Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Israël, le rêve inachevé, de Pierre Lurçat

19 Décembre 2018 | 194 vue(s)
Catégorie(s) :
France
Neuf ans après l’assassinat d’Ilan Halimi, voici la « chronique d’une barbarie et de ses conséquences médiatiques, politiques et judiciaires »,  par Marc Knobel, historien, chercheur, directeur des Études du CRIF

 

Le Hors-série de L'Express numéro 28, "Regards sur l'Histoire" consacré aux Juifs de France a mis en émoi une partie de la communauté juive, François Heilbronn, professeur des universités associé à Sciences-Po Paris et Président des Amis français de l'université de Tel-Aviv lui a adressé deux lettres ouvertes publiées dans l'Arche.
 

 

 

Retour sur les événements qui sont intervenus en juillet 2014 et les manifestations propalestiniennes qui ont dégénéré.

Est-il pertinent de mettre en parallèle “antisémitisme” et “islamophobie”?
Non, cinq fois non:  Ni sémantiquement , ni historiquement,  ni sociologiquement, ni politiquement et encore moins juridiquement, ces deux termes et les deux concepts qu’ils sous-tendent, ne sont de même nature. Il serait non seulement faux, mais aussi dangereux pour tous, de les mettre en regard sur un même plan.

L'antisémitisme est comme une bête particulièrement enragée et puante. Il rôde, nous ne le savons que trop bien...

L'antisémitisme : les causes d'un Mal qui s'aggrave.

Ce dernier détaille ici les multiples racines de l’antisémitisme, qui a explosé en France à partir de l’année 2000 et la première « intifada ». Et qui s’est fortement aggravé tout au long de l’année dernière. Marc Knobel évoque notamment l’origine idéologique – soulignée et étudiée par le philosophe et chercheur Pierre-André Tagguief – d’un antisémitisme qui découle d’un antisionisme extrême, lui-même alimenté depuis longtemps par les tenants de l’islamisme radical. Extrême gauche et extrême droite française en passant par « Dieudonné and Co » sont aussi, historiquement et actuellement, parmi les premiers diffuseurs de la haine antisémite en France. Description et analyse en huit points.

"Dites-moi que ce furent des cauchemars, que le monde s'améliore de jour en jour, que des flammes de lumière jaillissent en chaque point du globe."

Article paru dans le HuffinghtonPost.fr

Pages

 Israël, le rêve inachevé. Quel État pour le peuple juif ?, de Pierre Lurçat (*)

Dans cet ouvrage qui paraît à l’occasion du 70 ème anniversaire de l’État moderne d’Israël, l’auteur, qui ne cache pas ses sympathies pour la droite israélienne, dresse un bilan de l’aventure sioniste, s’inscrivant en faux contre ceux qui prétendent que l’État juif a été créé en compensation des malheurs de la Shoah, considérant, par ailleurs, que « trop souvent l’historiographie du sionisme et de l’État d’Israël a tendance à minimiser le rôle rempli par l’aile droite du mouvement sioniste et critiquant vivement certaines institutions comme la Cour Suprême dirigée par le juge Aharon Barak.

Bien documenté, le livre de Pierre Lurçat comporte trois parties : 1/ Jalons sur la route de l’État d’Israël 2/ La littérature israélienne : entre rejet et perpétuation de la tradition 3/ Politique et identité d’Israël.

Dans le premier chapitre, qui se veut aussi une critique des prétentions de Chlomo Sand sur « l’invention du peuple juif » et des théories des « nouveaux historiens », Pierre Lurçat évoque le fameux projet d’un État juif en Ouganda, « asile de nuit » provisoire, le pogrome de Kichinev, l’aventure héroïque des « Muletiers de Sion », la figure de Vladimir Jabotinsky avec la création du Betar et les débuts de la marine israélienne. Autres figures dépeintes : Avraham Stern, Peter Bergson, Albert Stara, Bentzion Netanyahou, père de l’actuel Premier ministre et historien exceptionnel et Itshak Shamir, « le dernier des géants ».

Le second chapitre présente des écrivains connus et moins connus : Rachel Blaustein, la poétesse des pionniers, Amos Kenan, pacifiste et poseur de bombes, Haïm Gouri et la génération du Palmah, le romancier Yehoshua Kenaz, Aharon Megged, « sans doute un des plus grands écrivains israéliens contemporains », Amir Gutfreund, spécialiste de la Shoah, David Shahar, grand amoureux de la Bretagne. Sans oublier Arik Einstein, dont « les chansons étaient des prières ».

Enfin, dans le troisième chapitre, l’auteur examine le rôle du système juridique israélien, la place de la ville d’Hébron dans l’histoire juive, l’importance du Mont du Temple et le débat très actuel sur la récente loi fondamentale : « Israël, État-Nation du peuple juif.

Un travail intéressant. Une réflexion nécessaire et utile.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions de Paris-Max Chaleil. Novembre 2018. 120 pages. 14 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.