Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Après le bois de hêtres (Mémoires), par Armand Bulwa

27 Mai 2020 | 111 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Le 10 janvier 2023, Yonathan Arfi, Président du Crif, s'est rendu à la cérémonie en hommage aux victimes de la rafle de Libourne du 10 janvier 1944. Il a prononcé un discours dans la cour de l'école Myriam Errera, arrêtée à Libourne et déportée sans retour à Auschwitz-Birkeneau, en présence notamment de Josette Mélinon, rescapée et cousine de Myriam Errera.  
 
À l'occasion de la fête juive de Hanoucca, découvrez les vœux du Président du Crif, Yonathan Arfi.
 

La 12ème Convention nationale du Crif a eu lieu hier, dimanche 4 décembre, à la Maison de la Chimie. Les nombreux ateliers, tables-rondes et conférences de la journée se sont articulés autour du thème "La France dans tous ses états". Aujourd'hui, découvrez un des temps forts de la plénière de clôture : le discours de Yonathan Arfi, Président du Crif.

 

"For the union makes us strong" : car l'union nous rend forts, Solidarity forever, Peter Seegers

Pages

Après le bois de hêtres (Mémoires), par Armand Bulwa (*)

 

On ne le sait pas toujours : Buchenwald, nom du camp de concentration de sinistre mémoire se traduit par « Bois de hêtres ». D’où le titre de ce livre où Armand Bulwa nous livre ses mémoires et fait le récit, notamment, de son terrible enfermement à  Buchenwald.

Fils d’Abram Bulwa, un militant du Bund, le parti socialiste juif et d’Ester Malka Kaminka, l’auteur, Aron Armand Bulwa,  a vu le jour le 27 décembre 1928 à Piotrków, en Pologne. Dans le deux pièces-cuisine que la famille habitait, cinq personnes : Armand, ses parents, son jeune frère, Moniek et la grand-mère maternelle, Haia Kaminska. 

Une famille modeste traditionaliste qui vivait tranquillement au rythme des fêtes du calendrier juif. Tranquillement, c’était avant Hitler, le nazisme et leur folie meurtrière.

Le petit Armand a onze ans lorsque, le 1er septembre1939, les allemands déclenchent leur guerre-éclair, le blitzkrieg et, par là-même, la Seconde Guerre mondiale. En l’espace de quatre semaines, la Pologne est occupée et les nazis choisissent Piotrków pour y établir le premier ghetto juif du pays avec, à sa tête, un « Judenrat ».Parallèlement, venus des quatre coins du pays, des Juifs, expulsés de leurs foyers manu militari par les Allemands, se regroupent à Piotrków. Le ghetto, qui comptait jusqu’alors quelque six mille âmes voit sa population juive atteindre les vingt-huit mille personnes. Chez les Bulwa même, on est désormais dix. Le temps des brimades et  des persécutions commence. « L’arrivée des Allemands a complètement désinhibé les Polonais, qui, du jour au lendemain, se sont estimés autorisés à se venger ouvertement du mal imaginaire que les Juifs leur avait fait ». Mais le pire est à venir avec la déportation. La famille d’Armand va être décimée. Le jeune homme se retrouve, lui,  dans un premier temps, dans un camp de travail, Częstochowa sous la houlette de soldats allemands et de supplétifs ukrainiens. Nous sommes en 1945. Avec nombre de ses compagnons d’infortune, le jeune Bulwa, triangle numéro 116.536, est transféré au camp de Buchenwald, le « bois de hêtre », où sont regroupés les prisonniers politiques. Block 52, un véritable mouroir. C’est là qu’il va rencontrer Élie Buzyn, Lolek, qui lui rendra un service immense, celui de lui donner une ceinture qui lui permettra de ne pas avoir à tenir constamment son pantalon qui tombe à tout moment du fait de sa maigreur extrême.
Le camp sera finalement libéré par les Américains. Armand Bulwa retrouvera la France le 6 juin 1945. Il sera accueilli par l’OSE et sera naturalisé français en 1947. Une nouvelle vie commençait. 

Un cahier iconographique agrémente de beau livre émouvant. À découvrir absolument.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Avec Serge Filippini. Éditions de l’Archipel. Janvier 2020. 176 pages. 18 euros.