Jean Pierre Allali

Membre du Bureau Exécutif du CRIF, Jean-Pierre Allali préside la Commission des Relations avec les Syndicats, les ONG et le Monde Associatif.

Lectures de Jean Pierre Allali : JULIE ENTRE BIBLE ET CORAN de Par Colette Busidan

08 Mars 2017 | 37 vue(s)
Catégorie(s) :
France

J'ai été interviewé par Marc-Olivier Fogiel et Eléanor Douet, sur RTL, lundi 30 mai 2016, à la suite de mon élection à la Présidence du Crif.

A l'occasion de l'assemblée générale du Crif réunie le 29 mai 2016, j'ai prononcé mon discours de candidature.

Portrait de Jean Pierre Allali
LES STADES ET LE DATA
|
25 Mai 2016
Catégorie : France

Marc Perelman, auteur d'un livre percutant sur le passé trouble du célèbre architecte Le Corbusier, est aussi un spécialiste des excès du monde du football et, en général, des stades. Dans un petit ouvrage bien documenté, il se penche sur l'influence des "data" sur le public.

 

 

Portrait de Jean Pierre Allali
LECTURES
|
24 Mai 2016
Catégorie : France, Antisémitisme

Malka Marcovich et Jean-Marie Dubois publient un ouvrage original sur un thème peu exploré jusqu'ici:la contribution de la société des transports parisiens à l'organisation de la déportation des Juifs de France aux heures sombres de l'Occupation nazie

Lors du 9ème Salon du Livre de la Licra, deux écrivains ont reçu un prix

La cérémonie se déroulera demain mardi 19 avril à 17h30 au Mémorial de la Shoah à Paris en présence des ambassadeurs de Pologne et d’Israël.

A l'heure où le Front National réalise des scores historiques, la fête de Hanoukah rappelle que les forces politiques qui ne respectent pas les particularismes sont dangereuses

L'EI ne lésine pas sur les moyens et diffuse sur Internet sa propagande ignominieuse...

Il faut croire que certaines alertes ne veulent pas être entendues à temps

Souvent l’on oublie de parler d’eux

Au moins 128 morts à déplorer dans la vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi 13 novembre

Portrait de Dov Maimon
Paradoxes de la politique israëlienne
|
09 Novembre 2015
Catégorie : France

"A vos crayons citoyens, à la politique citoyens. Si nous voulons que les choses se fassent il va falloir que certains d’entre nous se bougent."

Tel Aviv sur Seine : succès sur les berges et sur le net, opération réussie !

Portrait de Virginie Guedj-Bellaïche
Le dialogue renoué
|
29 Juillet 2015
Catégorie : France

Mars 2015, je suis à Bruxelles pour présenter mon livre écrit sous le pseudo de Sefwoman, « Je suis juive mais je me soigne ». Au fond de la salle, 3 garçons se marrent. Je parle de ma grand-mère et de service 98 pièces au liseré doré, de son refus de me parler de l’Algérie, des plats typiques, je les vois acquiescer. A la fin de la présentation, ils ont tous les trois le livre en main. « La dédicace c’est pour qui ? », « Ismaël ».

Célébrer le 14 juillet à Tel-Aviv – une occasion de célébrer la double appartenance culturelle et nationale sur un mode festif et joyeux.

Pages

C’est l’histoire d’un mariage mixte raté. Un mariage entre une Juive et un Musulman, Julie et Sam. 

Nous sommes en Tunisie en 1954, peu avant l’autonomie interne puis l’indépendance du pays. Autrefois florissante avec plus de cent vingt mille âmes, la communauté juive commence à se défaire même si, dans l’île de Djerba, le pèlerinage de la Ghriba continue de faire recette et d’attirer beaucoup de monde.

Au foyer d’Élie et Ida, le drame est dans l’air. Julie, leur petite fille, leur Jouly chérie, est devenue folle. Alors qu’on rêvait de la marier à un bon fils de famille de la communauté, comme le fils de Lalo, qui n’arrête pas de tourner autour de leur maison, voilà qu’elle annonce aux siens qu’elle est amoureuse d’un certain Sam, vendeur de tissus…et musulman.

Pour cette famille juive particulièrement pieuse, c’est la catastrophe. Julie doit être bannie à jamais du domicile familial. Mais, pour la jeune fille, son choix est fait : l’amour est le plus fort. La fugueuse se retrouve en milieu arabe dans un environnement qui n’est pas le sien et qui va s’avérer particulièrement hostile. Warda, la mère de Sam, veuve depuis longtemps et qui  a élevé seule son enfant, est une bigote qui passe ses journées à prier et qui aurait bien vu son fils, son Sammy, épouser la belle Nour, son amie d’enfance. Mais une Juive !! Quelle déchéance ! Les pleurs et les supplications n’y feront rien et les deux amoureux se marieront civilement.

Dès lors Warda va vouer à sa belle-fille une haine profonde, cherchant par tous les moyens à la convertir à l’islam. Contre vents et marées, Julie fait face à l’adversité, tentant de maintenir en secret quelques pratiques juives.

Les années passent, la Tunisie est à présent indépendante. Comme de très nombreux Juifs, les parents de Julie décident d’aller vivre en Israël. Warda continue son travail de sape, reprochant à sa bru de ne pas avoir d’enfants. Au fil des ans, la passion de Sam se délite et, sur les conseils de sa mère, il envisage, bien que la polygamie ait été abolie en Tunisie le 1er janvier 1957,  de prendre une seconde épouse. La rupture est consommée : c’est le divorce. Julie se retrouve seule et n’a pour ami qu’un vieux Juif, Ba Yosef. Avec courage, elle se rapproche de sa communauté d’origine, fréquente une petite synagogue, trouve un emploi dans un hospice de l’O.S.E. à La Goulette et va même jusqu’à accepter de se remarier avec Simon, un tailleur juif. Le couple aura deux enfants, Albert et Marie.

Mais la malchance poursuit Julie depuis son aventure avec Sam. La mort rôde partout. Seule, vieille, Julie se retrouvera, en 2010,  à Djerba chez sa cousine Simha. Une vie, une triste vie, un beau roman dont les chapitres courts permettent une lecture agréable avec, au fil des pages, la découverte des mœurs et des coutumes du judaïsme tunisien. Très sympathique.

 

 

Jean-Pierre Allali

 

(*) Éditions Obadia. 2016. 306 pages. 20 €

Votre demande a bien été prise en compte.
Nous vous remercions de votre intérêt.