Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean-Pierre Allali - Coran et Bible en questions et réponses, par Daniel Sibony

05 Septembre 2018 | 459 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Je me suis exprimé sur les enjeux de l'élection présidentielle pour la communauté juive française.

Portrait de Stéphanie Dassa
Hommage à Claude Hampel
|
14 Novembre 2016
Catégorie : France

« Il y eut un soir et il y eut un matin » Genèse1 : 5

Comme chaque année, l'association ASI/Keren Or que je préside, distribue des lunettes de vue en Israël aux plus démunis. Cette année l'opération s'est déroulée dans la ville de LOD.

En 2005, le fait religieux envahissait peu à peu et dans la confrontation, les cours de récréation. L’agitation religieuse commençait à provoquer des dégâts dont nous payons le prix lourd aujourd’hui.

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Une stèle en mémoire des victimes de la Shoah qui n’ont pas de sépulture, "ni ici, ni ailleurs", a été inaugurée dans le cimetière parisien de Bagneux.
Une cérémonie solennelle - et sous haute sécurité - qui, à Bagneux, dix ans après la mort d’Ilan Halimi, séquestré et torturé dans la cité de la Pierre-Plate parce qu’il était juif, était d’autant plus symbolique.

Dimanche 11 septembre 2016, j'étais l'invité de l'émission "30 minutes pour convaincre".

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

Le Times of Israel a repris ma critique de la comparaison musulmans de France - juifs pendant la Shoah.

Je fais suite aux propos de Jean Luc Melenchon travestissant l'Histoire de France.

Pages

Coran et Bible en questions et réponses, par Daniel Sibony*

Natif du Maroc, le psychanalyste Daniel Sibony a l’immense avantage de posséder la langue arabe comme l’hébreu. Ce qui le qualifie pleinement pour parler, en toute connaissance de cause, des deux textes fondateurs, la Bible et le Coran. L’ouvrage qu’il nous propose est composé de questions supposées posées par un interlocuteur et des réponses de l’auteur.

Le Coran, nous explique Sibony, a été composé, sous la dictée divine, certes, et à travers l’ange Gabriel, par un véritable stratège, Mohammed, qui, bien qu’analphabète, a su tirer des rabbins et des ecclésiastiques qu’il a fréquentés, la substantifique moelle du texte sacré des Musulmans. Entièrement habité par la Bible, Mohammed, que Sibony, d’une certaine manière, admire, a su synthétiser les savoirs antérieurs pour aboutir à un texte en langue arabe destiné au départ à des Arabes. Dès lors, il fallait introduire la notion de « vrais croyants », les  Muslimines en opposition avec les « Kafirines », les « insoumis ». L’idée géniale est d’avoir fait d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de David et de Jésus, des Musulmans avant la lettre. Dès lors, les Juifs comme les Chrétiens, qui ne veulent pas entendre ce message, sont des « pervers », des « injustes » qui ont falsifié la parole divine. Certaines sourates que rappelle l’auteur, sont sans ambigüité : « Combattez ceux qui, parmi les gens du Livre ne pratiquent pas la vraie religion » ou encore « Tuez les associateurs, où que vous les trouviez » et « Malheur à eux pour ce que leurs mains ont écrit » ;

Au fil des pages, Daniel Sibony étudie le concept de « Djihad », les versets violents et ceux qui sont paisibles, la violence et la paix, le paradis et l’enfer, Jérusalem et même les Palestiniens : « Les Palestiniens sont captifs de l’opposition millénaire entre Bible et Coran, entre Arabes et Juifs. Ils sont devenus le symbole de ce différend. C’est pourquoi leur cause touche de près le monde arabe, et mobilise aussi ceux que le « peuple juif » agace. Le malheur du peuple palestinien, c’est que sa Cause est prise en charge par le djihad, qui, comme tel, ne peut pas reconnaître une souveraineté juive ; cela reviendrait à accepter le « peuple injuste » ou « pervers », que le Coran a condamné. Une question, de ce point de vue, insoluble, au demeurant.

Des auteurs musulmans courageux ont essayé d’avoir une position critique sur certains aspects de l’islam : Abdennour Bidar, Malek Chebel, Meddeb, Benzine, Sédik, Benslama, qui ont cherché à donner naissance à un « Islam des Lumières ». Un combat difficile car l’islam se veut essentiellement collectif.

Une lecture enrichissante et salutaire. A découvrir.

Jean-Pierre Allali

(*) Editions Odile Jacob. Mars 2017. 160 pages. 19,90 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.