condamner ce meurtre odieux. Pourtant, l’incertitude demeure. Est-ce un crime crapuleux ? Ou est-ce, circonstance aggravante, un crime antisémite ? La question est bientôt tranchée : le 5 mars, les magistrats instructeurs retiennent la circonstance aggravante d’antisémitisme. Plus de doute, il s’agit d’un crime antisémite. Immédiatement, le ton change.

C’est le 29 avril 2009 que s’ouvre le procès des membres du Gang devant la cour d’assises des mineurs de Paris. Il se tient selon les règles de publicité restreinte car certains des accusés sont mineurs au moment des faits. Youssouf Fofana se livre à d’intolérables provocations. Tout sourire, il lance « Allah vaincra ». Lorsqu’on lui demande son identité et sa date de naissance, il répond « Arabe, Africain, islamiste et salafiste » et dit être né le 13 février 2006 à Sainte-Geneviève-des-Bois – date et lieu de la mort de sa victime. Puis, Youssouf Fofana reconnaît avoir versé un liquide sur le corps d’Ilan et l’avoir enflammé avec un briquet. Le 11 juillet 2009, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans. Les verdicts prononcés à l’encontre des autres prévenus vont de 18 ans de prison ferme à l’acquittement. À l’énoncé du verdict, les parties civiles réagissent sans tarder. Au pied même des escaliers de la cour d’assises, l’avocat de la famille Halimi, Me Francis Szpiner, déclare : « La peine de prison à perpétuité … pour Youssouf Fofana est juste. La cour a cependant été particulièrement indulgente avec les autres accusés. Ce crime est un défi pour la République et la société française. » Le CRIF critique la forme du procès : « cette tragédie a été aggravée par le huis clos qui a entouré ce procès et qui lui a retiré la valeur exemplaire et pédagogique qu’il aurait dû avoir ». Me Szpiner, qui, en tant que partie civile, ne peut faire appel du jugement exhorte alors le ministre d’ordonner au procureur général de Paris de s’en charger. Finalement, un nouveau procès aux assises est organisé pour 14 des 25 complices de Fofana. Le 17 décembre 2010, la cour d’assises d’appel du Val-de-Marne alourdit les peines de sept des dix-sept accusés du Gang des Barbares jugés en appel. La cour prononce des peines allant de huit mois d’emprisonnement à 18 ans de réclusion criminelle, ainsi qu’un acquittement. Elle confirme par ailleurs le verdict prononcé en première instance à Paris pour les 10 autres accusés. Dans cette surabondance de polémiques et de rebondissements compliqués, nous retiendrons le désarroi de la communauté juive. Ilan Halimi est le premier Juif qui ait été assassiné en ce XXIème siècle. Chez les Juifs de France, le traumatisme est immense et la douleur est incommensurable. Quelques années plus tard, en ce 20 janvier 2017, personne n’arrive à oublier le meurtre d’Ilan, pas plus que les cris d’horreur de sa mère lors de son enterrement.

Retrouvez également l'hommage rendu sur les réseaux sociaux du Crif ici : Facebook et Twitter

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.