Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean-Pierre Allali - Contre Israël ? Comment l’antisionisme est devenu le nouvel antisémitisme, par Albert Naccache

25 Novembre 2020 | 210 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

En tant que lecteur de la newsletter du Crif, bénéficiez d'un tarif préférentiel ! La place à 15 euros au lieu de 20 euros. Réservations par téléphone : 01 43 27 88 61 avec le code CRIF           

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Dans leur numéro de janvier, le magazine Youpi, destiné aux enfants de 5 à 8 ans, a clairement laissé entendre à ses jeunes lecteurs qu' "Israel n'était pas un vrai pays".

"Je m’en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe…"
 

 

En juin 2017, quelques mois après l'assassinat de Sarah Halimi, Francis Kalifat, Président du Crif, publiait cette tribune en hommage à Sarah Halimi, devenue le triste symbole de l'antisémitisme qui tue. 

Sarah Halimi, une retraitée a été battue à mort à Paris, le 4 avril 2017 et son calvaire a duré plus d'une heure. Et, il s'agit bien d'un meurtre antisémite.

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

Francis Kalifat, the Crif President gave a speech at the annual Crif's dinner 2017. 

Le judaïsme indien est assez méconnu en France. Pourtant, il est d'une implantation millénaire. Il y avait environ 35 000 Juifs aux Indes lors de la création de l'État d'Israël

Pages

Opinion

Le boycott des produits israéliens (nous) glace le sang.

Le racisme qui frappe la communauté asiatique est insupportable.
 

Vouloir profiter de l'actuelle polémique pour assimiler les arrêtés anti-burkini à la Saint-Barthélemy et à la Shoah, c'est tomber dans l'indigne et le nauséabond 

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Depuis des années, l’historien Marc Knobel a de salutaires obsessions et une puissante détermination. L’une de ses salutaires obsessions, sur laquelle il a beaucoup travaillé et mené de profondes recherches, est cette diffusion sans frontières, sans retenues et sans toujours grandes oppositions, des haines multi-formes qui s’entretiennent.

Pour comprendre cet accord entre l’Iran et les grandes puissances sous la direction stratégique des USA, il faut essayer de comprendre la nouvelle politique internationale de l’administration américaine

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Contre Israël ? Comment l’antisionisme est devenu le nouvel antisémitisme, par Albert Naccache (*)

 

Albert Naccache a des talents incontestables d’archiviste. Au fil des jours et de ses lectures, de la presse comme des ouvrages spécialisés, il note, il découpe, il classe les documents. Cela lui permet, comme on le constate dans les livres qu’il soumet régulièrement à notre réflexion, de citer de manière régulière et systématique ses sources. Sa nouvelle production ne fait pas exception à cette règle qu’il s’est imposée.

Le thème de sa nouvelle publication est tout à fait d’actualité, à savoir : l’antisionisme est-il la forme nouvelle de l’antisémitisme. La réponse de l’auteur est sans ambages : oui, mille fois oui.

On s’en souvient, le 16 juillet 2017, lors de la commémoration du 75ème anniversaire de la Rafle du Vel d’Hiv’, le président de la République, Emmanuel Macron, avait qualifié l’antisionisme de « forme réinventée de l’antisémitisme ».

Deux ans plus tard, le 20 février 2019, au dîner du CRIF, Emmanuel Macron déclarait vouloir mettre en œuvre la « définition de l’antisémitisme de l’IHRA » afin de « préciser et raffermir les pratiques de nos forces de l’ordre, de nos magistrats, de nos enseignants, de leur permettre de mieux lutter contre ceux qui cachent derrière le rejet d’Israël la négation même de l’existence d’Israël ».

L’IHRA, « International Holocaust Remembrance Alliance », « Alliance Internationale pour le souvenir de la Shoah », avait, en 2016 et dans le sillage de l’EUMC, « European Monitoring Centre on Racism and Xenophobia », « Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes », adopté une Définition de Travail qui considérait notamment comme antisémite « le ciblage de l’État d’Israël conçu comme une communauté juive ».

Enfin, le 3 décembre 2019, l’Assemblée nationale adopte la « Résolution Maillard », du nom du député LREM, Sylvain Maillard, qui reprend la définition de l’IHRH. Cette résolution, juridiquement non contraignante, mais moralement lourde de sens, a été adoptée par 154 voix pour, 72 contre et 43 abstentions sur un total de 577 députés. On notera que les groupes Socialiste, La France Insoumise et Gauche Démocrate et Républicaine ont, unanimement voté contre.

Peu avant et immédiatement après le vote, c’est le tollé chez les ennemis traditionnel de l’État juif. Les « intellectuels juifs antisionistes » sont en première ligne. Parmi eux : Jean-Christophe Attias, Rony Brauman, Zeev Sternhell ou encore Dominique Vidal. 39 associations dont l’AFPS, Association France Palestine Solidarité montent sur leurs grands chevaux et s’insurgent contre l’adoption de la Résolution Maillard. On note les signatures de Pascal Boniface, Sylvain Cypel, Alain Gresh, Shlomo Sand, Leila Shahid, Michel Tubiana et des dizaines d’autres personnes. Libération publie une Tribune des 400 parmi lesquels : Jean-Luc Godard et Eyal Sivan. 

Albert Naccache, dans son étude magistrale, distingue entre l’antisémitisme d’extrême-droite, l’antisémitisme d’extrême-gauche et l’antisémitisme musulman et islamiste. Et, pour ce qui est de l’antisionisme, quatre catégories sont examinées : chrétien, de gauche, juif et arabo-musulman. Fidèlement reproduites, les déclarations de certains prélats arabo-musulmans sont tout simplement écoeurantes, utilisant les poncifs les plus éculés : Jésus le Palestinien, les Juifs déicides, Israël pays de la haine et de l’apartheid… À vomir !!!

Les ennemis d’Israël, les organisations palestiniennes et leurs soutiens dont  le BDS, ont mis au point une stratégie en 5 étapes que l’auteur détaille avec précision : Désinformer, Double standard 2P-2M (Deux poids, deux mesures), Diaboliser, Délégitimer, Détruire. Les « 5D » de l’horreur ! Les antisionistes ne reculent devant rien allant jusqu’à affirmer que « Les Juifs ont conçu le nouveau coronavirus comme une arme biologique » ou encore « Les Juifs ont fabriqué le virus pour profiter de l’effondrement des marchés par le biais de délits d’initiés ».

Israël est sans cesse comparé aux Nazis et Gaza à Auschwitz. On croit rêver !

Parmi les élucubrations des antisionistes, celle qui nie toute légitimité historique et religieuse à Israël, affirmant que le Temple n’a jamais existé et que Jérusalem est une ville arabe. A ce propos, une précision intéressante est donnée quant au nom que les Palestiniens donnent à la capitale de l’Etat juif : Al Quds. On apprend que les premiers musulmans utilisaient, pour désigner Jérusalem, l’expression « Bayt Al-Maqdis », de l’hébreu « Beit A Miqdach », le Temple Saint. Et c’est ce Maqdis qui a donné Quds !!!

Dans l’étude d’Albert Naccache, le Crif est très souvent cité et donné en exemple.

Un travail tout simplement monumental.

À découvrir et à lire toutes affaires cessantes.

 

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions Les Unpertinents. Août 2020. 356 pages. 24 €.