Virginie Guedj-Bellaïche

Journaliste-Blogueuse

#JeNaiPasPeur

14 Octobre 2015 | 2165 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité
Portrait de Invité
Retour sur les lieux du Crime
|
29 Avril 2015
Catégorie : Actualité

« Ne pas témoigner serait trahir», Pierre Laurent, journaliste, a participé à la commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie le 19 avril dernier. Article publié dans l'Est Républicain.

 

"Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants, c'est l'indifférence des bons" (Martin Luther King)

Tribune de marc Knobel publié dans le Huffinghton Post 

Des centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), dimanche 15 février 2015, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué de presse

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Pages

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

 

Hier à 8H30. Un terroriste a attaqué au couteau un passant le blessant légèrement. Un peu plus d’une heure et demie plus tard, c’est une autre attaque qui est perpétrée non loin du parc de la ville, faisant 3 autres blessés légers. De multiples attaques se produisent simultanément à Holon, Tel Aviv et Jérusalem où un homme a fait feu dans un bus. Le bilan fait état de 3 morts et de plusieurs blessés graves. Depuis que je suis installée en Israël, c’est la première fois que mon quotidien vacille réellement. 

L’attaque a été perpétrée sur la grande artère, celle que je prends tous les jours en voiture ou à pied. A quelques mètres de ma banque et au même moment où je prends de temps en temps mon courage et mon hébreu incertain à deux mains pour déposer un chèque ou me faire traduire une lettre. Je me rends compte combien aussi violents, dramatiques et douloureux soient-ils, les attentats perpétrés à Jérusalem et les roquettes qui tombent à Sderot ou ailleurs me paraissent lointaines, à la limite de l’abstrait. 

Pour la première fois…

… Les images retransmises à la télévision donnent à voir des commerces que je connais, des noms de rues où habitent mes amis Si la qualité des films amateurs pris au téléphone portable était meilleure, je pourrais presque reconnaître des visages. 

… Les bruits des ambulances et des hélicoptères qui survolent la ville est assourdissant comme pour nous rappeler que danger est dorénavant du registre de l’ici et du maintenant.

Courir dans un miklat quand l’alerte sonne est une chose, ne plus pouvoir marcher dans la rue sans se demander si quelqu’un derrière nous est armé d’un couteau en est une autre. A ma fille, à ma mère, à moi-même, je dis « je n’ai pas peur ». La trouille est là, pourtant. Immense, irraisonnée pour certains. Mais je tiens, je dis, répète, radote, psalmodie, « je n’ai pas peur ».

  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que ca m’aide pour demain à ne rien changer à mes habitudes.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que finalement on en convient tous, « on n’est plus à l’abri nulle part »
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce j’ai choisi Israël en dépit de ce risque et parce s’il doit m’arriver quelque chose en tant que juive – je le dis sans dramaturgie ni grandiloquence - je préfère que ce soit en Israël, dans ce pays où cela a un sens, dans ce pays où les terroristes sont neutralisés par les civils et où on ne discute pas des heures entières pour savoir si le motif de l’attentat est ‘antisioniste’ ou ‘antisémite’.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que faire régner la panique est précisément l’objectif de ceux qui sème la terreur et le chaos à coup de couteau.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce qu’Israël vit ainsi depuis toujours. On traverse souvent le pire mais cela ne nous empêche pas de toujours croire que demain sera meilleur

 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.