Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Comment vivre au temps du terrorisme ? Vigilance, résilience, résistance, par Alain Bauer, François Freynet et Christophe Soullez

11 Octobre 2017 | 55 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Au théâtre de l'Atelier, Le livre de ma mère réveille les souvenirs et sublime la relation la plus sincère qui est donnée à l'homme de connaître.

Vendredi 23 février, j'ai rencontré Tomasz Młynarski, Ambassadeur de Pologne en France.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Dina Porat, Le Juif qui savait Wilno-Jérusalem : la figure légendaire d’Abba Kovner, 1918-1987.

La première djihadiste française capturée à Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017, Mélina Boughedir, a été condamnée, lundi 19 février, à sept mois de prison pour l’entrée illégale en Irak. La cour pénale de Bagdad a ordonné la remise en liberté et l’expulsion en France de la jeune femme de 27 ans, sa peine étant couverte par sa détention préventive, rapporte Le Monde du 19 février. Qui sont ces femmes désintégrées, déstructurées et aveuglées par la propagande développée par les djihadistes et qui ont été des proies faciles. C'est ainsi qu'elles se sont déshumanisées et ont participé à cette orgie barbare et moyenâgeuse qu’est le djihadisme.

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

Le 4 février 2018, le Crif et les Amis du Crif ont organisé un voyage de mémoire dans les camps d’Auschwitz-Birkenau. Près de 200 personnes ont participé à cette journée exceptionnelle, qui a marqué les mémoires de chacun. Une délégation d’élus et de personnalités publiques m'a également accompagné. Nous avons aussi eu l'honneur d'être accompagnés par Ginette Kolinka, réscapée d'Auschwitz.

En fin de journée, nous avons tenu une courte cérémonie d'hommages ponctuée de plusieurs discours et de prières animées par le Rabbin Moché Lewin. En conclusion de cette intense journée, le Shofar a resonné au milieu du silence etourdissant de l'immense complexe de Birkenau.

Depuis quelques semaines, le texte épistolaire de Sholem Aleichem a investi la petite – mais non moins prestigieuse – scène du Théâtre de la Huchette, à Paris.

Hier, je me suis exprimé sur la récente vague d'antisémitisme qui secoue la France. J'ai demandé à l'ensemble de la communauté nationale de faire front contre la haine antisémite. J'ai également rappelé l'importance pour la justice française d'appliquer des peines suffisamment lourdes pour être dissuasives.

Pages

Comment vivre au temps du terrorisme ? Vigilance, résilience, résistance, par Alain Bauer, François Freynet et Christophe Soullez*

Nous vivons depuis quelques années à l’ère du terrorisme et nul ne peut prévoir, à l’heure actuelle, quand cette véritable lèpre disparaîtra. Dès lors, il faut apprendre à vivre avec ce cancer afin de limiter au mieux les métastases de ce mal profond qui a infiltré nos sociétés. Par delà son intention d’être un vademecum des attitudes et précautions à prendre par le citoyen français et, plus généralement, européen, voire mondial, cet ouvrage très documenté est une véritable étude sur le phénomène terroriste.

Si l’origine du mot « terrorisme » remonte indubitablement à la période de la « Terreur » qui désigna, en France, le système mis en place d’avril 1793 à juillet 1794 par Robespierre, afin de « terroriser » ses opposants, les auteurs n’hésitent pas à aller beaucoup plus loin dans le temps en évoquant la secte juive des « Zélotes » qui, affirment-ils, « est souvent assimilée à la première forme de terrorisme organisé » et la secte ismaélienne des « Assassins » ou « Haschichins », fondée en 1090 par Hassan Ibn Al-Sabbah.

Dans un souci louable d’inventaire exhaustif, les auteurs reviennent sur des dizaines de groupes terroristes qui ont agité la planète au fil des ans : la bande à Baader, les Brigades Rouges, Action Directe, le Sentier Lumineux au Pérou, les Farc colombiens, les Tigres Tamouls et l’IRA, l’ASALA d’Arménie et l’ETA basque, le PKK kurde et le FLNC corse et bien d’autres encore. Sans oublier la mafia italienne.

Cet inventaire très intéressant ne saurait nous faire oublier que de nos jours, l’essentiel du terrorisme est islamiste et ensanglante la France et le monde aux cris d’ « Allah Ou Akbar ». Il y a d’ailleurs, à ce propos, un mot très souvent utilisé par la presse comme par les auteurs, celui de « radical » avec ses prolongements, « radicalisation » et « déradicalisation ». Ce vocable a longtemps été utilisé dans un tout autre sens. C’est ainsi qu’en France, il y a eu un Parti Radical. Le mot « radical » avait alors été utilisé par ce parti pour indiquer une position qui trancherait avec tout ce qui avait été proposé au préalable. Ce qui n’a rien à voir avec le radicalisme islamiste. C’est pourquoi, il conviendrait, d’une façon systématique de préciser « radicalisation islamiste ». De même pour le mot « converti ».

Les auteurs, qui reconnaissent la difficulté à définir, d’une manière internationale, le terrorisme, proposent, en annexe, deux listes édifiantes : celle des organisations terroristes recensées par les États-Unis en 2016 et celle des organisations désignées comme étant terroristes par l’Union européenne, toujours en 2016. Dans la première, sur 57 organisations répertoriées, 44 sont islamistes et, dans la seconde, sur les 23 citées, 15 le sont.

Une question d’actualité concernant le terrorisme  n’a pas été abordée par les auteurs : comment peut-on admettre qu’une organisation qui siège dans les plus hautes instances internationales, à savoir l’Autorité Palestinienne, récompense, en quelque sorte, les familles de terroristes décédés, par l’attribution de dotations pécuniaires ?

Un travail utile et édifiant. Remarquable.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions First. Janvier 2017. 216 pages

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.