Droit de réponse

19 Juin 2015 | 487 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Pages

Hier Joel Amar nous a fait part de son analyse de la tribune d'A.B Yehoshua publiée dans Libération le 17 Juin dernier " Du bon usage du Boycott d'Israel".

Aujourd'hui, nous publions le " Droit de réponse " d' Alain Rozenkier, Président de " La Paix Maintenant"

Bonjour
La Newsletter du Crif en date du 18 juin a publié une tribune "BDS et tous les autres boycotteurs d'Israël: les nouveaux amis de l'écrivain A.B. Yehoshua ? Consternant!"
en réaction à une tribune publiée la veille dans Libération sous le titre -non choisi par l'auteur- "Du bon usage du boycott d’Israël". Une lecture attentive ne laisse aucune place au doute:
Avraham B. Yehoshua est opposé au boycott d'Israël, tout en se montrant partisan d'une pression des démocraties européennes pour mettre fin aux colonies, dans le droit-fil de son combat pour la paix entre Israéliens et Palestiniens."

Avraham B. Yehoshua m'a autorisé à faire connaître sa mise au point :
Je suis fermement opposé au boycott. Dans ma tribune, j'analyse les raisons du boycott à l'encontre d'Israël et je montre en quoi la comparaison avec l'Afrique du Sud n'est pas pertinente. J'appelle la communauté internationale à nous aider à combattre le boycott. Comment? En faisant pression sur le gouvernement israélien pour mettre un terme à la colonisation dans les territoires palestiniens et relancer des négociations.
Si on peut comprendre les motivations de certaines personnes bien intentionnées – et elles ne le sont pas toutes, loin s'en faut – qui soutiennent les appels au boycott, il n'en demeure pas moins que ces appels ne feront qu’accentuer l’isolationnisme, confinant parfois à l’autisme, dont souffre une part importante de la société israélienne. En ce sens, le boycott est totalement contre-productif.
N'ayant signé aucun des appels au boycott d’Israël, je reste déterminé dans mon opposition à la politique gouvernementale de poursuite de la colonisation, et dans mon soutien aux initiatives pour la reprise d’un dialogue constructif avec les Palestiniens, l’objectif étant une solution pacifique selon le principe "deux peuples, deux États"

Je vous saurai gré de bien vouloir porter cette mise au pont à la connaissance de vos lecteurs
Cordialement

Alain Rozenkier
Président de « La Paix Maintenant »

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.