Virginie Guedj-Bellaïche

Journaliste-Blogueuse

#JeNaiPasPeur

14 Octobre 2015 | 2165 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Johnny est malade. Oui, le grand Johnny. Lundi, la fille de Johnny Hallyday avait annoncé que son père souffrait d'un cancer avant de crier au piratage de son compte. Ce mercredi soir, c'est finalement le chanteur lui-même qui prend soin d'envoyer un mot sur Twitter pour rassurer ces fans. Si on lui a dépisté « des cellules cancéreuses » pour lesquelles il est « traité », il assure être confiant sur son suivi. "Mes jours ne sont pas aujourd'hui en danger, rappelle L’Express du 9 mars.

Cela paraîtra peut-être étrange à certains de mes lecteurs, mais j’aime Johnny, j’aime son timbre de voix, j’aime aussi certaines de ces chansons, je suis presque, presque un fan.

Pourquoi dans cette affaire, est-ce Bensoussan qui seul est poursuivi en justice et non pas simultanément Smaïn Laacher ?

 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

L’Amitié judéo-chrétienne de France - dont plusieurs militants du Crif sont membres du Comité Directeur - a tenu dimanche 29 janvier son Conseil national, l’occasion pour nous de donner quelques nouvelles du front du dialogue.

Pages

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

 

Hier à 8H30. Un terroriste a attaqué au couteau un passant le blessant légèrement. Un peu plus d’une heure et demie plus tard, c’est une autre attaque qui est perpétrée non loin du parc de la ville, faisant 3 autres blessés légers. De multiples attaques se produisent simultanément à Holon, Tel Aviv et Jérusalem où un homme a fait feu dans un bus. Le bilan fait état de 3 morts et de plusieurs blessés graves. Depuis que je suis installée en Israël, c’est la première fois que mon quotidien vacille réellement. 

L’attaque a été perpétrée sur la grande artère, celle que je prends tous les jours en voiture ou à pied. A quelques mètres de ma banque et au même moment où je prends de temps en temps mon courage et mon hébreu incertain à deux mains pour déposer un chèque ou me faire traduire une lettre. Je me rends compte combien aussi violents, dramatiques et douloureux soient-ils, les attentats perpétrés à Jérusalem et les roquettes qui tombent à Sderot ou ailleurs me paraissent lointaines, à la limite de l’abstrait. 

Pour la première fois…

… Les images retransmises à la télévision donnent à voir des commerces que je connais, des noms de rues où habitent mes amis Si la qualité des films amateurs pris au téléphone portable était meilleure, je pourrais presque reconnaître des visages. 

… Les bruits des ambulances et des hélicoptères qui survolent la ville est assourdissant comme pour nous rappeler que danger est dorénavant du registre de l’ici et du maintenant.

Courir dans un miklat quand l’alerte sonne est une chose, ne plus pouvoir marcher dans la rue sans se demander si quelqu’un derrière nous est armé d’un couteau en est une autre. A ma fille, à ma mère, à moi-même, je dis « je n’ai pas peur ». La trouille est là, pourtant. Immense, irraisonnée pour certains. Mais je tiens, je dis, répète, radote, psalmodie, « je n’ai pas peur ».

  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que ca m’aide pour demain à ne rien changer à mes habitudes.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que finalement on en convient tous, « on n’est plus à l’abri nulle part »
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce j’ai choisi Israël en dépit de ce risque et parce s’il doit m’arriver quelque chose en tant que juive – je le dis sans dramaturgie ni grandiloquence - je préfère que ce soit en Israël, dans ce pays où cela a un sens, dans ce pays où les terroristes sont neutralisés par les civils et où on ne discute pas des heures entières pour savoir si le motif de l’attentat est ‘antisioniste’ ou ‘antisémite’.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce que faire régner la panique est précisément l’objectif de ceux qui sème la terreur et le chaos à coup de couteau.
  • Je dis « je n’ai pas peur » parce qu’Israël vit ainsi depuis toujours. On traverse souvent le pire mais cela ne nous empêche pas de toujours croire que demain sera meilleur

 

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.