Marc Knobel

Historien. Directeur des Etudes au CRIF

Ce que l'antisémitisme dit, ce que l'antisémitisme est !

03 Février 2015 | 860 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. Cette semaine, à cette occasion, nous vous proposons 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Il y a 78 ans, le 7 juin 1942, la législation instaurant l'étoile jaune était mise en place. A cette occasion, découvrez 4 articles sur la façon dont Serge Gainsbourg, Jean Ferrat, Sacha Distel et Marcel Gotlib ont vécu le port de l'étoile jaune.

Ces articles sont proposés par Bruno Halioua, dans le cadre de la publication  de son livre «Leur Seconde Guerre Mondiale», (à paraître édition Buchet Chastel en octobre 2020). Dans ce livre, il s'intéresse à la façon dont certaines personnes célèbres ont vécu les événements marquants de la Seconde Guerre Mondiale. 

Pages

Antisémitisme

J'ai recueilli pour la newsletter du Crif les réponses aux questions posées à cet homme qui, pris dans le tourment de l’histoire-celle avec sa grande hache dont parlait Perec- est resté libre jusqu’au bout des ongles

Retour sur le déchaînement de haines antisémites qui s’est produit l’été 2014, en France.

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Portrait de Jean Pierre Allali
LECTURES
|
24 Mai 2016
Catégorie : France, Antisémitisme

Malka Marcovich et Jean-Marie Dubois publient un ouvrage original sur un thème peu exploré jusqu'ici:la contribution de la société des transports parisiens à l'organisation de la déportation des Juifs de France aux heures sombres de l'Occupation nazie

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Là-bas, la crainte d'une menace russe est la principale raison qui exacerbe les passions identitaires.

 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

Deux historiens français l’ont fait et publient ce mois d’avril en collection Que Sais-je Les 100 mots de la Shoah.

"La Place de la République ne vous appartient pas".

Dimanche dernier, des militants du Collectif Anti Boycott se sont rendu face à une manifestation BDS.

Pages

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

ANTISÉMITISME - En ce tout début d'année 2015, les juifs de France et d'Europe se souviendront que depuis l'année 2000 dans le domaine brûlant de l'antisémitisme, nous vivons au rythme des pitreries récidivistes de quelques illuminés. Nous vivons également au rythme effréné des petits mots ou de slogans violents et orduriers qui ont été lancés, scandés ici ou là et/ou d'indignations sélectives. Il s'agit encore d'hurlements (lors de certaines manifestations) et d'agressions caractérisées.

Les "Mort aux juifs !" sont devenus le seul dénominateur commun entre des extrêmes qui veulent seulement et simplement en découdre. Regardez-les, qu'ils fussent d'extrême-droite ou d'extrême-gauche, regardez-les, se vautrer dans l'immonde et le ridicule!

Mais alors, d'où vient donc le problème?

Dans la France des années 2000, l'hostilité à l'encontre des juifs ne s'est-elle pas largement développée chez les jeunes qui vivent dans des quartiers dits "sensibles" et qui, discriminés et très souvent victimisés, sont en quête d'identité? Ces jeunes ne s'identifient-ils pas (quelquefois) aux Palestiniens, qu'ils pensent "venger" lorsqu'ils s'en prennent aux juifs? Si tel devait être le cas, ce comportement ne devrait-il pas être dénoncé? Qu'elle est cette logique? A moins qu'il s'agisse "d'un nouveau lumpenprolétariat", endoctriné à la haine des juifs et plus largement de l'Occident, comme le suppose le philosophe Pierre-André Taguieff? Plutôt, ces jeunes ne sont-ils pas motivés par une haine implacable des juifs pour s'en prendre ainsi à des cibles juives (écoles, lieux de culte, magasins, particuliers, etc.), tout simplement? N'y a-t-il pas finalement dans cette rage anti-juive, une culture de l'antisémitisme?

Le conflit israélo-palestinien joue-t-il un rôle très important? Au-delà, ce conflit ne sert-il pas aussi d'alibi à l'expression de l'antisémitisme dans des milieux socialement plus privilégiés? Bref, le conflit israélo-palestinien n'est-il pas un (faux) prétexte qui a fait sauter, et de façon durable, le tabou de l'antisémitisme?

Les islamistes font-ils des banlieues défavorisées le lieu préféré de diffusion de leurs pseudo-thèses? Dans les prêches ou à travers internet, présentent-ils une vision d'un islam qui serait assiégé, menacé par les Américains, les Européens et les juifs? Cette vision complotiste serait-elle d'autant plus grave que des jeunes entendent et lisent régulièrement cette propagande, s'en nourrissent, en pensant y trouver l'explication de leur désarroi, de leur peine, de leur peur?

