Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Israël raconté à ma fille, par Guy Millière (*)

14 Juin 2016 | 177 vue(s)
Catégorie(s) :
Israël

Pages

Une grande passion pour Israël et pour le peuple juif.

Guy Millière a une réputation sulfureuse. On lui reproche d'être trop droitier, trop extrême dans sa vision des choses. Peut-être ses détracteurs ne lui pardonnent-ils pas son franc parler. Guy Millière, c'est un fait, ne sait pas prendre de gants. Il a tendance à appeler un chat un chat, ce qui, en ces temps de faux semblants et d'hypocrisie généralisée, est souvent considéré comme une audace scandaleuse.
 
Guy Millière est pourtant un personnage étonnant. Sa passion pour Israël et pour le peuple juif est telle qu'on se demande parfois si son patronyme est un nom d'emprunt et s'il s'agit d'un Aschkénaze ou d'un Sépharade. Ni l'un ni l'autre, en réalité car Millière n'est pas juif. Il s'échine à le dire et à le redire : « Tu me demandes pourquoi, moi qui ne suis pas juif, je défends le pays juif »...  «Je ne suis pas juif, c'est vrai...il n'est nul besoin d'être juif pour défendre le pays juif ».
 
Dans ce petit livre dédié à ses deux filles, Judith et Margaux, il prend avec passion la défense de l'État juif. Un pays qui, dit-il, est critiqué, invectivé, insulté au quotidien. Quant aux Juifs, auquel le monde doit énormément de choses dans tous les domaines, ils sont victimes, depuis la nuit des temps, d'une haine profonde sans fondements, l'antisémitisme. Dès lors, la défense des Juifs en général et d'Israël en particulier, valait bien les désagréments que Guy Millière rencontre sur son chemin. Son enquête personnelle a commencé à Beyrouth, à Bordj El Barajné où on avait voulu lui offrir un exemplaire de « Mein Kampf ». Il s'est alors penché sur la tragédie des Palestiniens, sur le rôle de l'infâme mufti de Jérusalem, Hadj Amine El Husseini, sur Abou Daoud et sur Arafat. Ce n'est que vingt ans plus tard, en janvier 1994, qu'il a franchi le pas en se rendant en Israël.
 
Au fil des pages, Millière raconte l'Histoire : l'effondrement de l'Empire ottoman, le mandat britannique sur la Palestine, le Livre Blanc, le double jeu des Britanniques, les guerres livrées à son corps défendant par le jeune État juif dès sa naissance, « l'invention » des Palestiniens, la question des réfugiés arabes, l'expulsion des Juifs des pays arabes...
 
« J'ai songé à la monstruosité de tout cela ». Tout semble se dérouler selon un adage du psychologue Zvi Rex reformulé: « Les Européens ne pardonneront jamais Auschwitz aux Juifs ».
 
Guy Millière retourne régulièrement au pays juif. « J'ai vu aussi le pays juif se transformer. Je l'ai vu devenir plus fort, plus dynamique, plus productif, plus créatif ».
 
« Détester ou mépriser le pays juif, c'est détester ou mépriser ce qui grandit l'être humain » enseigne en conclusion Guy Millière à sa fille, à ses filles et aux jeunes générations.
 
On peut ne pas aimer Millière, mais sa passion pour Israël et pour le peuple juif ne peut que nous interpeller.
 
Note :
(*) Éditions Les Provinciales. Mai 2016. 126 pages. 12 euros.

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.