Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lecture de Jean-Pierre Allali - Le Livre d'Esther dans la tradition occitane Judéo-Comtadine, par Nathan Weinstock

18 Septembre 2018 | 114 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Dans cette éditorial, je m'exprime sur la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'incarcération d'Alain Soral. Une décision que je juge inacceptable.

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Opinion

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

Le Livre d'Esther dans la tradition occitane Judéo-Comtadine, par Nathan Weinstock (*)

Ce petit ouvrage est incontestablement destiné aux spécialistes, notamment des langues occitano-comtadines. L’auteur commence par rappeler l’histoire, par ailleurs bien connue, de la reine Esther et du souverain perse Assuérus (Artaxerxès ?), ce qu’on désigne sous le nom de Meguilat Esther : un roi incité par son conseiller Haman, à se débarrasser de sa population juive considérée comme dangereuse car ayant des pratiques de vie spécifiques, un complot déjoué grâce à l’intervention de la nouvelle reine, Esther et de son parent, Mardochée (oncle, cousin, futur époux ?) et la victoire finale des Juifs. Une histoire qui sert de base à la célébration de la fête de Pourim (Les sorts) avec ses carnavals et ses déguisements. Une histoire dont la datation précise est sujette à débats : « Divers indices semblent indiquer que cette Méguillah aurait été rédigée à une date comprise entre les premières années de la période grecque, qui a débuté en – 332, et l’an 135 ».

Nathan Weinstock ne manque pas de rappeler également les différents Pourims qui ont sillonné l’histoire juive, de Suse à Alger en passant par Narbonne et Tibériade.

Le véritable sujet de l’ouvrage est la présentation et l’exégèse de deux textes peu connus : Le « Roman de la reine Esther » de Vidal Crescas du Caylar ( vers 1327) et « La reine Esther » de Mardochée Astruc ( XVIIème siècle). Des extraits en langue occitane de ces ouvrages sont proposés pour l’édification du lecteur.

Original mais très spécialisé.

Jean-Pierre Allali

(*) Editions IEO ( Institut d’Estudis Occitans). 120 pages. 16 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.