Mais, ne devrions-nous pas arrêter avec les discours qui prévalent ici ou là selon lesquels si des jeunes (convertis ou non) deviennent par la suite des islamistes, ce serait en quelque sorte de la faute de la société qui n'aurait pas su les intégrer ou parce qu'ils sont au chômage et souffrent de relégation sociale? Ces gens ne sont-ils pas plutôt "motivés par une idéologie et une haine doctrinale des juifs", comme le remarque le sociologue Shmuel Trigano? Et, est-ce la misère physique ou morale qui crée le terrorisme ou l'endoctrinement, l'obscurantisme et le fanatisme?

Ce que l'antisémitisme dit, ce que l'antisémitisme est

Comme il aime se rassasier de tous les mensonges, comme il aime se vautrer de toutes les calomnies et stéréotypes, de toutes les vomissures et de toutes les saloperies qu'il répand, il est tel un virus, tel un cancer dont on ne connaît, hélas, le remède.

Car son discours a aussi évolué, il s'est plus politisé encore et a été vulgarisé/ instrumentalisé. Il est porté par différents hommes de main, quelques provocateurs, illuminés et haineux, en quête de respectabilité et de beaucoup de publicité. Enfin, l'apparition d'internet apporte à cette propagande immonde une toile de fond considérable. Aujourd'hui, sa diffusion à une échelle internationale s'effectue essentiellement par ce vecteur.

Le sursaut?

Le Président de la République, François Hollande, a évoqué et pourfendu à plusieurs reprises mardi 27 janvier 2015 la thématique du complot et celle de l'antisémitisme lors de son discours au Mémorial de la Shoah à Paris.

"Pour combattre un ennemi, il faut d'abord le connaître et le nommer. L'antisémitisme a changé de visage. Il n'a pas perdu ses racines millénaires. Certains de ses ressorts n'ont pas changé depuis la nuit des temps: le complot, le soupçon, la falsification", a-t-il dit lors d'un hommage aux 76.000 juifs de France déportés sous le régime de Vichy. "Mais aujourd'hui, il se nourrit aussi de la haine d'Israël. Il importe ici les conflits du Moyen-Orient. Il établit de façon obscure la culpabilité des juifs dans le malheur des peuples. Il entretient les théories du complot qui se diffusent sans limite. Celles même qui ont conduit au pire", a-t-il ajouté. Et d'insister sur la nécessité de "prendre conscience que les thèses complotistes prennent leur diffusion par internet et les réseaux sociaux. Or nous devons nous souvenir que c'est d'abord par le verbe que s'est préparée l'extermination". Après d'autres déclarations (Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy...), dans ces quelques lignes, là aussi, tout est dit ou presque.

Alors? Combattre?

Les juifs se sentent aujourd'hui moins seuls qu'ils ne l'ont été entre les années 2000-2003. Mais, combien de morts? Combien d'inscriptions et de menaces? Combien de coups? Combien de personnes ont-elles été blessées, pour que l'on ouvre les yeux et que l'on comprenne vraiment qu'il y a un problème?

Il est donc nécessaire que nous continuions de désigner les multiples vecteurs de haine que sont les sites extrémistes sur internet, les programmes antisémites diffusés par des télévisions arabo-musulmanes, les tracts et follicules antisémites ou négationnistes, les manifestations pro-palestiniennes qui dégénèrent, les "Mort aux juifs!" que l'on entend ici ou là, les prétendus sketchs où l'on "bouffe du juif", l'inquiétante montée de sentiments antisémites chez les jeunes de banlieue, les accusations perfides et infamantes, les grandes "messes" racistes comme à Durban, les stéréotypes et tous les clichés nauséeux, les islamistes qui menacent la République.

Car, je vous le dis, quelle étrange défaite de la démocratie ce serait de laisser les extrémistes ou les islamistes envahir nos vies et régler notre monde. Quelle étrange défaite ce serait de courber l'échine et de tolérer l'intolérable.

N'oublions jamais ceci. Ce qui est menacé aujourd'hui par l'islamisme et l'antisémitisme, c'est bien la République elle-même, ses principes, ses valeurs et sa culture, car ce qui menace les juifs la menace.

 

http://www.huffingtonpost.fr/marc-knobel/antisemitisme-haine-contre-juif...