Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Israël et ses conflits. Des querelles et des rêves, de Philippe Velilla

14 Novembre 2018 | 69 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Il y a six ans (ndlr. : cet article a été rédigé en mars 2018), en mars 2012, à Montauban et Toulouse, sept vies ont été fauchées par un terroriste islamique, donc je me refuse à rappeler le nom.

Le 33ème Dîner du Crif a eu lieu mercredi 7 mars 2018.

Jean-Pierre Allali partage avec vous ses appréciations littéraires au fil de ses lectures. Aujourd'hui, il nous parle du livre de Techouva, de Frédéric Lauze.

Pages

Opinion

Eté 2014. Pendant 1 mois et 18 jours, Israël a vécu au rythme des alertes et d’une guerre qui ne dit pas son nom. Un an plus tard. Juillet 2015 : Que reste-t-il de ces jours d’angoisse ?

Le 23 juin dernier, l’Union des étudiants juifs de France a célébré son 70e anniversaire à l’Hôtel de Ville de Paris. Magie des réseaux sociaux, j’ai vécu à distance cette soirée avec enthousiasme et frustration. L’occasion pour moi de replonger dans mes années Uejf.

Comme chaque été, de nombreux juifs ont décidé de quitter la France pour s’installer en Israël. On parle de 8000 à 10 000 pour l’ensemble de l’année 2015. J’ai moi-même fait ce choix en 2013  et pourtant j’ai, plus que jamais, envie de parler de ceux qui restent. 

Dov Maimon rejoint les auteurs du Blog du Crif !

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

Partout en France, des crayons, des stylos et des feutres ont été brandis, les seules armes du courage et de la liberté contre d'autres armes qui tuent, qui souillent, qui meurtrissent à tout jamais.

Pages

Israël et ses conflits. Des querelles et des rêves, de Philippe Velilla*

Cet ouvrage se veut un examen critique de la société israélienne. Et, pour ce qui est de la critique, l’objectif est largement atteint. S’il n’oublie pas de signaler certaines réussites de l’Etat d’Israël, l’auteur a une tendance à mettre en avant les aspects négatifs de l’Etat juif. Dès l’introduction, le ton est donné : « Israël est tout à la fois le paradis de la haute technologie et un champion du monde des inégalités ». Pour Philippe Velilla, « la société israélienne n’a guère de cohésion, sauf dans l’adversité ». Israël, selon sa description, est un Etat communautariste. Les Arabes, malgré quelques progrès, sont discriminés, les Ashkénazes sont opposés aux Séfarades. Et les hommes en noir, entendez les religieux, veulent tout régenter. Les Ethiopiens vivent entre racisme et marginalité sociale. Quant aux Russes, ils ont, eux, bien réussi et sont parfaitement intégrés.

Rappelant que, selon un dicton populaire, « Haïfa travaille, Jérusalem prie et Tel Aviv danse », l’auteur distingue trois Israël. Le premier Israël, c’est « Tel-à-Vivre », le second, la périphérie, les villes de développement et les quartiers pauvres des grandes villes. Le troisième Israël, enfin, c’est le royaume de Judée-Samarie, les « colons à kippa tricotée ».

L’auteur analyse les tenants et les aboutissants du conflit israélo-palestinien et les options qui s’offrent pour l’avenir : deux Etats ou un seul. Le problème de cet ouvrage est que l’actualité va vite. Depuis sa parution, le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem a changé la donne, l’attitude du président Trump à l’égard des Palestiniens et de l’UNRWA ont modifié la situation en faveur d’Israël.

Cela dit, pour l’auteur, ce qui distingue la classe politique, c’est la vénération du statu quo, érigé en nouvelle religion du pays : « Cette nouvelle religion a un Grand prêtre : Binyamin Netanyahou ». Et, en conclusion : « Avec un peu de chance, et s’il parvient à échapper à des poursuites judiciaires, Binyamin Netanyahou …pourrait battre le record de longévité à la tête du gouvernement de son lointain prédécesseur, David Ben Gourion… »

Une contribution partisane mais intéressante au débat sur l’avenir d’Israël et du Proche-Orient.

Jean-Pierre Allali

(*) Editions Le Bord de l’Eau. Septembre 2017. 184 pages. 17 €

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.