Sophie Taïeb

Bloggueuse et rédactrice

La fête de l’Humanité qui porte si mal son nom

12 Septembre 2016 | 36 vue(s)
Catégorie(s) :
Antisémitisme

« Séparation du Crif et de l’Etat » : voici la dernière nouveauté de la « cause palestinienne ». Amalgamant à tout va Israël, sa politique, les juifs, et les institutions françaises, ces pantins ont appelé à un rassemblement samedi dernier, avec des slogans antisémites et anti républicains.

Malgré la mobilisation de personnalités politiques (Nathalie Kosciuzko-Morizet, Claude Goasguen et Anne Hidalgo), associatives (le Président du Crif Francis Kalifat a notamment écrit au Préfet et au Premier Ministre), et de nombreux internautes, la Préfecture de Paris a décidé d’autoriser ce rassemblement, sous haute protection policière.

Nous nous sommes rendus sur place.

 

 
"La culture est ce qui a fait de l'homme autre chose qu'un accident de l'univers", déclarait André Malraux. C'est pour toutes ses vertus que la culture est grande et qu'elle reste et doit rester un rempart contre l'obscurantisme, le racisme, l'antisémitisme et l'homophobie. De chaque création artistique doit jaillir une lumière. C'est à cela que doit aspirer chacun de ceux qui ont le bonheur de pouvoir créer ou d'interpréter une oeuvre. 

 

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Il y a 11 ans, un jeune juif du nom dIIlan Halimi, était enlevé, torturé et assassiné.

Billet d'humeur par Marc Knobel

Pour la énième fois l'ONU s'apprête à voter le financement d'une liste noire d'entreprises internationales opérant dans les territoires contestés.

Seront ainsi montrées du doigt les sociétés se trouvant à Jerusalem, sur les hauteurs du Golan et en Judée -Samarie.

" Le guide du parfait boycotteur antisémite" sera ainsi financé par l'ONU.

Un pas de plus sera franchi !

 

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Je suis intervenu aux deux conférences internationales sur l’antisémitisme organisées la semaine dernière à Paris.

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Mensonges, haine et illégalité.

La fête de l’Humanité, où artistes, politiques et public se pressent, a accueilli une fois de plus un stand appelant à la haine d’Israël.

Pages

Mensonges, haine et illégalité.

La fête de l’Humanité, où artistes, politiques et public se pressent, a accueilli une fois de plus un stand appelant à la haine d’Israël.

 

Tout au long de la journée, des militants qui se disent de la “cause palestinienne” déversent mensonges et messages de haine au public venu assister à des concerts.

L’appel au boycott étant illégal, nous nous posons la question de savoir dans quelle mesure et pour quelles raisons ce stand a été autorisé lors de cet événement.

Ces activistes n’ont de cesse de réclamer la libération de terroristes palestiniens, d’appeler au boycott commercial et culturel (de ce qui les arrange... pas question pour eux de se passer d’un smart phone ou de se perdre en n’utilisant pas Waze)... et n’ont pour effet sur la “cause” que celui de mettre des palestiniens au chômage : on se souvient tous de l’usine Soda Stream qui a fermé et mis ainsi des centaines de palestiniens au chômage alors qu’ils avaient des conditions de travail hors du commun.

Aujourd’hui, au delà des organisateurs, nous posons la question aux personnalités publiques qui s’affichent à cette “fête” qui tient plus du rassemblement politique.

Se rendre à la fête de l’Humanité c’est cautionner la présence d’associations antisémites... et pour cela nous espérons que l’an prochain vous passerez votre tour.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.