Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Contre Israël ? Comment l’antisionisme est devenu le nouvel antisémitisme, par Albert Naccache

25 Novembre 2020 | 212 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Bruno Halioua nous parle avec émotion de Milo Adoner.

Dimanche 12 janvier 2020, le Crif a organisé un voyage de mémoire à Auschwitz-Birkenau. À l'issue de cette journée, je me suis exprimé devant les participants. Voici les quelques mots prononcés.

 

 

Dans cette éditorial, je m'exprime sur les nombreux actes de haines survenus en France et dans le monde en 2019. Je formule également mes voeux de sécurité et de paix pour cette nouvelle année.

 

Gad Weil est le Président du MJLF (Mouvement juif libéral de France).

Meyer Habib, il y a ceux qui l'aiment et ceux qui l'ont en exècre. Mais on ne peut en aucun cas tolérer un tel déferlement de haine antisémite.

Discours prononcé lors de la Plénière de clôture.

Pages

Opinion

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Depuis plusieurs années, le cinéma international ne cesse de plébisciter les cinéastes iraniens. Asghar Farhadi en est l’exemple même. Cependant, certains réalisateurs n’ont pas la chance d’être autant ovationnés.

Pour leur cinéma engagé, frontal et dénonciateur du pouvoir politique et du régime iranien, grand nombre de réalisateurs iraniens ont été, pour les plus chanceux, contraint à l’exil, tandis que d’autres en détention, subissent le triste sort réservé aux prisonniers iraniens.

Pages

Contre Israël ? Comment l’antisionisme est devenu le nouvel antisémitisme, par Albert Naccache (*)

 

Albert Naccache a des talents incontestables d’archiviste. Au fil des jours et de ses lectures, de la presse comme des ouvrages spécialisés, il note, il découpe, il classe les documents. Cela lui permet, comme on le constate dans les livres qu’il soumet régulièrement à notre réflexion, de citer de manière régulière et systématique ses sources. Sa nouvelle production ne fait pas exception à cette règle qu’il s’est imposée.

Le thème de sa nouvelle publication est tout à fait d’actualité, à savoir : l’antisionisme est-il la forme nouvelle de l’antisémitisme. La réponse de l’auteur est sans ambages : oui, mille fois oui.

On s’en souvient, le 16 juillet 2017, lors de la commémoration du 75ème anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv’, le président de la République, Emmanuel Macron, avait qualifié l’antisionisme de « forme réinventée de l’antisémitisme ».

Deux ans plus tard, le 20 février 2019, au dîner du CRIF, Emmanuel Macron déclarait vouloir mettre en œuvre la « définition de l’antisémitisme de l’IHRA » afin de « préciser et raffermir les pratiques de nos forces de l’ordre, de nos magistrats, de nos enseignants, de leur permettre de mieux lutter contre ceux qui cachent derrière le rejet d’Israël la négation même de l’existence d’Israël ».

L’IHRA, « International Holocaust Remembrance Alliance », « Alliance Internationale pour le souvenir de la Shoah », avait, en 2016 et dans le sillage de l’EUMC, « European Monitoring Centre on Racism and Xenophobia », « Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes », adopté une Définition de Travail qui considérait notamment comme antisémite « le ciblage de l’État d’Israël conçu comme une communauté juive ».

Enfin, le 3 décembre 2019, l’Assemblée nationale adopte la « Résolution Maillard », du nom du député LREM, Sylvain Maillard, qui reprend la définition de l’IHRH. Cette résolution, juridiquement non contraignante, mais moralement lourde de sens, a été adoptée par 154 voix pour, 72 contre et 43 abstentions sur un total de 577 députés. On notera que les groupes Socialiste, La France Insoumise et Gauche Démocrate et Républicaine ont, unanimement voté contre.

Peu avant et immédiatement après le vote, c’est le tollé chez les ennemis traditionnel de l’État juif. Les « intellectuels juifs antisionistes » sont en première ligne. Parmi eux : Jean-Christophe Attias, Rony Brauman, Zeev Sternhell ou encore Dominique Vidal. 39 associations dont l’AFPS, Association France Palestine Solidarité montent sur leurs grands chevaux et s’insurgent contre l’adoption de la Résolution Maillard. On note les signatures de Pascal Boniface, Sylvain Cypel, Alain Gresh, Shlomo Sand, Leila Shahid, Michel Tubiana et des dizaines d’autres personnes. Libération publie une Tribune des 400 parmi lesquels : Jean-Luc Godard et Eyal Sivan. 

Albert Naccache, dans son étude magistrale, distingue entre l’antisémitisme d’extrême-droite, l’antisémitisme d’extrême-gauche et l’antisémitisme musulman et islamiste. Et, pour ce qui est de l’antisionisme, quatre catégories sont examinées : chrétien, de gauche, juif et arabo-musulman. Fidèlement reproduites, les déclarations de certains prélats arabo-musulmans sont tout simplement écoeurantes, utilisant les poncifs les plus éculés : Jésus le Palestinien, les Juifs déicides, Israël pays de la haine et de l’apartheid… À vomir !!!

Les ennemis d’Israël, les organisations palestiniennes et leurs soutiens dont  le BDS, ont mis au point une stratégie en 5 étapes que l’auteur détaille avec précision : Désinformer, Double standard 2P-2M (Deux poids, deux mesures), Diaboliser, Délégitimer, Détruire. Les « 5D » de l’horreur ! Les antisionistes ne reculent devant rien allant jusqu’à affirmer que « Les Juifs ont conçu le nouveau coronavirus comme une arme biologique » ou encore « Les Juifs ont fabriqué le virus pour profiter de l’effondrement des marchés par le biais de délits d’initiés ».

Israël est sans cesse comparé aux Nazis et Gaza à Auschwitz. On croit rêver !

Parmi les élucubrations des antisionistes, celle qui nie toute légitimité historique et religieuse à Israël, affirmant que le Temple n’a jamais existé et que Jérusalem est une ville arabe. A ce propos, une précision intéressante est donnée quant au nom que les Palestiniens donnent à la capitale de l’Etat juif : Al Quds. On apprend que les premiers musulmans utilisaient, pour désigner Jérusalem, l’expression « Bayt Al-Maqdis », de l’hébreu « Beit A Miqdach », le Temple Saint. Et c’est ce Maqdis qui a donné Quds !!!

Dans l’étude d’Albert Naccache, le Crif est très souvent cité et donné en exemple.

Un travail tout simplement monumental.

À découvrir et à lire toutes affaires cessantes.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Les Unpertinents. Août 2020. 356 pages. 24 €.