Elle s’appelait Sarah… Par Jacques Tarnero

29 Mai 2017 | 378 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Lundi 20 novembre, j'ai rencontré le Président français Emmanuel Macron à Paris, accompagné d'une délégation du Congrès Juif Européen (EJC).

La semaine dernière, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) proposait dans sa newsletter et sur ses réseaux sociaux un contenu qui a fait polémique.

Mon discours prononcé au dîner du Crif Grenoble-Dauphiné, le 22 octobre 2017.

Mon discours à la cérémonie d'hommage aux Juifs engagés volontaires qui s'est tenue le 15 octobre 2017 au cimétière de Bagneux.

Pages

Actualité

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Pages

Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Tous les « plus jamais ça ! », toutes les commémorations destinées à conjurer « les pages les plus sombres de notre histoire », tous les serments prononcés au Mémorial de la shoah pour que « ça » ne se reproduise pas, resteront comme autant d’incantations vaines et comme autant de postures, si le crime antijuif commis à Paris contre madame Sarah Halimi le 4 avril dernier,  n’est pas nommé, dénoncé, mis en examen pour ce qu’il est, c’est à dire l’assassinat d’une femme de  soixante six ans, après avoir subi sévices et actes de torture, fut défenestrée pour la seule raison que madame Halimi était juive. Le temps perdu, l’étonnant silence qui entoure cette affaire ajoute de l’effarement à l’effroi.

Trop d’éléments troublants incitent à penser que ce silence, cette prudence, cette lenteur participent d’un souci prioritaire en ces temps d’élections : ne pas « faire le jeu du Front National », de ne pas fournir d’arguments à nourrissant « l’islamophobie ». Pour ne pas désespérer les « quartiers sensibles », pour ne pas accabler « les jeunes issus de la diversité », pour ne pas courir le risque d’une inculpation « d’incitation à la haine raciale »,  la chape de plomb s’impose. Le tueur serait donc un « déséquilibré » tout comme on peut estimer qu’il faut être déséquilibré pour se faire exploser à Manchester dans un concert afin de massacrer les plus de jeunes, d’enfants d’adolescents. Certes « nous luttons pour comprendre le cerveau perverti et dérangé qui a considéré qu’une salle remplie de jeunes enfants n’était pas un lieu attendrissant, mais une occasion de commettre un carnage » Theresa May a eu les mots justes pour désigner le crime  de Salaman Abedi, ce britannique d’origine libyenne, âgé de vingt deux ans. Mohamed Maerah était-il aussi un déséquilibré ? Qu’en est-il des frères Kouachi, d’Ahmedi Koulibali ? Ceux qui ont égorgé le père Hamel en pleine messe sur l’autel de son église sont-ils des terroristes ou des malades mentaux, mais une autre question reste en suspens : pourquoi les crimes antijuifs sont ils particulièrement soumis à une qualification psychiatrique dont l’effet immédiat est d’en transformer la part d’intentionnalité anti juive?

Quand Ilan Halimi fut assassiné en 2006 après vingt quatre jours de détention et de tortures commises par le si bien nommé « gang des barbares », la justice n’avais pas cru pertinente la qualification d’antisémitisme pour ce crime bien que le gang ait ciblé un Juif parce que « les Juifs ont de l’argent ». Il faudra longtemps attendre pour que la justice requalifie le geste de Youssouf Fofana. Ce fut un grand sentiment de solitude qui accompagna ceux qui, peu nombreux, descendirent dans la rue pour dire leur inquiétude et l’admirable film d’Alexandre Arcady, « 24 jours » qui raconte cette histoire a lui aussi souffert d’une inquiétante indifférence.

Que se passe-t-il donc en France ? Pourquoi cette crainte, pourquoi ce déni de la haine antijuive si massivement présente dans les mentalités des jeunes de culture arabe ou  musulmane ? Pourquoi cette sorte de prudence inquiète pour nommer les choses ? Pourquoi cette gène non avouée dès lors qu’il s’agit de victimes juives non inscrites au mur des noms du Mémorial de la shoah ? Parce que l’assassin  est issu de l’immigration ? Parce qu’il est musulman ? Parce qu’en tant qu’issu de l’immigration arabo musulmane son crime pourrait paraître moins criminel ? Parce que ce geste jouirait de circonstances atténuantes du fait de l’origine de son auteur ? Parce que tuer des enfants juifs serait en quelque sorte un geste symbolique destiné à « venger les enfants palestiniens », selon les mots de Mohamed Merah.

Nous voilà au cœur du non-dit concernant les « choses juives ».  L’ombre d’Israël portée sur la scène terroriste européenne donnerait-elle à  ces questions une autre tension ?

