Stéphanie Dassa

Directrice de projets

Le Crif organise demain la commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie

18 Avril 2016 | 10 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Les jolies colonies de vacances... Il fait beau, il fait chaud, ça sent vraiment les vacances ! Cette semaine, nous vous proposons une série d'articles sur les mouvements de jeunesse juifs en France ! Aujourd'hui, découvrez le parcours d'une ancienne E.I. !

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

 

Dans le cadre du match de foot qui doit opposer le RC Strasbourg au Maccabi Haïfa FC, le Préfet de la Région Grand-Est a publié ce matin un arrêté inquiétant et profondément dérangeant. Je me suis entretenu avec le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l'Intérieur, et avec le Directeur de Cabinet du Préfet du Bas-Rhin. Un nouvel arrêté devrait être publié, supprimant notamment l'interdiction des drapeaux nationaux et des signes de soutien aux deux équipes.

"Les juges d’instruction viennent enfin de rendre leur décision dans le meurtre barbare de Sarah Halimi, dans une ordonnance rendue le 12 juillet dernier. Elles estiment qu’il existe des "raisons plausibles" de penser que le discernement du suspect était "aboli" au moment des faits. Si elle est sans surprise, cette décision reste difficilement justifiable."

Ma réaction après l'annonce du report du vote de l'Assemblée nationale pour l'adoption de la définition de l'antisémitisme de l'IHRA. L'Assemblée nationale a également annoncé qu'avant d'être examinée, la proposition de résolution serait réécrite.

Pages

La cérémonie se déroulera demain mardi 19 avril à 17h30 au Mémorial de la Shoah à Paris en présence des ambassadeurs de Pologne et d’Israël.

Cette année comme toutes les précédentes depuis des décennies, le Crif organise via sa commission du Souvenir, la commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie.
 
La cérémonie se déroulera demain, mardi 19 avril à 17h30 au Mémorial de la Shoah à Paris, en présence des ambassadeurs de Pologne et d’Israël,  73 ans jour pour jour  après la décision du Reich de liquider ce qu’il restait du ghetto de Varsovie. Ce jour là était celui du premier Seder de Pessah (la Pâque juive), le soir où les juifs célèbrent la fin de l’esclavage, ce qui n’est évidemment pas un hasard. Ce  jour là, Mordehaï Anielewicz, âgé de 24 ans et commandant de l’Organisation juive de Combat (OJC)  lançait l’insurrection du ghetto. 
 
Elle a duré 3 semaines  dans un rapport de force dont on imagine la disproportion. Trois semaines durant lesquelles les plus farouches opposants idéologiques se sont alliés pour l’ultime combat ; bundistes, gauche sioniste et droite révisionniste. Si ce ne fut pas un baroud d’honneur, ce n’était pas non plus Massada : avant de se donner la mort dans le bunker de la mythique Mila 18, Anielewicz et ses troupes tirèrent jour et nuit depuis toutes les caches que l’OJC avait mis en place des mois auparavant. 
 
C’est seulement le 15 mai 1943, après la destruction de la grande synagogue, que le général SS Jurgen Stroop écrit à Berlin : « Le quartier Juif de Varsovie n’existe plus. »
 
Que célébrons-nous  quand nous commémorons en France, cet évènement dramatique et lié directement  à l’histoire de la Pologne ? Marek Edelman, un des rares survivants du ghetto de Varsovie et Polonais jusqu’à sa mort disait : «  « En nous soulevant, nous avons rappelé notre appartenance au genre humain. En prenant les armes contre ceux qui voulaient nous anéantir, nous nous sommes raccrochés à la vie et nous sommes devenus des hommes libres. »
 
Aujourd’hui à Varsovie, une des anciennes rues du ghetto porte le nom de Mordekhaï Anielewicz.
 
Le 19 avril à Varsovie, l’armée polonaise défile en ordre devant le monument consacré et rend les hommages militaires aux combattants juifs du ghetto, devenus de véritables héros de la Résistance et incarnent avec eux tous les soulevés des autres ghettos et centre de mise à mort. Cette révolte a-t-elle inspirée notamment celle des Sonderkommandos de Treblinka ; le 2 août 1943 ? 
 
A travers cette commémoration, nous le savons, c’est un double hommage qui est rendu : le premier, à la résistance juive, à ses combattants qui n’ont pas vu la victoire des Alliés, le second à toutes les victimes de la Shoah qui n’ont pas eu les moyens de prendre les armes ; à tous les vulnérables dont le million et demi d’enfants disparus.
 
Rendez vous demain, à 17h30 au Mémorial de la Shoah.
 
Programme:
17h30  précises : ouverture par Claude Hampel, Président de la Commission du Souvenir du CRIF
17h40 : allocution d’Éric de Rothschild, Président du Mémorial de la Shoah
17h50 : allocution de SE Madame Aliza Bin Noun, Ambassadrice d’Israël en France
18h00 : allocution de SE Monsieur Andrzej Byrt, Ambassadeur de Pologne en France
18h10 : allocution de Roger Cukierman, Président du CRIF
18h20 : allocution de Sacha Reingevirtz, Président de l’UEJF 
18h30 : hommage à Tousia  Altmann, combattante du Ghetto de Varsovie, par Clara Cohen, membre du mouvement de jeunesse juive Hashomer Hatzaïr
18h40 : sonnerie aux Morts
18h45 : Kaddish par le Grand Rabbin Olivier Kauffman
18h50 : poème de Benjamin Fondane, par Noam Morgensztern, de la Comédie française
19h00 : « aux Mères-courage », témoignage par Claude Hampel
19h05 : poème yiddish d’Aaron Tseytlin, par Jeremy Grant
19h10 : hymne du Ghetto de Vilnius et de la Résistance juive, par Talila (accompagnée par Teddy Lasry)
19h15 : fin de la Cérémonie.

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.