Francis Kalifat

Président

"Jews : The First Victims in an Anti-Semitic France" mon interview dans le Washington Post

12 Octobre 2016 | 50 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Dans quel monde vivons-nous et de quelle inhumanité est faite le monde ?

Pages

Actualité

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Comment les réseaux sociaux sont passés de l'effroi à la solidarité sans précédent avec les telavivim

Portrait de Marc Knobel
Les femmes, Daech et le Djihad
|
19 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

« Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte »

Vendredi soir en l'espace de moins d'une heure, la France a connu le plus grave attentat jamais perpétré sur son territoire. En l’espace d’une trentaine de minutes, des terroristes ont attaqué la capitale à 7 endroits avec une minutie et une détermination macabres. 129 morts, 350 blessés dont 100 dans un état très grave. Les chiffres donnent le tournis. Moins de 48 heures après cette nuit d’horreur, n’en déplaise à certains, il est juste le temps de pleurer.

Portrait de Marc Knobel
Des visages sur nos morts
|
14 Novembre 2015
Catégorie : Actualité

Les réseaux sociaux se sont mobilisés pour retrouver les personnes portées disparues, ceux dont nous n’avions pas de nouvelles. Les Amis, les familles, les anonymes partagent descriptions, photos et espoir.

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
#JeNaiPasPeur
|
14 Octobre 2015
Catégorie : Actualité

8H30. Au moment où les employés de la mairie qui font la circulation rangent leurs gilets jaunes, dans les classes, les écoliers ouvrent livres et cahiers. Alors que les hommes sortent de l’office du matin, croisant ceux qui distribuent l’édition du jour du quotidien Israël Hayom, les lycéens patientent à l’arrêt de bus, smartphone en main. Si le rideau de fer des boutiques est encore fermé pour une demi-heure, le cafetier lui prépare déjà son 17e café afour. Voilà à quoi ressemble la vie matinale à Raanana, petite ville près de Tel-Aviv. Et puis hier, mardi, tout a basculé.

Il est temps d'affirmer haut et fort que les islamistes veulent tuer des juifs !

Réaction suite à la nomination de l'Arabie Saoudite au Conseil des Droits de L'Homme.

L'Europe doit se mobilier pour le sort des réfugiés

Portrait de Olivier Rafowicz
Tel Aviv sur Seine
|
12 Août 2015
Catégorie : Actualité

La ville blanche sera à l'honneur demain sur les berges de Paris Plage

Un bébé palestinien a été brûlé vif et ses parents ont été grièvement blessés vendredi lorsque des extremistes israéliens ont mis le feu à leur maison en Cisjordanie.
Un acte abominable , Israel doit prendre toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer le terrorisme juif.
 

Iran's Ayatollahs were behind the bloody attack that hit the Jewish community center in Buenos Aires in 1994 that killed 84 and injured 230.

Portrait de Invité
Droit de réponse
|
19 Juin 2015
Catégorie : Actualité

Hier Joel Amar nous a fait part de son analyse de la tribune d'A.B Yehoshua publiée dans Libération le 17 Juin dernier " Du bon usage du Boycott d'Israel".

Aujourd'hui, nous publions le " Droit de réponse " d' Alain Rozenkier, Président de " La Paix Maintenant"

Joel Amar analyse la tribune de l'écrivain A.B Yehoshua publiée hier dans Libération : " Du bon usage du Boycott d'Israel" 
Paru sur mediapicking.com

Viralité des messages, impunité des auteurs, Marc Knobel a choisi de faire le constat de la haine sur internet et de la responsabilité des réseaux sociaux.

Pages

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

By James McAuley
 

PARIS — The Jewish New Year is supposed to be a time of joy: apples and honey, family and faith.

But in France — home to Europe’s largest Jewish community — the High Holidays are also a time of metal detectors and full-body pat-downs, ID checks and security interviews on the streets outside synagogues.

