Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Crif - Réfugiés Juifs du monde arabo-musulman : l'Exode oublié

30 Novembre 2020 | 312 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

Pages

Antisémitisme
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

La 77ème cérémonie du Yizkor organisée par le FARBAND - Union des Sociétés Juives de France s'est déroulée dimanche 2 octobre 2022, à 11h30 au cimetière de Bagneux. 

À l'aube de 5783, découvrez les vœux de Yonathan Arfi pour Roch Hachana. 

Pages

Israël

Pages

Le 30 novembre, l’État d’Israël et les communautés juives du monde entier commémorent la Journée dédiée au souvenir de l'expulsion des Juifs des pays arabes et de l’Iran. A cette occasion, nous vous proposons la lecture de ce texte de Jean-Pierre Allali, vice-président de la JJAC (Justice for Jews from Arab Countries).

Illustration : Dans les années cinquante, groupe de Juifs d’Afghanistan en partance pour Israël (Collection JPA)

 

Force est de constater qu’on parle très rarement de la destinée tragique des Juifs originaires du monde arabo-musulman qui furent amenés à quitter subitement des terres où ils étaient établis depuis des milliers d’années. Et pourtant, il s’agit d’un drame qui a concerné près d’un million d’individus.

Fort opportunément, la Knesset, le parlement israélien, a, le 24 juin 2014, adopté une loi instituant une Journée de commémoration de l’Exode des Juifs des Pays arabes et de l’Iran.

Ce n’était que justice face à ce qu’il faut bien considérer comme un exode oublié, voire escamoté. Quittant en catastrophe les pays arabo-musulmans, les Juifs ont essaimé aux quatre coins du monde mais c’est en Israël, pour l’essentiel, qu’ils ont trouvé refuge, constituant désormais, avec leurs descendants, près de la moitié de la population du pays.

La Knesset a choisi le 30 novembre comme date de cette commémoration.

Mon image

Peu après la création de l’État d’Israël, regroupement d’enfants juifs d’Afrique du nord dans une « Ma’abara », village de tentes provisoire. (Collection JPA)

C’est dans les années 1970, à Tel Aviv, que la question du statut de réfugiés pour les Juifs ayant quitté le monde arabo-musulman a été soulevée pour la première fois par la WOJAC (World Organization of Jews from Arab Countries). Dans ses attendus, la WOJAC se référait à la fameuse résolution 242 des Nations unies.

En 1999, la WOJAC a été amenée à cesser ses activités. Trois ans plus tard, la JJAC (Justice for Jews from Arab Countries), actuellement co-présidée par le rabbin new-yorkais Elie Abadie  et le canadien Sylvain Abitbol (1) a repris le flambeau depuis New York en entreprenant une action vigoureuse de lobbying. C’est ainsi qu’en 2008, la Chambre des Représentants des États-Unis a adopté une résolution affirmant la nécessité de conférer aux émigrés juifs le statut de réfugiés selon la Convention relative au statut des réfugiés et d’établir un fonds d’indemnisations visant à compenser ces réfugiés pour toute perte ou dommage matériel qu’ils auraient subi. Plus tard, en 2014, le gouvernement canadien a reconnu aux émigrés juifs déplacés depuis 1948, le statut de réfugiés, et ce, afin « d’assurer la reconnaissance juste et équitable de toutes les populations de réfugiés découlant du conflit israélo-arabe ».

Si le départ des Juifs d’Afrique du nord s’est effectué en général, malgré quelques violences, d’une manière moins meurtrière qu’ailleurs, on ne saurait oublier par exemple le drame des Juifs de Syrie avec le pogrome d’Alep, le 2 décembre 1947 et, dans les années 50, le harcèlement incessant de la police secrète, la sinistre « moukhabarat ».

L’Irak, lui, a connu le « Farhoud », nom arabe du pogrome qui vit, le 6 juin 1941, la mort de 600 Juifs et des milliers de blessés. En Égypte, à la suite de la création de l’État d’Israël puis au gré des guerres israélo-arabes, les Juifs seront soumis à la terreur et à l’emprisonnement qui conduiront à leur fuite éperdue.

Présents dans le pays depuis la période du Second Temple, les Juifs du Yémen purent gagner Israël en 1949 grâce à l’opération « Tapis Magique » qui permit à 45 000 âmes de quitter un pays où, comble du sadisme, un édit royal de 1920, obligeait tout enfant juif de moins de treize ans, orphelin de père, à se convertir à l’islam (2).

Mon image

Immigrants yéménites juifs à leur arrivée en Israël (Collection JPA)

Un récent ouvrage de Joël Kotek et Alain Soriano (3), préfacé par Philippe Val propose un tableau chiffré on ne peut plus éloquent. On peut y lire à propos du nombre de Juifs: Algérie : 1948 : 120 000, 2010 : 0, Égypte : 1948 : 75 000, 2010 : 100. Pour les mêmes dates, en Irak, on passe de 135 000 à 5, au Liban, de 5 000 à une trentaine, en Libye de 38 000 à 0, au Maroc, de 265 000 à 7 000, en  Syrie de 30 000 à 100, en Tunisie, de 105 000 à un millier et au Yémen, de 55 000 à 350. En tout, pour ces 9 pays, on est passé de 818 000 Juifs à 8 475 !

Le 30 novembren nous pensons très fort et avec émotion à ce drame terrible mais hélas trop longtemps occulté.

 

Jean-Pierre Allali

Vice-président mondial de la JJAC

 

(1). Originaire du Liban, par ailleurs gastroentérologue, le rabbin Abadie vient d’être nommé rabbin de la communauté de Dubaï (The Times of Israël du 16 octobre 2020). Autre figure de proue de la JJAC : Stanley Urman, directeur exécutif puis vice-président exécutif.

(2) J’analyse en détail la situation pays par pays dans mon ouvrage « Séfarades-Palestiniens. Les réfugiés échangés ». Éditions Safed, 2005.

(3) “De quoi le boycott d’Israël est-il le nom ?”. Éditions La Boîte à Pandore, 2020.