Francis Kalifat

Président

« DU VIVRE ENSEMBLE AU FAIRE ENSEMBLE » interview dans L'Est Républicain

21 Juin 2016 | 37 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Le 34ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 20 février 2019

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

Nancy. « Des Justes de Nancy au vivre ensemble d’aujourd’hui : quel avenir pour la France humaniste et laïque », tel est le thème d’une conférence sur invitation organisée conjointement par la Ville de Nancy et le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Roger Cukierman, qui en est son président jusqu’à la fin du mois et son successeur, Francis Kalifat, seront présents. Ce dernier, premier séfarade élu à ce poste depuis 1969, évoque le climat actuel.

Le vivre ensemble est-il menacé en France ?

Il est sûrement menacé oui. Nous savons dans quelles difficultés et la communauté juive et la communauté nationale sont plongées. Nous sommes face à la nécessite de dépasser le concept du vivre ensemble pour parvenir à celui du faire ensemble. C’est compliqué, parce que la menace terroriste est forte. Les Français juifs se sentent particulièrement visés. Ils en ont payé le prix à Toulouse et à Paris.

La totalité de la société française doit retrouver le chemin d’une société pacifiée. Au moment des attentats, même si le personnel politique a apporté les réponses qu’il fallait en paroles et en actes, la communauté juive a eu un sentiment d’une sorte d’indifférence à son égard et elle doit retrouver une écoute au sein de la communauté nationale.

La communauté juive peut-elle succomber au communautarisme ?

Le repli est toujours à craindre, mais s’il intervient, c’est qu’il nous sera imposé. Les Français juifs éprouvent un sentiment d’inquiétude. D’une part, de vivre en France, d’autre part, de ne pouvoir scolariser leurs enfants où ils l’entendent, aussi bien dans les écoles publiques que privées. Je donne juste un exemple : en Seine-Saint-Denis, il n’y a plus d’enfants juifs scolarisés dans les écoles publiques, à cause d’un climat dégradé et difficile, d’insultes, de bousculades. Le libre choix ne peut plus s’exercer.

L’un des défis n’est-il pas la lutte contre les idées véhiculées par internet ?

Internet constitue le principal facteur de l’antisémitisme et de la radicalisation. Il est évident que nous devons trouver des solutions, parce que la société est alimentée par la haine propagée sur internet. La responsabilité incombe aux diffuseurs, qui sont très difficiles à poursuivre. Hébergés aux Etats-Unis, les sites invoquent le 1eramendement de la Constitution américaine, qui garantit une liberté totale d’expression ; hébergés en Russie ou en Ukraine, on n’a pas accès aux responsables. Internet est un outil exceptionnel pour le savoir et la connaissance, mais aussi un vecteur de haine. C’est vraiment le défi des années à venir.

Comment faire pour que les Français juifs ne fassent pas leur alya et n’aient pas envie d’émigrer en Israël ?

Tout simplement en leur laissant les conditions du choix, ce que certains ne pensent plus avoir. Plus de 8.000 ont quitté la France l’an dernier. Ils sont partis parce qu’ils se sentaient au centre de la menace. La situation a évolué après les attentats du 13 novembre. La haine n’a alors pas seulement visé les juifs mais toute la communauté nationale. On s’attaquait à la jeunesse, à son mode de vie et à sa façon d’être. Au 1er trimestre de cette année, le chiffre de Français juifs partis en Israël est en baisse. Ce n’est pas la même chose de se sentir une minorité menacée que de partager le danger avec une majorité.

Propos recueillis Patrick PEROTTO

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.