La chronique (pas très casher) de Raphaela : Mezouza power

22 Mars 2019 | 413 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Né à Tunis en 1920, Albert Memmi, s’il a été considéré, à travers certains de ses romans, comme le chantre du judaïsme tunisien, demeure surtout, le théoricien du colonialisme

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Pages

Actualité

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Aux côtés de Bruno Valentin, prêtre du diocèse de Versailles et Ahmet Ogras, vice-président du CFCM sur le plateau de BFM TV, j'ai réaffirmé mon sentiment d'horreur face à cet acte barbare qui s'est passé ce matin.

 

Il est peut être temps de poser à ceux qui relaient les théories du complot - en particulier sur les réseaux sociaux - des questions déstabilisantes.

Dans une interview donné à Patrick Perotto de L'Est Républicain, je suis revenu sur l’un des défis des années à venir : combattre les idées de haine qui se répandent sur internet

I was interviewed in English and French, on EJP , Tuesday, May 31, 2016.

J'ai été interviewé, en anglais et en français, sur EJP, mardi 31 mai 2016.

Suite à mon élection à la Présidence du Crif, j'ai répondu aux questions de Paul Amar, sur tous les sujets de préoccupations des Juifs de France.

Prix Nobel de littérature en 2002, l'écrivain hongrois Imre Kertèsz est mort à Budapest le 31 mars 2016. Son dernier livre, "L'ultime auberge" a reçu, le 22 mai 2016, le Prix Spécial du Jury 2016 du Salon du Livre de la Licra-Paris

Pages

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Mezouza power

Fraîchement propriétaire et jeune fille obéissante la plupart du temps, j’écoutais le commandement suprême de Dieu mon père qui me pressa d’installer au plus vite une mezouzah chez moi. Comme 99% du temps je répondais « oui, bien sûr évidemment, pour qui me prends-tu j’y avais déjà pensé », alors qu’en raccrochant j’avais déjà oublié de quoi il était question au début du monologue téléphonique quotidien de la mère juive qu’est mon père.

Malgré tout, l’idée fit son chemin et une fois les rideaux installés, les joints colmatés et la peinture refaite, il ne me restait plus qu’à penser à la protection spirituelle de ma tanière.

Mezouzah or not mezouzah ?

Aussi absurde que cela puisse paraître ou pas, ma première interrogation fut de me demander si vraiment il était bien nécessaire de « s’afficher » de la sorte. À première vue, la mezouzah était pour moi comme le Magen David autour du cou, un truc joli mais surtout un super thème de début de conversation sur le conflit israélo-palestinien quand on gravite en milieu non averti. Deuxièmement, et c’est là que réside la vraie absurdité de la question : à l’heure où des « juden » puants recouvrent la bonne odeur des restaurants de bagels, ai-je vraiment envie que mes voisins sachent que je suis juive ?

C’est au cours d’un déjeuner familial que j’eus ma réponse. Pour contrer le flot habituel de lieux communs racistes et anti sans-dents/gilets jaunes émanant de ma grand-mère qui soit dit en passant, ne connais pas d’autre arabe que sa femme de ménage, je décidais de tenir le rôle dans lequel ces déjeuners de famille me plongent inexorablement : celui de la bobo-gaucho-mélanchoniste-proche des frères musulmans. Tout ça parce que j’achète du déodorant sans sel d’aluminium et que j’ai osé remettre en question les politiques menées en Israël. En plus, j’ai voté Hamon. Mais passons.

C’est en tout cas cet épisode qui me décidait à lui prouver que non, la France n’était pas antisémite, en tout cas, pas plus qu’avant.

Restait à se procurer la dite mezouzah.

Dans un carton à la cave chez mes parents, je retrouvais, entre de vieux posters des 2B3 et des peluches certes en décomposition, mais beaucoup trop précieuses sentimentalement pour êtres jetées : le « sac à religion ». Dedans se trouvaient en vrac : verres de kidoush offerts à la naissance, livres de prières offerts à la bat mitsva et…une mezouzah ! Mazel Tov.

Rencontre du 3ème type

Dernière étape : fixer le boîtier sacré. Dans un regain de religiosité je me dis qu’il serait peut-être pas mal de faire ça bien, et quoi de plus facile quand on a un voisin religieux. Je l’invitais donc, lui et sa femme à un petit apéro / pose de mezouzah – concept qui, j’en suis sûre, fera bientôt fureur à New York ou Jérusalem. Jusqu’ici tout va bien. Seulement voilà, quand ton couple de potes les moins religieux du monde décident de passer pile le même soir, la menace d’un remake de Dîner de cons te pend au nez.

Pour la faire courte : la pote pas feuj se prend un vent magistral en essayant de faire la bise au religieux et le pote feuj athée (quasi anti) lève les yeux jusqu’au ciel en entendant les religieux me demander si j’ai des gobelets en plastiques car mes verres ne sont pas casher…Moi bien entendu je n’en ai pas, et je remarque au passage que les petits croissants au saumon sont beaucoup trop salés. La soirée va être longue…

Mezouzah Party

Après cette entrée en matière sympathique, vient le moment tant attendu. Moi qui pensais qu’on prendrait le boîtier et qu’on le collerait à la porte vite fait, bien fait, que nenni ! La femme du rabbin ouvre le parchemin rédigé par le scribe. Je vous passe le flop de la vanne « - c’est une bonne situation ça, scribe ? » sur un couple de religieux entrain de crever de soif et t’installant ta mezouzah. Bref, elle vérifie que tous les mots sont là, sous peine de mauvais fonctionnement de la protection divine, témoignages arrivés à des cousins de cousins à l’appui. Pendant ce temps, son mari se lance dans une explication rapide (moins de vingt-cinq minutes pour un religieux, c’est rapide) de la mezouzah et de la frontière fine séparant religion et superstition…tout un programme. Etonnamment, la copine pas feuj se montre super intéressée, et pour cause, elle a vu le Prince d’Egypte, elle a adoré, et le sang d’agneau sur la porte des hébreux pour éviter que Dieu vienne leur prendre leurs premiers nés, ça lui parle.

Pour clore le laïus, le GR (Gentil Religieux) finit en disant qu’en gros, le fait d’avoir fait l’effort de mettre la mezouzah témoigne de mon engagement religieux et va m’apporter protection et Mazel avec éventuellement un bon petit mari juif en bonus. C’est cela oui…

Sur ces bonnes paroles il est temps de réciter la prière. La soirée prend donc un tournant un peu émouvant, je l’avoue, et quand tout ce petit monde part de chez moi, je me sens réellement auréolée de la protection divine.

Ceinture-bretelle…et mezouzah !

C’est en racontant cette soirée improbable à mon frère qu’il me parle d’un ami à lui qui a justement évité le cambriolage grâce à sa mezouzah, les voleurs pensant qu’il s’agissait d’un système d’alarme…

C’est pas con ça, une alarme. On n’est jamais trop prudent !

Le rendez-vous est donc pris avec l’installateur de système de sécurité laïque. Au bout de deux minutes dans mon appartement il me demande si je suis juive. Alors que je me vois déjà dépecée en mille morceaux dans le lave-linge, il me rassure en m’annonçant qu’il a juste vu la mezouzah !

Alléluia : le boîtier sacré semble fonctionner car il m’attire déjà des futurs maris juifs potentiels. Ne reste plus qu’à découvrir la prière qui en attire des plus sexys…