Hongrie, Croatie, Etats-Unis... Ces organisations juives patriotes qui disent "non" au leadership politique de leur pays

21 Février 2017 | 64 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Voici le discours que j'ai prononcé après le vote de l'assemblée générale du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

Pages

Opinion
Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Depuis 1995 et la reconnaissance, par Jacques Chirac, de la responsabilité du régime de Vichy dans la déportation des Juifs, l’organisation née des mouvements de résistance juifs, le Crif, n’a cessé de travailler conjointement avec les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, sur l’enseignement de l’histoire. Ce qui est considéré comme le partage d’un récit national est-il acquit pour toujours? Comment, dans d’autres pays, le patriotisme des organisations juives conduit-il à se dissocier de relectures historiques qui flirtent avec le révisionnisme ou le relativisme ?
Dès 2010. Hongrie. Victor Orban devient pour la deuxième fois Premier ministre. Il compte parmi ses soutiens l’électorat d’extrême droite, à qui il donne des gages. Ce sera notamment la réhabilitation du mythe de la Grande Hongrie. Les militants du Jobbik, parti antisémite, pourront ériger une statue de Horty, le Pétain hongrois, en plein Budapest. L’histoire se réécrit. La glorieuse Hongrie ne se voit plus que comme une victime des Nazis puis des communistes, elle rechigne à penser la responsabilité de la gendarmerie hongroise, des croix fléchées et de segments de la population dans la déportation des Juifs. Dans les programmes scolaires, les livres d’écrivains d’extrême droite comme Joseph Nyirö, fan de Goebbels, retrouvent bonne place.
 
L’organisation juive en place, le Mazsok, qui reçoit des subventions gouvernementales, se plaint d’ingérences de l’Etat dans les affaires. Un groupe « politiquement accepté» par le régime (car antipolitique, les habbad) bénéficie de cette situation, tandis que l’organe historique représentant la communauté juive nationale rentre dans la dissidence en refusant de participer aux commémorations officielles organisées par le gouvernement d’Orban..... 2017. Croatie. Une plaque commémorant les morts croates de la guerre d’indépendance de 1991-
 
1994 est érigée dans la ville de Jasenovac. Le nom de cette ville est tristement connu pour le camp de concentration et d’extermination qui y fut construit par ce qui fut l’Etat indépendant de Croatie.
 
Sur la plaque commémorative en hommage aux morts des années 90, figure le salut des Oustachis, ce mouvement fasciste national à l’origine de la construction du camp. La communauté juive de Croatie décide de ne pas participer à la commémoration nationale organisée pour les victimes de la Shoah, afin de dénoncer cette relativisation historique....
 
2017. Etats-Unis. Le directeur de l’Anti-Defamation League critique ouvertement la Maison Blanche. Le communiqué pour la journée pour les Victimes de la Shoah évoque en effet des « victimes innocentes » et ne mentionne plus le génocide des Juifs.
 
Revendiquant son attachement aux droits de l’homme défendus par la Constitution américaine, ADL condamne également la décision prise par le 45ème Président des Etats-Unis d’interdire l’immigration de réfugiés musulmans sur le sol américain. L’American Jewish Committee critique également cette mesure. Son directeur David Harris déclara dans un communiqué : «Nous sommes tous liés à ceux qui ont eu la chance d'avoir été admis dans ce pays - dans mon cas, ma mère, mon père, ma femme et mes belles-filles, et nous croyons que d'autres personnes méritantes [doivent avoir] les mêmes chances d'être considérées pour une Entrée permanente".
 
Les organisations juives n’avaient pas manquées de signaler des dérapages de la campagne, demandant plusieurs fois à Trump de se dissocier des groupes de « l’alt-right », la droite nationaliste dont certains de ses membres vouent un culte non équivoque à l’Allemagne nazie.
 
Donald Trump rejette ses soutiens, mais choisit comme conseiller stratégique Steve Bannon, qui en est proche.
 
Certes, la donne est complexe. D. Trump a dès sa campagne été soutenu par quelques grands donateurs juifs qui ont fait fortune dans l’immobilier à New York. Le Président des Etats-Unis marque également son soutien d’Israël et va jusqu’à sembler remettre en question la solution à deux Etats.
 
Mais, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, les organisations juives américaines doivent veiller à ce que le révisionnisme, le relativisme historique et l’antisémitisme ne se diffusent pas par voie de communiqués, de tweets, de déclarations non préparées du Sommet de l’Etat. Le 16 février 2017, l’Anti-Defamation League demandait : «Qu'est-ce que l'Administration Trump va faire à propos de la montée récente de l'antisémitisme? Quelles mesures concrètes prendra la Maison Blanche pour lutter contre l'intolérance? »
 
Rappelons que moins d’une dizaine d’Etats américains ont inscrits l’enseignement de la Shoah dans leur programme scolaire.
 
Le partage de la mémoire semble plus fragile, tenir à peu de choses.... "Confiante en l'infini du temps, une certaine conception de l'histoire discerne seulement le rythme plus ou moins rapide selon lequel hommes et époques avancent sur la voie du progrès. D'où le caractère incohérent, imprécis, sans rigueur, de l'exigence adressée au présent. Ici, au contraire, comme l'ont toujours fait les penseurs en présentant des images utopiques, nous allons considérer l'histoire à la lumière d'une situation déterminée qui la résume comme en un point focal». (Walter Benjamin.)
 
Qu’en sera-t-il demain pour la France ?

 

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.