Depuis l’été 2014, l’écho de la guerre à Gaza, a retenti de Sarcelles à la rue de la Roquette, quand des pogromistes des banlieues firent flamber quelques commerces appartenant à des Juifs. Il faut dire que depuis les années 2000, et surtout depuis une dizaine d’années, la criminalisation d’Israël , la nazification d’Israël a levé tout interdit : la haine des Juifs se drape dans le vertueux drapeau de l’anti impérialisme. Ce qui fut initié à Durban en 2001 à la conférence de l’ONU, s’est désormais répandu dans la conscience universelle : de Edgard Morin à Jean Ziegler en passant par Stéphane Hessel, le cœur battant de l’indignation morale désigne Israël comme l’épicentre du Mal. Pourquoi s’étonner que cette bonne conscience puisse engendrer des tueurs à la cervelle imbibée de ce que la morale dominante leurs a enseignés ? Si l’Occident c’est le Mal, si la France s’est rendu coupable et responsable de crimes contre l’humanité du temps de la colonisation, alors la haine contre la France durera jusqu’à la fin des temps. Si Israël est l’avant poste contemporain de ce Mal, pourquoi s’étonner de ces passages à l’acte meurtriers contre ces Juifs solidaires d’Israël ? Certains estiment aujourd’hui que ceux ci utilisent un « copyright » abusif, leur procurant un statut de victime absolue. Cette rente mémorielle, aujourd’hui soumise à la concurrence, protégerait Israël étanche à toute critique parce qu’immédiatement disqualifiée comme « antisémite » par un pouvoir juif faisant subir aux palestiniens un sort semblable à celui des Juifs sous le joug nazi.

Le paradoxe du moment présent réside dans cette contradiction : la France victime du islamisme,  combat ses effets terroristes mais rechigne à en nommer la source. Désormais la cible s’est élargie et les Juifs ne sont plus les seuls visés. Depuis Charlie hebdo, depuis le Bataclan, depuis le massacre de Nice il y a un an, ce sont tous les « mécréants », les « infidèles » » et autres « Croisés » de France qui sont visés. Depuis Londres, Manchester, Madrid, depuis le 11 septembre 2001, c’est tout l’Occident qui est visé. Cet état de fait, cette réalité, certains en Occident refusent de la comprendre et de la nommer. Ils donnent à ces attaques un statut de revanche historique contre un colonialisme toujours vif. D’un côté la France se protège en traquant jusque hors de ses frontières, au Mali, en Irak, en Syrie en Libye, les épigones du Jihad mondial, mais d’un autre feint de ne pas voir ce qui idéologiquement nourrit cette fureur. Ce que François Hollande a su mettre en œuvre n’est pas partagé par son appareil judiciaire. Comment comprendre cet invraisemblable procès fait à l’auteur des Territoires perdus de la République ? Pour avoir exploré, mis à jour la matrice idéologique qui nourrit le jihadisme, Georges Bensoussan a été poursuivi par la justice française. Disculpé dans un premier temps de tout projet raciste, le voilà poursuivi en appel par le même procureur et le CCIF (Comité Contre l’Islamophobie en France) accompagnés par tous les indignés, idiots utiles de l’antiracisme antijuif.

Pourquoi la chaine de télévision ARTE a t elle récemment déprogrammé un film documentaire sur l’antisémitisme en Europe ? Parce que ce film pointait la part importante, indicible à la télévision, de cette haine d’origine arabo islamique ? Pourquoi ce déni du réel ?

Aucune guerre ne pourra être gagnée contre le fascisme islamique, contre ce nouveau totalitarisme du XXIe siècle, si on n’est pas capable de le regarder dans sa totalité. Madame Halimi n’a pas seulement été victime d’un détraqué mais d’un détraqué islamiste qui est retourné réciter des sourates du Coran après l’avoir défenestrée. Israël constitue depuis ses origines la ligne de front de cet affrontement qui va bien au delà de la revendication d’une patrie pour les palestiniens. A lire cet affrontement dans catégories morales et politiques qui sont celle de l’Occident, on s’interdit d’en comprendre l’enjeu inscrit dans les catégories mentales de l’Oumma. Pour leur plus grande peine, les dessinateurs de Charlie, les Juifs de l’hyper casher, les visiteurs du musée juif de Bruxelles, les familles venues assister au feu d’artifice sur la promenade des anglais un 14 juillet, madame Sarah Halimi et tant d’autres se sont trouvés aussi, sans le savoir, sur la ligne de front de cette guerre mondiale.