Virginie Guedj-Bellaïche

Journaliste-Blogueuse

#JeNaiPasPeur

14 Octobre 2015 | 2165 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Pages

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

 

Hier à 8H30. Un terroriste a attaqué au couteau un passant le blessant légèrement. Un peu plus d’une heure et demie plus tard, c’est une autre attaque qui est perpétrée non loin du parc de la ville, faisant 3 autres blessés légers. De multiples attaques se produisent simultanément à Holon, Tel Aviv et Jérusalem où un homme a fait feu dans un bus. Le bilan fait état de 3 morts et de plusieurs blessés graves. Depuis que je suis installée en Israël, c’est la première fois que mon quotidien vacille réellement. 

L’attaque a été perpétrée sur la grande artère, celle que je prends tous les jours en voiture ou à pied. A quelques mètres de ma banque et au même moment où je prends de temps en temps mon courage et mon hébreu incertain à deux mains pour déposer un chèque ou me faire traduire une lettre. Je me rends compte combien aussi violents, dramatiques et douloureux soient-ils, les attentats perpétrés à Jérusalem et les roquettes qui tombent à Sderot ou ailleurs me paraissent lointaines, à la limite de l’abstrait. 

Pour la première fois…

… Les images retransmises à la télévision donnent à voir des commerces que je connais, des noms de rues où habitent mes amis Si la qualité des films amateurs pris au téléphone portable était meilleure, je pourrais presque reconnaître des visages. 

… Les bruits des ambulances et des hélicoptères qui survolent la ville est assourdissant comme pour nous rappeler que danger est dorénavant du registre de l’ici et du maintenant.

Courir dans un miklat quand l’alerte sonne est une chose, ne plus pouvoir marcher dans la rue sans se demander si quelqu’un derrière nous est armé d’un couteau en est une autre. A ma fille, à ma mère, à moi-même, je dis « je n’ai pas peur ». La trouille est là, pourtant. Immense, irraisonnée pour certains. Mais je tiens, je dis, répète, radote, psalmodie, « je n’ai pas peur ».

  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que ca m’aide pour demain à ne rien changer à mes habitudes.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que finalement on en convient tous, « on n’est plus à l’abri nulle part »
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce j’ai choisi Israël en dépit de ce risque et parce s’il doit m’arriver quelque chose en tant que juive – je le dis sans dramaturgie ni grandiloquence - je préfère que ce soit en Israël, dans ce pays où cela a un sens, dans ce pays où les terroristes sont neutralisés par les civils et où on ne discute pas des heures entières pour savoir si le motif de l’attentat est ‘antisioniste’ ou ‘antisémite’.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que faire régner la panique est précisément l’objectif de ceux qui sème la terreur et le chaos à coup de couteau.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce qu’Israël vit ainsi depuis toujours. On traverse souvent le pire mais cela ne nous empêche pas de toujours croire que demain sera meilleur

 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.