In the France of 2016, this is the new normal. But contrary to widespread reports of a possible Jewish “exodus” from France to Israel, French Jews are still very much here, adjusting to a new, arbitrary terrorist threat that targets people not just because of their religion but even for the cafe terraces they choose.

“What’s important is to know that today — even if the Jews remain a target — they are not the only ones,” said Francis Kalifat, the president of the Representative Council of French Jewish Institutions, France’s largest Jewish advocacy organization.

For years, anti-Semitic violence has been a mainstay in French headlines: stabbings, shootings, slurs. After the January 2015 attack at a kosher supermarket outside Paris, Israel’s prime minister, Benjamin Netanyahu, urged French Jews to move to Israel.
 

ome did. In a community of roughly 600,000, about 8,000 decamped to the Jewish State last year, an all-time high.

Although many among that 8,000 left for reasons unrelated to anti-Semitism — economic prospects, retirement and rejoining family were all factors — the optics were terrible. In the eyes of the world, France, the first European country to recognize Jews as equal citizens, no longer seemed safe.

This was an idea widely disseminated in international media, especially in the United States. In a provocative April 2015 cover story largely focused on the situation in France, the Atlantic magazine went so far as to ask: “Is it time for the Jews to leave Europe?” Many began to think so.

But then there were the November attacks in Paris and the July attack in Nice, the deadliest on French soil since 1945.

The more than 200 victims murdered in both attacks were chosen entirely at random: teenagers who happened to buy tickets for a particular concert, children who happened to be watching fireworks on a seaside promenade.

Neither attack discriminated among victims; both posed an equal-opportunity threat. France today may not be safer for Jews, but it is now equally unsafe for everyone.

 

“For too long, French Jewry was denounced and disregarded by society at large, which tended to observe from faraway the victims of bombings and attacks,” says Haïm Korsia, France’s chief rabbi.

Immediately after the January 2015 attacks — on the Charlie Hebdo newspaper and the kosher supermarket — the French government created Operation Sentinel, a squadron of 10,000 heavily armed soldiers dispatched to guard sensitive sites. These included many Jewish schools, synagogues and community centers.

Almost immediately, military officials, analysts and some politicians criticized the operation as a costly expenditure without a clear mission.

“They thought they were not targets and could never be hit by such violence,” Korsia said. “But now that everyone is aware of being a potential target, I have the feeling that everyone became more responsible and caring about each other.”

In a time of nondiscriminatory attacks, a more united national community may be more than a political platitude. The mass “exodus” of French Jews never happened.

[A French synagogue is being converted into a mosque after Jews abandoned the neighborhood]

Immigration to Israel has significantly slowed this year — by some estimates as much as 40 percent. And some of those who left France are starting to come back.

In July, the French newspaper Le Monde released a lengthy investigative report suggesting that between 15 and 30 percent of French Jews who move to Israel end up returning to France every year. The actual figure remains unknown, as Israel does not keep statistics on those who leave.

In the words of one woman interviewed by Le Monde: “In Israel, I missed the idea of the Republic — meritocracy and the principle of equality. I realized in Israel that I was French before everything else, whereas before I had the impression of being Jewish first.”

Anti-Semitism in France has far from disappeared. A steady stream of small-scale attacks on religious Jews has continued despite the extensive security protections in place. In August, a 62-year-old Jewish man was stabbed in Strasbourg on a Friday night; in September, a car containing gas canisters was discovered outside a synagogue in Marseille.

“You shouldn’t be shocked,” Kalifat said. “We have a menace to protect against.” Hence the metal detectors and pat-downs during the High Holidays.

For Korsia, this is simply a fact of life, especially in a France increasingly in the crosshairs of the Islamic State.

“Yes, we would all like to be able to wander around, go to the service or drop the kids off at school without being escorted,” he said. “But as paradoxical as it can be, French Jews have gotten used to it.”

And now, so must all of France.

Read more 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.