Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali - Israël, le rêve inachevé, de Pierre Lurçat

19 Décembre 2018 | 194 vue(s)
Catégorie(s) :
France

Dans cette éditorial, je m'exprime sur la décision du parquet de Paris de s'opposer à l'incarcération d'Alain Soral. Une décision que je juge inacceptable.

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Bienvenue sur le blog La Chronique (pas tès casher) de Raphaela ! Sur ce blog, Raphaela vous propose ses billets d'humeur sur tout ce qui l'entoure, l'émeut, la touche, la fait rire et la révolte. Et elle a des choses à vous dire...

Pages

Israël
 
Lors d’une allocution devant le Conseil de sécurité, Rafael Ramirez, représentant du Venezuela auprès des Nations-Unies, a lancé… « Qu’est-ce qu’Israël a l’intention de faire avec les Palestiniens ? Vont-ils disparaître ? Est-ce qu’Israël cherche à imposer une Solution finale sur les Palestiniens ? » 
 

Décryptage.

 

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

A Noël, les journaux français qui ont imputé aux Israéliens les difficultés des chrétiens à Bethléem ont passé sous silence l'attaque du Patriarche latin de Jérusalem par des émeutiers palestiniens musulmans dans la ville natale de Jésus. Une différence de couverture lourde de sens dans la période de Noël chargée de symboles.

D'abord on critique, puis on dénie et pour finir on adopte. Laissons le temps au temps.

Conflit israélo palestinien, traitement médiatique, crise de l'information : analyse

Portrait de Sophie Taïeb
Incendie du tombeau de Joseph
|
16 Octobre 2015
Catégorie : Israël

Détruire la cité ancienne de Palmyre et faire brûler le tombeau de Joseph reviennent-ils vraiment au même ? Pas pour tout le monde.

Quand les larmes se transforment en espoir d'un monde meilleur.

Maxime Perez est journaliste, correspondant pour la presse française en Israel et spécialiste des affaires militaires pour la chaine i24News.
Marc Knobel Directeur des Etudes du CRIF à confié à Maxime Perez le soin de présenter une étude sur l'Opération Bordure Protectrice.

Lundi dernier, l’ancien Président de la République était en Israël. Une visite étrange, hybride où le mélange des genres s’ajoute à la confusion des rôles.

Les français d'Israël, et en particulier ceux qui ont immigré de France durant les quinze dernières années, ont en grande majorité souhaité la réélection de Benjamin Netanyahu.
Déçus par l'attitude des politiques français face à l'islamisme et l'antisémitisme, beaucoup voient en Bibi un dirigeant politique charismatique doté d'une capacité à affirmer avec une assertivité rare la cause d’Israël à la face du monde et savent que ses concurrents en politique n'ont pas cette compétence exceptionnelle.
De plus, comparant la réussite de l'économie d'Israël face à la faillite de l'économie française, ils ne comprennent pas pourquoi la plupart des médias israéliens et analystes politiques sont tellement critiques envers celui qu'ils considèrent à juste titre comme un héros du peuple juif. 

Le 17 mars dernier, les israéliens ont voté et réélu Benjamin Netanyahou.

Pages

Opinion

Par Chloé Blum

Portrait de Invité
Blog du Crif - Noé, reviens !
|
11 Octobre 2018
Catégorie : France, Opinion

Pages

 Israël, le rêve inachevé. Quel État pour le peuple juif ?, de Pierre Lurçat (*)

Dans cet ouvrage qui paraît à l’occasion du 70 ème anniversaire de l’État moderne d’Israël, l’auteur, qui ne cache pas ses sympathies pour la droite israélienne, dresse un bilan de l’aventure sioniste, s’inscrivant en faux contre ceux qui prétendent que l’État juif a été créé en compensation des malheurs de la Shoah, considérant, par ailleurs, que « trop souvent l’historiographie du sionisme et de l’État d’Israël a tendance à minimiser le rôle rempli par l’aile droite du mouvement sioniste et critiquant vivement certaines institutions comme la Cour Suprême dirigée par le juge Aharon Barak.

Bien documenté, le livre de Pierre Lurçat comporte trois parties : 1/ Jalons sur la route de l’État d’Israël 2/ La littérature israélienne : entre rejet et perpétuation de la tradition 3/ Politique et identité d’Israël.

Dans le premier chapitre, qui se veut aussi une critique des prétentions de Chlomo Sand sur « l’invention du peuple juif » et des théories des « nouveaux historiens », Pierre Lurçat évoque le fameux projet d’un État juif en Ouganda, « asile de nuit » provisoire, le pogrome de Kichinev, l’aventure héroïque des « Muletiers de Sion », la figure de Vladimir Jabotinsky avec la création du Betar et les débuts de la marine israélienne. Autres figures dépeintes : Avraham Stern, Peter Bergson, Albert Stara, Bentzion Netanyahou, père de l’actuel Premier ministre et historien exceptionnel et Itshak Shamir, « le dernier des géants ».

Le second chapitre présente des écrivains connus et moins connus : Rachel Blaustein, la poétesse des pionniers, Amos Kenan, pacifiste et poseur de bombes, Haïm Gouri et la génération du Palmah, le romancier Yehoshua Kenaz, Aharon Megged, « sans doute un des plus grands écrivains israéliens contemporains », Amir Gutfreund, spécialiste de la Shoah, David Shahar, grand amoureux de la Bretagne. Sans oublier Arik Einstein, dont « les chansons étaient des prières ».

Enfin, dans le troisième chapitre, l’auteur examine le rôle du système juridique israélien, la place de la ville d’Hébron dans l’histoire juive, l’importance du Mont du Temple et le débat très actuel sur la récente loi fondamentale : « Israël, État-Nation du peuple juif.

Un travail intéressant. Une réflexion nécessaire et utile.

Jean-Pierre Allali

(*) Éditions de Paris-Max Chaleil. Novembre 2018. 120 pages. 14 €.

 

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.