Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Dictionnaire Charles Peguy, sous la direction de Salomon Malka

17 Octobre 2018 | 112 vue(s)
Catégorie(s) :
Actualité

Suite au vote le 16 décembre 2016 du conseil municipal de Clermont-Ferrand au vœu présenté par les groupes communistes, Front de gauche et Europe écologie, vœu relatif au boycott des produits israéliens fabriqués dans « les territoires palestiniens occupés », le Maire de Clermont-Ferrand a fait paraître dans le journal local la Montagne un communiqué. La présidente du CRIF Auvergne-Rhône- Alpes lui répond…

Au lendemain des déclarations du ministre israélien de la défense, lundi 26 décembre, qualifiant la conférence de paix sur le Proche-Orient qui doit se tenir prochainement à Paris de nouveau « procès Dreyfus », le Crif a condamné des propos « maladroits ».

 
 
 

J'ai répondu aux questions d'Olivier Lerner dimanche 4 décembre lors de notre Convention Nationale

Halte à la discrimination d'Israel, le CRIF proteste suite à la décision d'étiqueter les produits israeliens. 

Suite à l'annonce de l'adoption de la directive de l'E.U sur l'étiquetage des produits israéliens le Crif a réagit à travers un communiqué, j'ai voulu dénoncer la décision française et l'obessession israelienne.

J'ai répondu aux questions de Sputnik news.

« Si on parlait de la France ? Français, juifs et citoyens » : c’est le thème de la 7e Convention nationale du Crif le dimanche 4 décembre au Palais des Congrès de Paris.

C’est une étonnante indifférence qui entoure la mise en lambeaux de la ville d’Alep en Syrie.

Donald Trump est un excentrique narcissique qui au cours de sa campagne électorale a fait du mensonge une arme redoutable.

Réflexion d’un professeur d’histoire-géographie sur l’abstention de la France au vote de la résolution adoptée par le comité du patrimoine mondial de l’Unesco niant tous liens entre les Juifs et les lieux saints de Jérusalem.

Vendredi 21 octobre j'étais l'invité témoin du journal de Radio J peu après le vote abérrant à l'Unesco d'une résolution sur Jérusalem

FOR JERUSALEM NO VOICE MUST MISS
FOR JERUSALEM NONE OF US CAN REMAIN SILENT

POUR JERUSALEM PAS UNE VOIX NE DOIT MANQUER
POUR JERUSALEM AUCUN D’ENTRE NOUS NE PEUT SE TAIRE
 

 

Cette période de fêtes juives en France, rime aujourd'hui avec contrôles de sécurtié et détecteurs de métaux

Portrait de Jean Pierre Allali
ADIEU SHIMON
|
29 Septembre 2016
Catégorie : Actualité

L'ancien président de l'État d'Israël, mon ami Shimon Peres, prix Nobel de la Paix 1994 est mort dans la nuit du 28 septembre 2016. Il avait 93 ans.

Pages

Opinion

"On s'est dit au-revoir. C'était un au-revoir mais qu'y avait-il derrière cet au-revoir ?"

Thierry Noël-Guitelman est un journaliste, membre de l'association Hébraïca à Toulouse. Il a engagé, en 2004, des recherches familiales sur l'étoile jaune, sa tante Ida Seurat-Guitelman, ayant obtenu une exemption.

Portrait de Gil Taïeb
Nous sommes debout
|
03 Avril 2017
Catégorie : France, Actualité, Opinion

Samedi 1er avril place du Châtelet se sont réunies une centaine de membres du Collectif Boycott Israël

On ne le dira jamais assez : la parution d’ouvrages de poésie, en général et dans le domaine juif en particulier est devenue assez rare pour qu’on ne salue pas avec plaisir la sortie d’un nouveau recueil. Dans ce nouveau livre, la peintre et poétesse Sarah Mostrel nous offre un ensemble de textes inspirés de la Bible et des textes fondamentaux du judaïsme.

Remi Huppert est un spécialiste des Juifs de Chine. On lui doit notamment Destin d’un Juif de Chine (1). Dans son nouveau roman, le judaïsme est toujours présent.

"Le terrorisme et l'antisémitisme ont marqué cette année passée"

Pages

Dictionnaire Charles Peguy, sous la direction de Salomon Malka*

Charles Péguy. Tué au combat dans les premiers jours de la Première Guerre mondiale, Péguy aura été l’homme des « Cahiers de la Quinzaine », l’auteur de « Notre jeunesse », l’« aventurier », le « chroniqueur-journaliste », le poète,  l’admirateur inconditionnel de Jeanne d’Arc et de Sainte Geneviève et l’ardent défenseur d’Alfred Dreyfus. Ce dictionnaire, dont l’idée est née en 2016, à Jérusalem, a été imaginé lors d’un colloque qui se déroulait au sein du couvent Notre-Dame-de-Sion d’Ein Kerem. Pour dire Péguy, Salomon Malka, secondé par Yves Avril et Claire Daudin, a réuni une quarantaine d’auteurs parmi lesquels François Azouvi, Denis Charbit, Alain Finkielkraut, Jacques Julliard, André Kaspi, Michaël Lonsdale, Freddy Raphaël, Marie-Brunette Spire et Michel Winock.

Les sujets traités, particulièrement divers, sont classés dans l’ordre alphabétique et vont d’Alain-Fournier, l’auteur du « Grand Meaulnes » à Zangwill en passant par « Amitié », ce qui n’exclut pas les fâcheries, « Hannah Arendt », « Bernard Lazare », « Alfred Dreyfus », « Edmond Fleg », « Jules Isaac », « Judaïsme », « Laïcité », « Rozenzweig » ou encore « André Spire ».

Certains thèmes sont abordés sous forme d’interviews toutes réalisées par Salomon Malka. Ainsi , parmi les personnalités interrogées :  Jacques Julliard ( Intellectuel), André Kaspi ( Jules Isaac), Olivier Péguy, arrière-petit-fils de l’écrivain (Journalisme) ou encore Alain Finkielkraut ( Modernité).  Chaque sujet est accompagné d’une bibliographie, ce qui fait de l’ensemble un outil d’étude et de travail incomparable.

En traitant la rubrique « Lieux », Romain Vaissermann rappelle quelques plaques commémoratives relatives à Péguy : au lycée Louis-le-Grand, au 12, rue Charles Péguy à Lozère, au sein de la cathédrale Notre-Dame-de-Chartres ou encore au Panthéon.

Dans sa préface, Salomon Malka signale qu’au 8, rue de la Sorbonne, une plaque  rappelle que « Charles Péguy, 1873-1914, installa et dirigea les Cahiers de la Quinzaine, 1910-1914, dans la boutique ci-dessous ».

Qu’on me permette d’ajouter qu’au siège du Consistoire de Paris, 17, rue Saint-Georges, une plaque est apposée dans la cour d’entrée où l’on peut lire : « A la mémoire de Charles Péguy. Mort pour la France le 5 septembre 1914. « J’aimerais que le nom de mon mari, Charles Péguy, soit joint à ceux des Israélites qui ont donné comme lui leur vie pour la France ». (Mme Charlotte-Charles Péguy) ».

La vérité obsédait Péguy : « Dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, dire bêtement la vérité bête, ennuyeusement la vérité ennuyeuse, tristement, la vérité triste ». Quant à son amitié indéfectible pour le peuple juif, elle tient en ces quelques mots : « Je connais bien ce peuple. Il n’a pas sur la peau un point qui ne soit pas douloureux, où il n’y ait pas un ancien bleu, une ancienne contusion, une douleur sourde, la mémoire d’une douleur sourde, une cicatrice, une blessure, une meurtrissure d’Orient ou d’Occident. Ils ont les leurs et toutes les autres » . « Tous les Juifs sont lecteurs, tous les Juifs sont liseurs, tous les Juifs sont récitants ». « Le Juif est un homme qui lit depuis toujours, le Protestant est un homme qui lit depuis Calvin, le Catholique est un homme qui lit depuis Ferry ». Ce philosémitisme en somme congénital fait dire à Wladimir Rabi : « Péguy est le Chrétien, l’homme du dehors, l’étranger au monde juif qui a le mieux compris le monde juif »

S’il est vrai que Péguy est un peu oublié de nos jours, cette véritable somme rappellera à bon escient la mémoire d’un grand ami des Juifs et du judaïsme. A découvrir.

Jean-Pierre Allali

*Sous la direction de Salomon Malka. Editions Albin Michel. Septembre 2018. 432 pages.22 euros.

 

Nos réseaux sociaux en direct

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.